Ottawa veut lever les restrictions sur le clonage d’animaux pour l’alimentation

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

27 juin 2024


Le projet de réforme inquiète l'industrie alimentaire et les agriculteurs du Québec, qui n'ont pas été consultés.


Le gouvernement fédéral veut faciliter la mise en marché de bovins et de porcs clonés, en éliminant l'obligation de déclaration et d'évaluation des risques. Santé Canada affirme que la viande et le lait issus du clonage sont sans risque, mais l'industrie alimentaire et les producteurs agricoles québécois ne sont pas rassurés.

[Éditeur: je n'ai AUCUNE confiance en Santé Canada depuis la COVID-19 et avant, aussi, avec la guerre de la "santé publique" de la Dre Theresa Tam et du Dr Howard Njoo contre la santé naturelle et contre la santé des Canadiens alors oui, c'est l'évidence-même que le clonage comporte des risques.]

La mise à jour de la politique fédérale s'est faite dans une telle discrétion, ce printemps, que ni l'Union des producteurs agricoles (UPA), ni le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) n'ont été informés.

Dans une lettre adressée à Santé Canada, le 24 mai 2024, à la toute fin de la consultation publique, l'UPA regrette de ne pas avoir été invitée à la consultation.

Elle écrit qu'il est prématuré d'enlever les dispositifs de surveillance et de traçabilité pour ces aliments et primordial de maintenir la version actuelle de la politique.

Les producteurs agricoles s'inquiètent que la viande et les produits laitiers canadiens ne puissent plus être exportés dans certains pays. Par exemple, l'Union européenne interdit le clonage d'animaux d'élevage depuis 2015.

Il est essentiel et nécessaire de prendre en considération [...] la confiance des consommateurs d'ici et d'ailleurs, qui ne seront plus en mesure de différencier les produits provenant d'animaux clonés de ceux provenant d'animaux qui ne le sont pas.

Lettre de l'UPA à Santé Canada, 24 mai 2024.

Le clonage reproductif produit des copies presque identiques d'animaux. Il permet d'accélérer la distribution du patrimoine génétique d'individus possédant des caractères supérieurs ou rares, ce qui peut contribuer à la qualité du produit ou augmenter la tolérance aux maladies.

Santé Canada a travaillé avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments et Environnement Canada pour établir sa nouvelle politique. Le gouvernement fédéral affirme que sa proposition va dans le même sens que d'autres pays comme les États-Unis, le Japon et la Nouvelle-Zélande.

Les aliments dérivés de bovins et de porcs sains clonés et de leur descendance sont aussi salubres et nutritifs que les aliments provenant d'animaux élevés traditionnellement.

Une citation de Joshua Coke, porte-parole de Santé Canada

La plupart des animaux clonés seront utilisés principalement comme reproducteurs, explique Santé Canada, et leur élimination dans la chaîne alimentaire humaine et animale aura lieu plus tard dans la vie de l'animal, bien après l'âge normal de l'abattage.

Pour proposer cette réforme, Ottawa s'appuie sur un avis scientifique de 150 pages, réalisé par ses fonctionnaires, qui conclut à l'innocuité des aliments issus du clonage reproductif. Mais la lecture du même document n'a pas rassuré l'UPA.

Elle écrit dans sa lettre que les résultats sur lesquels Santé Canada s'appuie pour justifier la mise à jour de la politique actuelle s'avèrent insuffisants et non significatifs et elle réclame qu'on applique le principe de précaution.

Les connaissances actuelles et les données disponibles sur les risques que peuvent représenter ces aliments pour la santé humaine et animale ainsi que pour l'environnement sont limitées et reposent sur des études dont les échantillons sont de petite taille et dont l'approche est non standardisée.

Lettre de l'UPA à Santé Canada, 24 mai 2024.

Santé Canada constate, elle-même, le nombre limité d'animaux étudiés à ce jour et écrit que son avis n'est pas une évaluation complète des impacts potentiels de ces technologies.

On dispose de beaucoup moins d'information au sujet des effets à long terme sur la santé et la fertilité des animaux clonés, peut-on lire dans l'avis, car c'est une technologie relativement nouvelle, alors peu de clones ont atteint les stades avancés de leur espérance de vie normale.

La brebis Dolly, premier mammifère cloné par transfert de noyau de cellules somatiques (TNCS), a été euthanasiée à l'âge de six ans (environ la moitié de la durée de vie prévue pour sa race de moutons) après avoir développé une maladie respiratoire.

Des problèmes de santé chez les animaux clonés

Même si des bovins et des porcs clonés en bonne santé ont été produits à l'aide des technologies de TNCS, l'avis scientifique de Santé Canada rappelle que des problèmes sont associés au clonage d'animaux par TNCS, notamment des taux plus faibles de réussite de la reproduction, des modifications du poids à la naissance et des taux plus élevés de défaillance des organes.

Par ailleurs, les origines et les mécanismes qui sous-tendent ces problèmes ne sont pas tout à fait compris, convient le fédéral, tout en concluant qu'il n'y a pas de risques pour l'alimentation humaine.

Ce qui rassure le gouvernement, c'est que d'après les constatations empiriques, il n'existe pas de différence significative connue entre la progéniture des animaux clonés par TNCS et celle d'autres animaux reproduits par voie sexuée en ce qui concerne leur état de santé.

La méthode de clonage la plus courante consiste à retirer le matériel génétique d'un ovule non fécondé et à le remplacer par le matériel génétique complet de l'animal à cloner (l'animal donneur). L'ovule est ensuite implanté chez une mère porteuse qui donne naissance à un animal qui est un clone de l'animal donneur. L'animal cloné est ensuite accouplé avec d'autres animaux pour transmettre les caractéristiques souhaitées.

L'Union européenne est plus prudente

Comme Santé Canada, l'Autorité européenne de sécurité des aliments ne conclut pas à des différences entre la viande et le lait obtenus à partir d'animaux clonés et ceux dérivés d'animaux conçus de manière traditionnelle. Son avis scientifique précise que cette conclusion est toutefois basée sur l’hypothèse que la viande et le lait sont obtenus à partir d’animaux en bonne santé, soumis à des règles de sécurité des aliments et des contrôles adéquats.

Or, il apparaît que, dans une proportion significative d’animaux clonés (...), la santé et le bien-être étaient sévèrement altérés, souvent avec des conséquences graves, voire fatales.

D'autres effets génétiques potentiels du clonage ont été examinés par l'Union européenne, notamment la mesure dans laquelle le TNCS induirait des mutations silencieuses dans l'ADN nucléaire de clones qui pourraient être transmises aux générations futures.

Par ailleurs, le Groupe européen d’éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE) est d'avis qu'étant donné le niveau actuel de souffrance et de problèmes de santé que présentent les mères porteuses et les animaux clonés, le groupe doute que le clonage animal à des fins alimentaires soit justifié d'un point de vue éthique.

À l'heure actuelle, le GEE ne voit pas d’argument convaincant pour justifier la production d'aliments à partir d'animaux clonés et de leur progéniture.

Avis éthique du Groupe européen d’éthique des sciences et des nouvelles technologies

Interrogé par Radio-Canada, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a préféré ne pas émettre de commentaire. Le ministère a pris acte de la proposition de Santé Canada et est actuellement à analyser l’orientation proposée, répond le porte-parole Yohan Dallaire Boily.

Quant au Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ), il a été informé par Radio-Canada de ce projet de réforme. La vice-présidente Services techniques et réglementaires, Christine Jean, nous écrit : De prime abord, nous sommes inquiets, non seulement de l’impact pour l’industrie de la transformation alimentaire (qui n’a pas été consultée) mais particulièrement pour les consommateurs et les marchés d’exportation.

Santé Canada n'a pas voulu répondre aux préoccupations exprimées. Le ministère s'affaire à examiner les commentaires transmis, nous dit-on.

L'affaire rappelle le dossier controversé des semences OGM qu'Ottawa veut, elles aussi, exempter d'évaluation de sécurité et de déclaration obligatoire, ce qui met à risque les produits biologiques. L'an dernier, une enquête de Radio-Canada a révélé que les lobbyistes de l'industrie agrochimique ont travaillé main dans la main avec les fonctionnaires fédéraux pour préparer cette réforme.

Comme pour les semences OGM, les animaux clonés représentent une manne économique.

En 2000, le taureau Holstein Starbuck II a été le premier mammifère cloné né au Canada, grâce au travail de chercheurs de l'Université de Montréal. C'était un clone du célèbre taureau Holstein, Hanoverhill Starbuck qui a été le père de quelque 200 000 femelles réparties dans 45 pays. Au moment de son décès en 1998, Starbuck avait une valeur marchande totale estimée à plus de 25 millions de dollars pour l'industrie.



Source: Radio-Canada



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Le fédéral veut lever les restrictions sur le clonage d’animaux pour l’alimentation


Le 27 juin 2024, les Canadiens ont appris, malgré l'intentionnelle discrétion du gouvernement, à ce sujet que le guvernement fédéral trudeauiste veut lever les restrictions sur le clonage d’animaux pour l’alimentation.

Oui, du clonage d'animaux destinés spécifiquement à l'alimentation humaine.

viewtopic.php?t=5856

Concrètement, comme s'en inquiète l'UPA, les consommateurs d'ici et d'ailleurs, qui ne seront plus en mesure de différencier les produits provenant d'animaux clonés de ceux provenant d'animaux qui ne le sont pas.

Ça ressemble à la même problématique qu'avec les organismes génétiquement modifiés (OGM) qu'il nous est souvent impossible d'identifier, dans les produits destinés à l'alimentation humaine.

Mais cette fois, ce serait via l'outil du clonage d'animaux.

Pourquoi cloner?

Selon ce qu'on en sait, le clonage reproductif produit des copies presque identiques d'animaux. Il permet d'accélérer la distribution du patrimoine génétique d'individus possédant des caractères supérieurs ou rares, ce qui peut contribuer à la qualité du produit ou augmenter la tolérance aux maladies.

Du moins, en théorie.

Santé Canada a travaillé avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments et Environnement Canada pour établir sa nouvelle politique. Le gouvernement fédéral affirme que sa proposition va dans le même sens que d'autres pays comme les États-Unis, le Japon et la Nouvelle-Zélande.

Autrement dit, on s'enligne vers une autre situation manufacturée, de toute pièce, où les Canadiens vont probablement être des cobayes pour les lobbys de la génétique commerciale (vraisemblablement étrangère puisque les références pour cette avancée le sont).

Bien avant l'épisode de la COVID-19 mais surtout depuis les dernières années d'horreur à importer des doxas de "solutions" venues d'ailleurs, les Canadiens ont raison de douter d'absolument tout ce qui émane de "Santé" Canada.

D'ailleurs, avec la guerre ouverte que mène Santé Canada contre la santé naturelle et ceux qui offrent des produits aussi naturels que possible, on comprend l'ampleur du racket opéré via ces officines insidieuses, dans le gouvernement fédéral.

Avez-vous confiance au clonage des animaux destinés à la consommation humaine, au Canada?



Source: Ma publication, dans BMaC et Facebook


Extrait facile à partager, comme ici, dans VK et Twitter...

Les Trudeauistes se préparent à nous faire un nouveau "coup de cochon" avec le clonage d'animaux destinés à l'alimentation.

https://buymeacoffee.com/logixca/le-fdr ... imentation


-- -- --
Fichiers joints
clonage-des-animaux.jpg
clonage-des-animaux.jpg (186.93 Kio) Vu 238 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Sans aucune surprise, ma publication a IMMÉDIATEMENT été supprimée, dans Facebook alors j'ai publié ceci...

Facebook continue de censurer sauvagement toute vérité qui indispose les oligarques et là, c'est contre cette publication (qui n'existe plus, ici... puisque Censorbook l'a tout simplement supprimée... sous prétexte, tenez-vous bien, de "spam").

viewtopic.php?p=8183#p8183

Cette plateforme-prison vise à nous empêcher d'avoir accès aux informations afin de ne présenter que la propagande approuvée par les mercenaires, au service des oligarques.

Mais... lisez plus bas ; )



-- -- --
Fichiers joints
1-facebook-a-supprime-ma-publication-sous-pretexte-de-spam.jpg
1-facebook-a-supprime-ma-publication-sous-pretexte-de-spam.jpg (101.99 Kio) Vu 211 fois
2-la-suppression-sauvage-de-facebook.jpg
2-la-suppression-sauvage-de-facebook.jpg (126.37 Kio) Vu 211 fois
3-l-examen-qui-ne-sert-a-rien-avec-facebook.jpg
3-l-examen-qui-ne-sert-a-rien-avec-facebook.jpg (159.3 Kio) Vu 211 fois
4-pendant-quelques-secondes-voici-a-quoi-a-ressemble-ma-publication-rapidement-supprimee-par-facebook.jpg
4-pendant-quelques-secondes-voici-a-quoi-a-ressemble-ma-publication-rapidement-supprimee-par-facebook.jpg (123.51 Kio) Vu 211 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

C'était prévisible mais pas moins choquant, Facebook a AUSSI supprimé cette 2 publication!

Oui, vous avez bien lu, Facebook a supprimé ma publication originale et la 2e publication, vers le texte de ma publication.

Une double insulte à la liberté d'expression.

Le Canada ressemble de plus en plus à une prison numérique, grâce à Prisonbook et aux mercenaires mondialio-censuristes du Régime de Justin Trudeau.



-- -- --
Fichiers joints
ma-publication-supprimee.jpg
ma-publication-supprimee.jpg (65.82 Kio) Vu 211 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Pour tenter de contourner la censure sauvage de Prisonbook, j'ai publié ceci, dans VK, Twitter et Facebook...

Que pensez-vous du clonage des animaux?

En voulez-vous dans votre assiette?


-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre