Le Pentagone a secrètement diffusé de la propagande antivax sur Twitter pour troller un vaccin chinois

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

19 juin 2024


C'est un sacré scandale que vient de dévoiler le pôle enquêtes de l'agence de presse britannique Reuters.

En pleine pandémie de Covid-19, l'armée des États-Unis a secrètement diffusé sur internet de la propagande antivax à destination de la population philippine, en utilisant notamment des faux comptes sur Facebook et Twitter.

L'objectif?

Décrédibiliser l'aide apportée par la Chine aux Philippines, durement touchées par le Covid-19, dans sa lutte contre la pandémie. Pour les militaires américains, il n'était pas question de laisser Pékin renforcer son influence en Indo-Pacifique par le biais de cette assistance médicale.

[Éditeur: pour ceux qui croient (encore) au narratif des "vaccins" qui "protègent" ceux qui les prennent, le Pentagone a usé d'une rare-malice contre eux afin de les éloigner d'un "vaccin" chinois à la faveur des intérêts des fabricants de "vaccins" américains, comme Pfizer.]

«Grâce à de faux comptes sur internet destinés à usurper l'identité des Philippins, les efforts de propagande de l'armée [américaine] se sont transformés en campagne antivax, révèle Reuters dans cette enquête fleuve. Les publications sur les réseaux sociaux ont dénoncé la qualité des masques, des kits de test et du premier vaccin disponible aux Philippines, celui de l'entreprise chinoise Sinovac Biotech [le CoronaVac, ndlr].»

Nouvelle guerre froide de l'information

L'agence de presse Reuters a identifié environ 300 faux comptes sur Twitter (aujourd'hui X), gérés en sous-main par le Pentagone, qui se faisaient donc passer pour des Philippins et diffusaient le slogan #Chinaangvirus («la Chine est le virus», en langue tagalog). L'un des narratifs utilisés était la présence supposée de gélatine de porc dans le vaccin CoronaVac, ce qui l'aurait rendu illicite pour les musulmans.

[Éditeur: donc, des centaines de millions de dollars américains qui discréditer la Chine avec des fausses informations (à l'intérieur du mensonge officiel que les "vaccins" américains seraient "sûrs et efficaces". Et des faux comptes dans les médias sociaux, ce qu'on dénonce depuis très longtemps.]

L'opération de désinformation a été gérée depuis le centre des opérations psychologiques du Pentagone à Tampa (Floride) et partiellement sous-traitée à la branche informatique de l'entreprise de défense américaine General Dynamics. D'après Reuters, c'est elle qui aurait malencontreusement laissé un certain nombre d'indices qui ont permis de relier les faux comptes à l'armée américaine.

«Le programme militaire a débuté sous l'ancien président Donald Trump et a continué des mois après l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, même après l'alerte de dirigeants des réseaux sociaux auprès de la nouvelle administration sur ce programme de désinformation du Pentagone, indique Reuters.

Au printemps 2021, la Maison-Blanche a publié un décret pour interdire l'opération antivax, qui dénigrait également les vaccins produits par d'autres rivaux et le Pentagone a lancé une enquête interne.» La guerre de l'information, c'est parfois encore plus sale que sur le champ de bataille.



Source: MSN / Korii


Références

  • Reuters: Le Pentagone a mené une campagne secrète anti-vax pour saper la Chine pendant la pandémie
  • The Jimmy Dore Show -- ATTRAPÉS: Le Pentagone a été le plus grand diffuseur de désinformation anti-vaxx!
  • China Daily: Le Pentagone mène une campagne secrète anti-vax pour saper la Chine pendant la pandémie de COVID-19


-- -- --
Fichiers joints
l-enquete-de-reuters.jpg
l-enquete-de-reuters.jpg (271.39 Kio) Vu 339 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

La propagande secrète anti-vax du Pentagone, diffusée via de faux comptes, dans Twitter


Les anti-vax qui ont été persécutés ne savaient peut-être pas que leur identité était usurpée par les opérations psychologiques du Pentagone, pour désinformer... massivement.


Un minuscule fragment de la propagande du Pentagone... exposée.

Et déjà, ça ébranle les flux de nouvelles, dans le monde entier.

Grâce à de faux comptes Internet destinés à se faire passer pour des Philippins, les efforts de propagande de l’armée américaine se sont transformés en une campagne anti-vax.


Les publications du Pentagone (de l'armée américaine) sur les réseaux sociaux dénonçaient la qualité des masques faciaux, des kits de test et du premier "vaccin" (qui serait, en 2020) disponible aux Philippines, à savoir l’inoculation chinoise Sinovac.

Ça fait des années qu'on dénonce l'usage de faux comptes dans les médias sociaux pour nous livrer une guerre de propagande et là, le Pentagone a été pris à le faire, aux Philippines mais on se doute que ça a été fait ailleurs, aussi.

Et comment imaginer que d'autres gouvernements, alignées avec les mêmes idéologies que celles du Pentagone, n'aient pas, eux aussi, engagé d'énormes sommes, en fonds publics, pour conduire, eux aussi, des campagnes de propagande, pendant la "crise pandémique mondiale de la COVID, selon l'OMS"?

Mais...

Pourquoi est-ce que Reuters a sorti publiquement les informations de cette enquête?

Peut-être qu'il s'agit de "préparer le terrain" en vue de l'élection américaine du 5 novembre 2024 en forçant Donald Trump (qui est l'instigateur de l'Opération Warp Speed) à s'expliquer car le programme militaire du Pentagone a commencé sous son régime et s’est poursuivi des mois après le début de la présidence de Joe Biden et ce, même après que des dirigeants aient été alarmés par ce qui avait cours dans les médias sociaux aient averti la nouvelle administration que le Pentagone avait fait du trafic de désinformation à propos de la COVID.

Ainsi, ça montre que ça a commencé sous Trump, ça a continué sous Biden mais ça s'est arrêté, aussi, sous Biden.

Enfin, c'est l'angle avancé par Reuters parce qu'on peut imaginer, encore une fois, on ne peut qu'imaginer, que d'autres campagnes de désinformation de l'État, aux États-Unis, via le Pentagone, ou ailleurs, aient pu avoir lieu.

Et d'ailleurs, comment savoir si ce genre d'opération militaro-commercialo-politico-sociale ait pu avoir lieu, via des sous-traitants, comme des consultants... incluant les "favoris" des ploutocrates de Davos qui "conseillent" les gouvernements, ouvertement mondialistes? Des consultants-mercenaires payés à prix d'or pour nous imposer des idéologies venues d'ailleurs, sous un couvert de fausse légitimité.

Donc, parmi les très nombreux angles à retenir de ce scandale originant du Pentagone, on peut retenir qu'au moins une opération psychologique, aux Philippines, a pris comme thème de désinformation celui de se prétendre être des anti-vax pour décourager l'usage des "vaccins" chinois.

Ainsi, quand les mercenaires grand-médiatiques déversaient leur fiel contre les anti-vax, comment savoir si, au fond, ils n'étaient pas en train de relayer la désinformation d'un ou de plusieurs désinformateurs gouvernementaux.

Parce qu'avec ce qu'on apprend à propos de ce qu'a fait le Pentagone, l'État a clairement désinformé des Philippins pour des fins qu'on peut imaginer mi-commerciales, mi-militaires. Et peut-être aussi psycho-sociales pour faire mal paraître les anti-vax, au passage.

Vous voyez à quel point ce genre de trou de lapin descend rapidement vers toutes sortes de jonctions qui ont cours, loin du point de focalisation du grand public?

Ça signifie que le grand public, justement, doit prendre acte de cette série d'actions inadmissibles du Pentagone et se demander si c'est la seule fois que l'État a usé de désinformation pour avancer les intérêts de la ploutocratie onuso-davossienne.

Ainsi, même si la désinformation a été manufacturée par le Pentagone, aux États-Unis et asséné sur la société civile, aux Philippines, en réalité, ça lève le voile sur une pratiques hautement malveillante et intentionnellement machiavélique contre les cibles de cette propagande mensongère mais aussi contre ceux, comme les anti-vax, qui se sont fait affubler des prétentions qui n'étaient même pas les leurs!

Alors que certains travailleurs humanitaires aux Philippines, informés de l’effort de propagande militaire américaine par Reuters, ont exprimé leur indignation à propos de ce qu'a fait le Pentagone, contre eux et contre les Philippins (et contre le monde, en fait, parce que ça a circulé à peu près partout, via les réseaux sociaux), on comprend que les conclusions de Reuters méritent d’être examinées et entendues par les autorités compétentes des pays concernés.

Autrement dit, ce scandale ne fait que commencer.

Et on sait, selon ce qu'explique Reuters que la désinformation est venue du Pentagone et non des anti-vax.

Alors quand un wanna-be-tyran comme Justin Trudeau veut nous attaquer avec le principe-même, aussi mal défini soit-il, de la "haine", le peuple doit d'abord refuser la prémisse-même du projet de loi C-63 et exiger l'absolu-transparence de toutes les activités de l'État-devenu-scélérat et complice des directives des consultants au service des ploutocrates (essentiellement) étrangers.


Plus que jamais, le peuple doit se soulever contre ces faux comptes, dans les médias sociaux car on voit combien ils sont utilisés pour influer sur les perceptions de ceux qui n'ont apparemment pas la capacité de voir plus "large" que la propagande qui leur est destinée, afin de les contrôler.

Ainsi, à mon sens, les réseaux sociaux doivent réintroduire le facteur de sens commun afin de fermer la porte à des Étato-otano-corruptistes qui ambitionnent d'empoisonner nos flux d'information afin de nous nuire, de nous limiter, de nous affaiblir et de nous contrôler.

Et non, ça ne passe pas par un "âge minimum" pour accéder à l'Internet ou par une identité numérique.

Le cancer informationnel ne vient pas de nous ou alors, dans une bien plus petite mesure et occasionnellement. Mais le vrai cancer, celui qui est financé à coup de centaines de millions de dollars et qui utilise des mercenaires-propagandistes malveillants viennent des GOUVERNEMENTS, eux-mêmes. Et c'est là qu'il faut frapper, très fort. Pas sur le peuple ou alors, de manière très ciblée et ponctuelle.

Le Pentagone devrait être questionné et talonné jusqu'à ce qu'absolument toute la lumière soit faite à propos de ce scandale pour lequel quelque chose me dit qu'on ne fait que commencer à découvrir ce que ces ennemis des Américains et des peuples du monde on fait, en se servant de l'opération psychologique plus large qu'a été la "crise pandémique mondiale de Tedros, l'OMSiste anti-peuples".

C'était donc une campagne secrète anti-vax du Pentagone et là, le secret commence à être dévoilé et qu'importe que ce ne soit que partiel, pour l'instant, c'est un énorme scandale et ce n'est pas juste américano-philippin, c'est mondial.



Source: Ma publication, dans Substack et Facebook


Extrait facile à partager, comme ici, dans VK et Twitter...

Les opérations psychologiques du Pentagone désinforment en se faisant passer pour des anti-vax, aux Philippines mais bien que ce soit, en soi, un immense scandale, est-ce-là la seule fois où de tels mensonges ont eu lieu?

https://open.substack.com/pub/claudegel ... nti-vax-du


-- -- --
Fichiers joints
Les agents de santé et le gouvernement ont eu du mal à faire vacciner les Philippins contre le COVID-19, malgré des sites mobiles comme celui-ci, opérationnels en mai 2021 à Taguig, dans la région métropolitaine de Manille, aux Philippines. À cette époque, les Philippines avaient l’un des pires taux d’inoculation d’Asie du Sud-Est. Le principal vaccin disponible à l’époque était Sinovac.<br /><br />REUTERS/Lisa Marie David
Les agents de santé et le gouvernement ont eu du mal à faire vacciner les Philippins contre le COVID-19, malgré des sites mobiles comme celui-ci, opérationnels en mai 2021 à Taguig, dans la région métropolitaine de Manille, aux Philippines. À cette époque, les Philippines avaient l’un des pires taux d’inoculation d’Asie du Sud-Est. Le principal vaccin disponible à l’époque était Sinovac.

REUTERS/Lisa Marie David
une-station-de-vaccination-a-manille-aux-philippines.jpg (178.48 Kio) Vu 305 fois
Ce message, identifié par Reuters, correspondait au message, au calendrier et à la conception de la campagne de propagande anti-vax de l’armée américaine aux Philippines, selon des responsables militaires anciens et actuels. La plateforme de médias sociaux X a également identifié le compte comme faux et l’a supprimé.
Ce message, identifié par Reuters, correspondait au message, au calendrier et à la conception de la campagne de propagande anti-vax de l’armée américaine aux Philippines, selon des responsables militaires anciens et actuels. La plateforme de médias sociaux X a également identifié le compte comme faux et l’a supprimé.
la-propagande-du-pentagone.jpg (70.85 Kio) Vu 305 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre