L’ARTM propose un tramway à 18,6 milliards pour relier l’est de Montréal et Repentigny

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8146
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

31 mai 2024


Le Projet structurant de l’Est (PSE) prendra la forme d’un tramway de surface de 38 kilomètres de long jusqu’à Repentigny et comprendra un tunnel sous la rivière des Prairies, le tout pour un coût estimé de 18,6 milliards, selon la nouvelle mouture du projet présentée vendredi par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Cette nouvelle version a obtenu des appuis favorables à Montréal, mais n’a pas encore reçu l’aval du gouvernement provincial.

L’ARTM est retourné à la table à dessin après avoir présenté en juillet 2023 un projet totalement souterrain de 36 milliards, un coût qui dépassait « la capacité de payer des Québécois », selon le ministère des Transports du Québec.

[Éditeur: juste pour être clair, 18,6 milliards de dollars aussi, ça dépasse notre "capacité de payer"... ou de s'endetter.]

Cette nouvelle proposition, qui remplace le défunt REM de l’Est, compte 31 stations réparties sur le territoire de Montréal, Montréal-Est, Terrebonne et Repentigny.

Elle permettra une connexion avec les lignes verte et bleue du métro, ainsi qu’avec le réseau de trains de banlieue.

Le réseau se déploiera dans deux axes : nord-sud, de Rivière-des-Prairies à la ligne verte du métro, puis vers l’Est dans les axes de l’autoroute 40 et de la rue Sherbrooke.

Alors que la première version proposait d’emprunter le pont Le Gardeur qui relie l’île de Montréal à Repentigny, ce nouveau tracé prévoit plutôt de creuser un tunnel sous la rivière des Prairies pour rejoindre la Rive-Nord.

Les coûts de construction sont estimés à 6,7 milliards de dollars. Le coût total du projet de 18,6 milliards s’explique par l’addition des frais de gestion de projet, la provision pour les risques, l’indexation et l’actualisation des coûts ainsi que les frais de financement et fiscaux. On vise un déploiement d’ici 2036.

Lors d’un breffage technique, Marc Dionne, directeur du projet PSE à l’ARTM, évaluait que les gains en temps pour les usagers des transports en commun pourraient atteindre de 10 à 22 minutes et de 49 à 59 minutes pour les automobilistes.

« On parle d’un projet 50 % moins cher par rapport à la version initiale, mais d’un service tout aussi attractif », a mentionné M. Dionne, qui a vanté la part importante de « transfert modal » que permettra le PSE. Selon lui, jusqu’à 22 % des usagers du PSE abandonneraient leur voiture pour utiliser le transport en commun.

On estime l’achalandage moyen à 97 000 personnes, dont 30 000 durant la période de pointe du matin.

Réactions

En mêlée de presse à l’Assemblée nationale, la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, a dit avoir pris connaissance du projet de l’ARTM, mais n’a pas voulu se prononcer sur ses coûts ou sa possible réalisation.

« Il faut un projet dans l’est de Montréal, on veut désenclaver l’est de Montréal », a-t-elle commenté, avant d’indiquer que le PSE pourrait être l’un des premiers projets confiés à la nouvelle agence Mobilité Infra Québec.

Plus tard, lors de la période de questions, Mme Guilbault s’est montrée plus favorable aux plans de l’ARTM.

« On va en prendre connaissance exhaustivement [du projet], mais on confirme notre intention d’aller de l’avant avec le projet dans l’est de Montréal », a-t-elle dit.

L’administration de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a accueilli favorablement ce projet de tramway.

« Nous sommes satisfaits de voir les résultats du travail de l’ARTM, qui confirme l’avancement d’un projet de transport structurant attendu depuis trop longtemps dans l’est de Montréal. La proposition actuelle est cohérente avec la planification ambitieuse de notre Plan d’urbanisme et de mobilité, qui sera présenté au cours des prochaines semaines », a indiqué le cabinet de la mairesse.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CMM) a également donné sa bénédiction au projet.

« La proposition mise de l’avant par l’ARTM pour desservir l’est de la métropole mérite qu’on l’appuie. Le tramway est un mode de transport qui a fait ses preuves. […] Surtout, un projet réussi de tramway à Montréal pourrait paver la voie à d’autres projets ailleurs dans la métropole, qui représenteraient une solution adaptée aux déplacements entre quartiers », a déclaré par communiqué son président, Michel Leblanc.

Ensemble Montréal, l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, s’est montré déçu des ébauches de l’ARTM.

« Après des décennies d’attente, Ensemble Montréal comptait sur un projet plus ambitieux pour le développement de l’est de la métropole. La vitesse et la fréquence d’un mode de transport collectif sont l’attrait principal pour les usagers, mais on le sait : un tramway, c’est lent ! » a déploré son chef, Aref Salem, qui a également décrié la mise en service prévue pour 2036.

« Nous espérons que la création de Mobilité Infra Québec permettra d’accélérer la construction et la mise en service du projet », a-t-il déclaré.



Source: Le Devoir



-- -- --
Fichiers joints
projet-de-l-artm-pour-l-est-de-montreal.jpg
projet-de-l-artm-pour-l-est-de-montreal.jpg (234.77 Kio) Vu 313 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre