Une façon de diminuer les résidents temporaires est de les rendre permanents, suggèrent les ministres

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8014
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

10 mai 2024


Une façon pour le Canada de réduire le nombre de résidents temporaires est de leur offrir la possibilité de rester en permanence, a déclaré vendredi le ministre de l'Immigration, mais cela ne veut pas dire que tous ceux qui veulent rester pourront le faire.

[Éditeur: c'est inadmissible de même PENSER à une solution aussi irresponsable et contre l'intérêt des Canadiens.]

Marc Miller a rencontré ses homologues provinciaux et territoriaux pour la première fois depuis qu'il a annoncé un plan sans précédent visant à fixer des limites au nombre de nouveaux résidents temporaires.

[Éditeur: il n'aurait jamais dû être permis d'en avoir autant. C'est le Libéral Sean Fraser qui a totalement abusé de son titre de ministre, à l'immigration, pendant sa présence à ce poste aujourd'hui occupé par Marc Miller, le grand ami de Justin "mondialiste" Trudeau.]

L'objectif est de freiner la croissance galopante, qui a mis la pression sur le marché du logement et d'autres services. Le ministre s'est fixé comme objectif de réduire le nombre de résidents temporaires au cours des trois prochaines années à cinq pour cent de la population canadienne, comparativement à 6,2 pour cent en 2023.

[Éditeur: cette baisse est totalement insuffisante.]

Plusieurs ministres ont averti que la nouvelle politique créerait une demande accrue pour leurs programmes d'immigration provinciaux, car les résidents temporaires demandent à rester au pays. Ils ont lancé l'expansion de leurs programmes provinciaux comme une solution gagnant-gagnant pour garder les gens au Canada en permanence.

"Le fait que les gens soient déjà là, leur impact sur l'abordabilité a déjà été pris en compte, donc c'est intelligent", a déclaré Miller.

[Éditeur: non, ça ne l'est pas.]

"Mais cela ne signifie pas par extension que tout le monde a le droit de rester ici ou d'être ici au Canada."

[Éditeur: non, vraiment pas.]

Ottawa peut également faire plus pour chercher des gens qui sont déjà au Canada en ce qui concerne les programmes fédéraux de résidence permanente, a-t-il dit.

[Éditeur: on savait depuis le début que le plan était de nous remplacer et là, c'est clair comme du cristal.]

Les nouvelles cibles pour les résidents temporaires seront élaborées au cours de l'été et publiées à l'automne. Le gouvernement n'a pas encore fixé les limites qu'il doit fixer sur les nouveaux visas pour réduire la population de résidents temporaires.

Miller a demandé aux provinces de partager toutes les données dont elles disposent sur la population de résidents temporaires à leurs frontières, y compris le nombre de personnes qui finissent par rester en permanence dans le cadre des programmes de candidats provinciaux. Il a également demandé une meilleure image de leur capacité pour les nouveaux arrivants et la pression que la croissance démographique crée dans leurs juridictions.

Déjà Miller a annoncé des plans pour réduire le nombre d'étudiants internationaux en mettant un plafond de deux ans sur les nouvelles admissions en janvier.

Le gouvernement tente également d'accélérer le temps nécessaire au traitement des demandes d'asile et, dans le récent budget fédéral, il s'agit de, comprend des mesures législatives visant à accélérer le processus d'expulsion lorsque ces demandes sont refusées.

[Éditeur: mais ça va aussi augmenter le nombre de demandeurs d'asile qui vont venir tenter leur chance, au Canada.]

La dernière et la plus grande catégorie qui n'a pas encore été abordée est celle des titulaires de permis de travail temporaires.

Comment attribuer un nombre fini de visas temporaires a été au centre des discussions, ont déclaré les ministres dans un communiqué de presse après leur réunion.


En 2018, il y avait 337 460 personnes avec des visas de travail temporaires. En 2022, ce nombre est passé à 605 851.


Miller a déclaré que c'est une main-d'œuvre à laquelle le marché du travail est devenu accro ces dernières années.

[Éditeur: et ce sont les Canadiens qui paient pour.]

Chaque province devra trouver comment surmonter cette dépendance différemment.

Le ministre de l'Immigration de la Saskatchewan, Jeremy Harrison, affirme que sa province n'a pas connu le même afflux de résidents temporaires que d'autres, mais l'objectif est toujours de les faire passer à la résidence permanente autant que possible.

Mais au Manitoba, les annonces d'Ottawa sur la réduction de l'immigration temporaire ont été accueillies avec une augmentation écrasante des demandes au programme des candidats provinciaux pour la résidence permanente.

Plus tôt cette semaine, Miller a accepté la demande du Manitoba de prolonger les permis de travail fédéraux pour quelque 6 700 nouveaux arrivants dont les visas devaient expirer d'ici la fin de l'année, leur donner le temps de présenter une demande pour demeurer au Canada de façon permanente dans le cadre du programme provincial de mise en candidature.

Le ministre de l'Immigration du Manitoba espère voir le programme d'immigration provincial s'élargir en conséquence.

"Je crois comprendre que si nous sommes en mesure de le faire avec succès, alors (Ottawa est) va examiner cela favorablement et être en mesure d'augmenter nos allocations fédérales," a déclaré la ministre de l'Immigration du Manitoba, Malaya Marcelino, au sujet du programme d'immigration de la province.

La plupart des provinces ont demandé plus de contrôle sur leur propre immigration et veulent adapter la façon dont la réduction du nombre de résidents temporaires se répercutera sur leur propre marché du travail.

Le nouvel objectif de visa temporaire ralentira considérablement la croissance démographique. Bien que cela puisse atténuer une certaine pression sur les coûts et la disponibilité du logement, cela pourrait également entraîner une pénurie de travailleurs, a déclaré Andrew Grantham, directeur exécutif de CIBC Economics, dans un rapport publié le mois dernier.

[Éditeur: pénurie de travailleurs, mon oeil. C'est le patronat qui veut du "cheap labor" pour éviter de payer les Canadiens un salaire décent.]

"Les restrictions à la croissance démographique pourraient obliger les entreprises à offrir des salaires plus élevés pour encourager les personnes à rester ou à rejoindre la main-d'œuvre. Nous pourrions perdre certaines entreprises qui ne sont tout simplement pas rentables si elles ne sont pas en mesure d'exploiter des travailleurs étrangers peu rémunérés", a déclaré Grantham.

[Éditeur: ça prouve à quel point l'économie canadienne est faible.]

Alors que les gouvernements fédéral et provinciaux ont promis de trouver cet équilibre, l'économiste du travail Mikal Skuterud a déclaré que les visas de travail ne devraient pas être considérés isolément.

"Vous ne pouvez pas le faire, cela fait partie de tout le système", a déclaré Skuterud, économiste à l'Université de Waterloo.

Il a été parmi les premiers à avertir le gouvernement de tempérer l'augmentation massive du nombre de personnes qui migrent au Canada temporairement pour travailler ou étudier.

Skuterud attribue cette augmentation aux modifications des critères pour les résidents permanents, conçues pour combler des lacunes spécifiques en matière de main-d'œuvre. Ces changements ont créé une incitation pour les travailleurs moins qualifiés à venir au Canada dans l'espoir d'obtenir la résidence permanente.

"Voilà ce qui attire un grand nombre de personnes à venir, et cela crée ce problème dans la population des (résidents temporaires)," a-t-il déclaré.

Cela peut rendre les étudiants et les travailleurs vulnérables aux pratiques prédatrices de certains recruteurs, consultants et employeurs qui peuvent tirer profit de leur statut précaire au Canada, a-t-il ajouté.

Il suggère que le problème pourrait être résolu en créant une voie plus prévisible et transparente vers la résidence permanente pour les nouveaux arrivants.

[Éditeur: ou juste éviter d'en importer autant.]



Source: MSN / CBC / La Presse canadienne


Voir aussi cet épisode de Ratio'd qui parle de cette migration hors de contrôle.



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre