Virus Nipah: tout savoir sur ce virus mortel de retour en Inde

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7396
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

17 septembre 2023


Apparu en 1998 auprès d’éleveurs de porcs en Malaisie, le virus Nipah a successivement sévi à Singapour et au Bangladesh ces dernières années, avant de toucher l’Inde ces derniers jours. Son taux de mortalité est compris entre 40 et 75% selon l’OMS et aucun vaccin n’a pu être mis au point pour l’endiguer.

Un virus pouvant provoquer une épidémie mondiale selon l’OMS. Le virus Nipah, du nom du village malaisien où est apparue la première pandémie en 1998, a un taux de mortalité compris entre 40 et 75% selon l’Organisation mondiale de la Santé.


Les symptômes répertoriés en cas d’infection sont les suivants : une fièvre intense, des vomissements et une infection respiratoire dans les cas bénins. En cas de complications, le patient touché peut souffrir de convulsions ou d’une inflammation cérébrale poussant au coma. A noter qu’il n’existe aucun vaccin actuellement pour l'endiguer.

À l’image du Covid-19, d’Ebola ou encore du Zika, ce virus est placé par l’OMS comme l'une des nombreuses maladies méritant une recherche prioritaire en raison de leur potentiel à provoquer une épidémie mondiale.

[Éditeur: l'OMS se cherche des occasions de faire du business. Rien de plus.]

Il se transmet généralement aux humains par les animaux ou par des aliments contaminés, mais il peut également se transmettre directement entre humains. Les chauves-souris frugivores sont identifiées comme les porteuses naturelles du virus, à l’origine des épidémies successives.

Les épidémies liées au virus Nipah

La première épidémie détectée en Malaisie en 1998 a coûté la vie à plus de cent personnes, tout en entraînant l’abattage d’un million de porcs pour contenir l’avancée du virus. Ce dernier a ensuite émergé à Singapour, via les travailleurs d’un abattoir entrés en contact avec les porcs contaminés en Malaisie. Il a touché 11 personnes et a provoqué un décès.

Dès 2001, le virus Nipah a touché le Bangladesh et l’Inde. Le premier pays cité a été le plus durement frappé par les épidémies liées à ce virus avec plus de cent personnes mortes depuis cette date. En Inde, deux épidemies ont coûté la vie à une cinquantaine de personnes avant d’être finalement contrôlées.

Depuis le mois dernier, l’Etat du Kerala, au sud du pays, a enregistré quatre cas et deux décès liés au virus Nipah. Une grande campagne de tests a été menée par le gouvernement local, qui a aussi pris la décision de fermer des écoles. Cette épidémie est la quatrième qui a touché la région en cinq ans. Depuis son arrivée en Inde en 2018, le virus a meurtri le pays à 17 reprises.

Entre 540.000 et 850.000 virus dangereux pour l'homme

D’après les estimations publiées dans la revue Science en 2018, il existerait 1,7 million de virus inconnus chez les mammifères et les oiseaux, dont 540.000 à 850.000 auraient la capacité d'infecter les humains.

Présentes sur Terre depuis des milliers d’années, les zoonoses (des maladies transmissibles des animaux aux humains) se sont multipliées lors des 20 à 30 dernières années sur le globe.

En cause, le développement des voyages internationaux, qui a favorisé leur expansion, tout comme le réchauffement climatique poussant certaines espèces à quitter leur écosystème. L’agriculture intensive et la déforestation ont aussi été pointés du doigt par les scientifiques car ils ont permis d’accélérer le développement de mutations virales.



Source: CNews



-- -- --
Fichiers joints
Micrographie électronique en transmission colorisée d'une particule mature du virus Nipah extracellulaire (violet) près de la périphérie d'une cellule VERO infectée (brune). Image capturée et améliorée en couleur au Centre de recherche intégré du NIAID à Fort Detrick, Maryland. Crédit: NIAID
Micrographie électronique en transmission colorisée d'une particule mature du virus Nipah extracellulaire (violet) près de la périphérie d'une cellule VERO infectée (brune). Image capturée et améliorée en couleur au Centre de recherche intégré du NIAID à Fort Detrick, Maryland. Crédit: NIAID
Nipah_virus_from_an_infected_VERO_cell.jpg (306.12 Kio) Vu 129 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7396
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

17 septembre 2023


Ce qu'il faut savoir sur le virus Nipah: pas besoin de s'inquiéter


Le virus Nipah (NiV) est classé comme un virus zoonotique, capable de se transmettre entre les animaux et les humains. Plus précisément, les chauves-souris frugivores, également connues sous le nom de renards volants, servent de réservoir naturel pour le NiV. Ce virus est notable pour sa capacité à provoquer des maladies chez les porcs et les humains. L'infection par le NiV est liée à l'encéphalite, caractérisée par un gonflement du cerveau, et peut entraîner toute une gamme de symptômes, allant de légers à graves, pouvant entraîner la mort.


Ces épidémies sont observées presque chaque année, affectant principalement les régions d'Asie, en particulier le Bangladesh et l'Inde.


La prévention de l'infection par le virus Nipah consiste à éviter les porcs malades et les chauves-souris dans les zones où le virus est prévalent. De plus, la consommation de sève de palmier dattier cru doit être évitée, car elle peut être contaminée par des chauves-souris infectées. En cas d'épidémie, la mise en œuvre de mesures standard de contrôle des infections dans les établissements de santé peut jouer un rôle crucial dans la prévention de la transmission de personne à personne.

Les personnes aux États-Unis ne devraient pas être excessivement préoccupées par le virus Nipah pour plusieurs raisons.

Premièrement, les épidémies de virus Nipah se sont principalement produites dans des régions d'Asie, notamment au Bangladesh et en Inde, avec des cas sporadiques signalés dans d'autres pays. Il n'y a aucune preuve de transmission soutenue ou d'épidémies généralisées aux États-Unis. Le virus, identifié pour la première fois chez des éleveurs de porcs en Malaisie en 1999, n'a jamais provoqué d'épidémie aux États-Unis. Les personnes aux États-Unis ne devraient pas être excessivement préoccupées par le virus Nipah pour plusieurs raisons.



Source: Chester Tam, dans Twitter



-- -- --
Fichiers joints
le-virus-nipah.jpg
le-virus-nipah.jpg (59.09 Kio) Vu 121 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7396
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Le monde entier devrait-il avoir peur du virus Nipah, en Inde?

"Tracés et en isolation", en Inde... le cirque recommence, à la CBC-mercenaire, juste à temps pour faire peur à ceux qui avaient hâte d'avoir peur.

https://twitter.com/logixca/status/1703531235316818052

Le "virus Nipah"... un virus zoonotique, ils vont tenter de nous refaire le coup de la chauve-souris!

Ils rient de nous...

viewtopic.php?t=5353

À part si vous écoutez les médias-mercenaires mondialistes, ça ne devrait pas vous faire peur.

La prévention de l'infection par le virus Nipah consiste à éviter les porcs malades et les chauves-souris dans les zones où le virus est prévalent.

Combien de fois par jour venez-vous en contact avec des chauves-souris, vous? Ou des porcs malades? Dans une zone (spécifiquement) ou le virus Nipah est prévalent?

Pas-tant-souvent, pas vrai?

De plus, la consommation de sève de palmier dattier cru doit être évitée car elle peut être contaminée par des chauves-souris infectées.

Ah! Ces satanées chauves-souris... elles sont partout où l'OMS cherche à siphonner le monde entier (et l'Occident, en particulier) à coup de milliards, pour un nouveau "vaccin" (ou "traitement"), pas vrai?

Donc...

En cas d'épidémie, la mise en œuvre de mesures standard de contrôle des infections dans les établissements de santé peut jouer un rôle crucial dans la prévention de la transmission de personne à personne.

Et en Inde, parfois... soyons honnêtes, il existe des endroits où ça pourrait faire légèrement défaut.

Mais attendez-vous à ce que les médias-mercenaires virent zinzin-et-son-cousin contre les chauve-souris!

Mais...

Les grands-médias-mercenaires ne feront aucun effort pour contextualiser leur nouvelle sensationnaliste qui n'a qu'un seul objectif: faire peur.

D’après les estimations publiées dans la revue Science en février 2018, il existerait tout près de 1,7 million de virus inconnus chez les mammifères et les oiseaux, dont 540,000 à 850,000 auraient la capacité d'infecter les humains.

https://www.livescience.com/61848-scien ... ruses.html

Ouh! La-la... la joie qui envahit les officines de l'OMS qui réalisent qu'il vont faire la grosse passe de cash... pour toujours, avec autant d'arguments pour attiser la peur des... virus!

Présentes sur Terre depuis des milliers d’années, les zoonoses (soit des maladies transmissibles des animaux aux humains) se sont multipliées lors des 20 à 30 dernières années sur le globe.

Pile-poil en même temps que les vaccinations de masse, de la naissance à la mort, aussi bien chez les animaux que les humains mais il n'y a sûrement aucun lien, pas vrai?

Pas plus qu'avec les OGM, la pollution, l'élevage animalier industriel intensif dans des "pays en voie de développement" et les ondes électromagnétiques pulsées incessantes.

On connaît leur ritournelle.

Mais...

Le vrai problème vient des millions d'abonnés aux médias-mercenaires qui, eux, manquent de... perspective.

Alors si vous croisez quelqu'un qui porte un masque, à Montréal, parce qu'il ne veut pas mourir du virus Nipah, regardez-le avec amour et répondez-lui simplement avec un "Um-hum", sans jugement et sans pointe d'humour.

Juste laisser la peur user sa proie assez longtemps pour que celle-ci décide enfin de s'en libérer, par elle-même.

À coup d'esprit critique et de distanciation grand-médiatique.

Ça semble être ça, la formule d'immunisation "à vie", contre la manipulation, les inférences et... la peur essentiellement manufacturée ou instrumentalisée par les initiés, contre les peuples.



Source: Ma publication, dans VK, BMaC et Facebook



-- -- --
Fichiers joints
virus-nipah-et-chauve-souris.jpg
virus-nipah-et-chauve-souris.jpg (58.57 Kio) Vu 120 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre