Pays imaginaire au Québec: prenez garde à ce faux roi qui vend des citoyennetés bidon

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

1er aout 2023


Le Québécois aurait convaincu une centaine de personnes à payer pour rejoindre son projet


Les autorités mettent en garde le public contre un Québécois qui prétend faussement avoir créé un pays reconnu par le Canada, lui qui a convaincu une centaine de personnes de payer pour obtenir la citoyenneté dans son État bidon.

«On a entendu parler un peu du soi-disant État du Tayos. J’ai tout de suite pensé à la mouvance des citoyens souverains. [...] Ce que je dis souvent, c’est que si c’est trop beau pour être vrai, c’est probablement faux», prévient Michael Kropveld, fondateur et directeur général d'Info-Secte.

Jean-Denis Boudreault, 43 ans, a créé de toute pièce «l’État souverain du Tayos» durant la pandémie. Ce pays fictif, toujours en «construction», sera principalement situé près du lac McCracken en Abitibi-Témiscamingue ou encore sur l'île d'Anticosti, selon le site internet du projet.

Son objectif? «Offrir un nouvel espoir à ceux qui veulent encore que la vérité et la lumière brillent», peut-on lire sur la même page web du pays fictif, dont la case postale se trouve à Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides.

«Excellente nouvelle! Le Canada a officiellement reconnu l'État de Tayos en droit! La Cour fédérale du Canada est entrée en relation contractuelle avec la personnalité juridique de Tayos», écrivait à tort sur les réseaux sociaux M. Boudreault en mars dernier pour convaincre ses adeptes.

Complètement faux

Le Journal a donc contacté le gouvernement pour savoir s’il avait bel et bien reconnu l’État du Tayos.

«L'individu en question ne représente pas un gouvernement légitime. Ses affirmations sont sans fondement», confirme Kevin McCaughey, du Bureau du conseil privé du Canada.

Jean-Denis Boudreault n’a d’ailleurs pas enregistré son organisation au registre des entreprises du Québec (REQ). Le Québécois s’est aussi créé une autre identité. Il se fait désormais passer pour «Majesté le Roi Regis Lucius I» dans le royaume de Tayos.

«Si vous souhaitez canaliser votre propre énergie et aider à restaurer l’empire de la lumière, alors rejoignez votre Roi! L’État de Tayos a besoin de vous», précise-t-il sur son blogue.

20$ pour un faux passeport de Tayos

Pour 100$, un «Tayen» peut obtenir tous ces papiers bidon: un permis de conduire, un passeport, des plaques d’immatriculation, des cartes d’immatriculation pour un véhicule et un certificat de citoyenneté.

Les futurs citoyens doivent aussi partager plusieurs informations personnelles avec Jean-Denis Boudreault pour obtenir ces documents, soit leur adresse, leur date de naissance, une copie de leur signature et même leur Numéro d'Identification du Véhicule (NIV).

L’homme se vante d’ailleurs sur la plateforme Telegram, là où il partage les détails de son projet, d’avoir déjà convaincu des gens de s'y joindre.

«Je ne compte plus en ce moment, mais on est bien au-dessus de 100, et ça continue...», écrit-il sur le réseau social.

La Sûreté du Québec (SQ) indique avoir pris connaissance de mouvements similaires à celui de l’État du Tayos dans la province. «De manière générale, on invite les gens à être vigilants et à vérifier la légitimité des groupes comme ceux-là avec qui ils font affaire», précise Ève Brochu-Joubert, porte-parole de la SQ.

Anciennement dans la cryptomonnaie

Selon nos vérifications, Jean-Denis Boudreault était auparavant à la tête d’une entreprise de monnaie virtuelle nommée «Neuralium Inc.» à Brossard.

Le Journal a tenté de contacter le Québécois qui œuvrait auparavant dans la cryptomonnaie, mais celui-ci a prétexté ne pas travailler dans l’État souverain du Tayos.

LES DEMANDES «FRIVOLES» DU FAUX ROI REJETÉES EN COUR

Des juges ont rejeté à plusieurs reprises les demandes «frivoles» faites en cour par le Québécois qui tente de créer un faux pays pour amasser de l’argent en vendant des citoyennetés bidon en ligne.

Jean-Denis Boudreault, alias le roi autoproclamé de l’État du Tayos, a tenté de faire reconnaître à plusieurs reprises des jugements émis par un tribunal fictif qu’il a inventé dans son pays imaginaire. Il s’est même rendu en février 2023 devant la Cour du Québec pour invalider une décision rendue contre lui au civil.

«Jean-Denis Boudreault qui se dit constituer sur le plan juridique un État souverain demande une procédure constituée d’un charabia incompréhensible et irrationnel», note d’abord le juge Gilles Lareau, dans son procès-verbal.

Sans mâcher ses mots, le tribunal a rapidement rejeté la demande du quadragénaire.

«M. Boudreault souhaite donc invalider certains jugements de la Cour du Québec. À sa face même, la procédure du demandeur est sans aucun fondement et manifestement frivole», critique le juge.

C’est assez, dit un autre

Selon les documents de la Cour, Jean-Denis Boudreault a tenté de faire invalider des décisions contre lui à au moins trois autres reprises grâce à l’État du Tayos.

En janvier dernier [2023], devant la Cour du Québec à Laval, un juge a rappelé à l’ordre le Québécois qui s’est encore présenté tel un citoyen d’un État souverain. Il a une fois de plus tenté d’annuler des jugements de cour l’impliquant.

L’honorable Louis-Joseph Gouin a finalement mentionné «que cette saga a suffisamment duré».

«Tous les jugements déjà rendus sont finaux, et il n'y a pas lieu, pour quelque raison que ce soit, de procéder de nouveau à une nouvelle audition des demandes et prétentions de M. Boudreault», conclut-il.



Source: Journal de Montréal



-- -- --
Fichiers joints
Portrait de Jean-Denis Boudreault, à la tête du pays imaginaire du Tayos. M. Boudreault utilise aussi le nom de «Majesté le Roi Regis Lucius» dans son faux royaume. En arrière-plan, la carte indiquant le territoire où sera construit son État. CAPTURES D'ÉCRAN D'UNE VIDÉO PUBLIÉE SUR LE COMPTE YOUTUBE «STATE OF TAYOS» ET DU SITE WEB STATE-OF-TAYOS.COM
Portrait de Jean-Denis Boudreault, à la tête du pays imaginaire du Tayos. M. Boudreault utilise aussi le nom de «Majesté le Roi Regis Lucius» dans son faux royaume. En arrière-plan, la carte indiquant le territoire où sera construit son État. CAPTURES D'ÉCRAN D'UNE VIDÉO PUBLIÉE SUR LE COMPTE YOUTUBE «STATE OF TAYOS» ET DU SITE WEB STATE-OF-TAYOS.COM
territoire-pressenti-du-roi-de-tayos.jpg (124.56 Kio) Vu 813 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

SOUS TOUTES RÉSERVES

Jusqu'à preuve du contraire, Tayos pourrait n'être qu'une fiction.

Comment des Québécois peuvent-ils se laisser séduire par l'État fictif de Tayos, à part via cet espèce de culte de la personnalité du Roi, lui-même?

En effet, Jean-Denis Boudreault, devenu Roi de Tayos, par auto-proclamation, parle vite et fait flèche de tout bois.

Le Roi parle comme si ce qu'il avance était un fait accompli alors qu'il n'en est rien mais son discours fonctionne avec des centaines de Tayens qui se soumettent à son projet, dans son Royaume qu'il appelle un État (alors que c'est objectivement un "royaume" puisqu'il s'est déclaré Roi de Tayos mais bon, ça peut aussi être désigné comme un État, pour tout fait et cause).

Qu'est-ce qui séduit les gens?

Difficile à dire mais probablement que les terrains de 4 acres gratuits et la double-nationalité ont séduit les Tayens actuels et peut-être aussi ceux qui aspirent à le devenir.

Ceci dit, une fiction, si cet État en est une, demeure... une fiction.

Ce n'est pas parce que des gens forcent des clôtures de zones publiques qu'ils peuvent aller s'y établir. C'est d'ailleurs formellement interdit, sous peine d'amendes (le côté administratif) et peut-être de poursuites (le côté judiciaire).


Ainsi, les Tayens qui vont s'installer sur des terres québécoises se placent, selon les lois du Québec, en position d'illégalité en tant qu'occupants sans droits.

C'est un jeu dangereux auquel jouent les Tayens qui suivent leur Roi Régis Lucius 1er car le moment où le gouvernement du Québec mettra fin à cette charade, ceux-ci pourraient être visés par des actions contre eux (administratives, judiciaires ou les deux).

Assurément que les Tayens ne comprennent pas cette mécanique et le Roi dirait sûrement que le gouvernement du Québec ne comprend pas les siennes mais voilà, les règles au Québec sont claires et ce que s'apprêtent à faire les Tayens en s'établissant sur des terres qui ne sont pas les leurs pourrait, en définitive, leur coûter cher et ce serait vraiment triste qu'une telle survenue advienne.

Un... gourou?

Ça fait penser à la série Netflix "Le Parcours des gourous" qui explique comment les gourous s'y prennent pour se consolider un groupe de fidèles qui pourront les servir, docilement.

Tayos fait rêver ceux qui veulent aller y vivre sans les obligations de cette version parasitée de notre monde, sans les politiciens, sans les impôts et sans les injustices systémiques qui nous sont assénées (pour vrai) mais on en revient à la question-première: est-ce que c'est vrai?

Et c'est là que les échanges deviennent tendus.

Le Roi se déclare souverain de ce qu'il convoite et prend (en référence, notamment, aux "territoires tayens"). Ceux qui le suivent lui font confiance, selon ce qui semble émaner de la loi naturelle, sous Dieu. C'est un processus authentique pour l'individu et le Roi semble amplement capable de faire valoir ses propres droits (à la manière d'un "free man on the land"), avec des documents à l'appui mais pour l'État, là, c'est moins clair.

Concrètement, personne à part le Roi lui-même ne semble avoir vu les fameuses "2 causes" que le Roi aurait gagnées et qui légitimisent l'État de Tayos. Pourquoi cacher ces causes si elle légitiment l'État?


Est-ce que c'est bien ça?

2 cause qui ont permis que l'État de Tayos puisse exister?



Alors que le Roi semble agacé par ceux qui ne pense pas comme lui, il se dit accueillant. Il l'est peut-être mais ce n'est pas simple à déterminer, à ce point-ci. Certains ont pu constater une différence entre ce qu'il dit et la réalité mais encore là, ça dépend du point de vue et de l'interprétation. D'ailleurs, certains Tayens ont déjà été supprimés du groupe Telegram où les échanges officiels ont lieu.

Curieuse manière de procéder pour un État qui se dit ouvert.

Et oui, il y a bel et bien un groupe Tayos pour la Chine.


Aussi, il y a cette collection de documents à propos de la famille Boudreault. Il y a aussi cet affidavit réalisé dans le cadre d'un différend avec la DPJ.


Le Roi aurait une conjointe, soit Katherine Siavichay et 3 enfants.



-- -- --
Fichiers joints
Testimony-injunction-26-september-2022.pdf
(1.49 Mio) Téléchargé 43 fois
le-brevet-de-naissance-de-jean-denis-boudreault.jpg
le-brevet-de-naissance-de-jean-denis-boudreault.jpg (192.77 Kio) Vu 804 fois
regis-met-l-emphase-sur-son-etat.jpg
regis-met-l-emphase-sur-son-etat.jpg (165.83 Kio) Vu 809 fois
occupation-sans-droit.jpg
occupation-sans-droit.jpg (128.12 Kio) Vu 812 fois
danger-d-abus-du-roi.jpg
danger-d-abus-du-roi.jpg (111.13 Kio) Vu 812 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

14 août 2023


Jonathan Blanchette a publié un vidéo dans lequel il dénonce divers éléments constitutifs de l'État de Tayos.


En regardant un des documents constitutifs, on apprends qu'un certain "Michael Leonard Anderson" serait le "President of the Sovereign State of Tayos".

Le 10 août 2023, Jonathan Blanchette a produit cette autre vidéo qui dénonce Tayos.



-- -- --
Fichiers joints
michael-leonard-anderson-de-tayos.jpg
michael-leonard-anderson-de-tayos.jpg (147.95 Kio) Vu 793 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

[Éditeur: est-ce que c'est le même Jean-Denis Boudreault que le Roi Régis Lucius 1er de Tayos?]


Pageau c. Boudreault, 2014 CanLII 128620 (QC TAL)


Date: 2014-04-28

Numéro de dossier: 37-120215-001 37 20120215 G; 37-111215-001 37 20111215 G


C'est une cause portant sur un différent à propos d'un chien alors ce n'est pas une cause majeure mais ce serait utile de savoir si c'est une cause liée à Jean-Denis Boudreault devenu le Roi de Tayos, ou non.



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

15 septembre 2023


«Royaume de Tayos» au Québec: le faux roi ne pourra plus utiliser son faux nom

Le Québécois de 43 ans est finalement sorti de prison cette semaine


Le Québécois qui tente de convaincre la population d’immigrer dans son pays imaginaire de Tayos a finalement été libéré cette semaine, mais il devra cesser de se présenter sous sa fausse identité en attendant la suite des procédures judiciaires.

Jean-Denis Boudreault, 43 ans, prétend faussement avoir créé l’État souverain de Tayos au Québec. Il récolte même l’argent de la population qui souhaite immigrer dans son faux pays en échange de documents bidon. Le Journal a révélé la semaine dernière que le Québécois a été arrêté dans sa maison, à Val-des-Lacs, dans les Laurentides.

Une fois sur place, la Sûreté du Québec (SQ) a saisi plusieurs armes dangereuses dans sa résidence. Ce père de famille est accusé d’avoir entravé ou intimidé des policiers à plusieurs reprises, de harcèlement et d’avoir produit des documents contrefaits.

« Lors de l’audience du 14 septembre 2023, M. Boudreault a été déclaré apte à subir son procès. Une ordonnance de mise en liberté, assortie de conditions à respecter, a également été rendue par le tribunal », confirme Me Patricia Johnson, porte-parole adjointe du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Fini les armes et le faux nom

Selon un document de la cour consulté par Le Journal, Jean-Denis Boudreault devra suivre une longue liste de conditions durant sa remise en liberté.

Il ne pourra pas changer d’adresse, sans l’autorisation du Tribunal. Il lui sera interdit de communiquer et de se retrouver à proximité de certains lieux fréquentés par les policiers concernés dans ce dossier.

Jean-Denis Boudreault n’aura pas le droit de posséder plusieurs objets sur lui, dont des armes offensives ou à usage restreint. Le Québécois ne pourra d’ailleurs plus utiliser sa fausse identité, lui qui prétendait sur des documents contrefaits se nommer le « Roi Regis Lucius I ».

« Ne pas avoir en votre possession quelque document bancaire que ce soit, notamment carte de crédit, carte de guichet automatique, chèque, traite, qui ne soient pas libellés à votre nom propre », lui interdit la cour.

Arrêté avec une fausse plaque

L’origine de ces accusations remonte à juillet 2023. À l’époque, M. Boudreault avait été arrêté par la SQ au volant d’une voiture avec une plaque du Tayos et un faux permis du même État imaginaire.

Son auto avait ensuite été saisie par les policiers. Toute cette scène avait été filmée par le cellulaire du prétendu roi. L’homme de 43 ans avait menacé les agents en mentionnant, à tort, que ceux-ci n’avaient pas d’autorité sur Sa Majesté le « Roi Regis Lucius I ».

Les dossiers de Jean-Denis Boudreault seront à nouveau devant le tribunal, en Beauce, le 2 octobre 2023.



Source: Journal de Montréal



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre