La grippe se propage, la fatigue vaccinale aussi

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 6665
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

30 novembre 2022


La grippe se propage rapidement au Québec, mais beaucoup d’aînés et de soignants tardent à se faire vacciner contre le virus en cause. Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), 56 % des Québécois de 75 ans et plus ont reçu jusqu’à présent le vaccin contre l’influenza.

Seulement 18 % des travailleurs de la santé ont relevé la manche pour l’obtenir.

[Éditeur: encore le veau d'or vaccinal, les employés du réseau de la santé commencent à voir clair dans l'arnaque présentée comme une nouvelle normalité.]


« Je comprends une certaine fatigue de la vaccination, dit le Dr Quoc Dinh Nguyen, gériatre et épidémiologiste au Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Mais ce n’est certainement pas la bonne année pour être fatigué. »

[Éditeur: fatigue vaccinale? Peut-être mais ça cache l'évidence que les gens REJETTENT probablement aussi la vaccinophilisterie.]

L’indice d’activité grippale est « élevé avec tendance à la hausse », selon les dernières données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Le nombre de cas d’influenza — déclarés aux laboratoires sentinelles participant au programme de surveillance — a plus que doublé la semaine dernière par rapport à la précédente.

« On a beaucoup moins de mesures populationnelles de réduction des contacts, de diminution de la transmission, rappelle le Dr Nguyen. C’est le pire cocktail pour les personnes âgées. »

D’après le MSSS, 70 % des résidents des CHSLD ont été vaccinés contre la grippe, tout comme 69 % des personnes âgées vivant en résidence privée pour aînés. La tournée vaccinale dans ces milieux, qui s’est amorcée début octobre 2022, est terminée.

[Éditeur: le fond de commerce des pro-vaccins qui s'en mettent plein les poches.]

« C’est vraiment insuffisant dans une clientèle qui est fragile et à risque pour l’influenza », indique le Dr David Lussier, gériatre à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

[Éditeur: c'est dommage qu'autant de médecins ne voient de solution que via un vaccin...]

Le médecin croit qu’il faut investiguer pour connaître les raisons expliquant cette couverture vaccinale. « Est-ce parce qu’on n’a pas réussi à joindre les familles pour ceux qui ne peuvent pas consentir [à la vaccination] ? avance-t-il. Ou c’est vraiment parce que les gens ont refusé la vaccination contre l’influenza ? »

Lors de la saison grippale 2021-2022, 75,3 % des résidents des CHSLD publics ou privés conventionnés ont reçu le vaccin contre l’influenza, selon le MSSS. Ce taux était toutefois plus faible avant la pandémie : 42 % en 2018-2019 et 54,3 % en 2019-2020.

Des taux plus bas qu’à l’habitude

Le Dr Gaston De Serres, médecin et épidémiologiste à l’INSPQ, estime qu’il faudrait augmenter la couverture vaccinale chez les aînés si l’on veut réduire la pression sur le système de santé. « Les 75 ans et plus, c’est 50 % de toutes les hospitalisations pour l’influenza. C’est beaucoup ! » signale-t-il.

[Éditeur: toujours le même chantage, c'est devenu tellement évident que c'est une grosse arnaque.]

Membre du Comité sur l’immunisation du Québec, le Dr De Serres précise qu’avant la pandémie, la couverture vaccinale des 75 ans et plus oscillait entre 60 % et 70 %, contre 56 % actuellement, d’après le MSSS.

« Chez les travailleurs de la santé, on était entre 30 % et 50 %, ajoute-t-il. On n’avait pas des chiffres très élevés, mais on avait certainement des chiffres meilleurs que ceux qu’on voit maintenant [18 %]. »

La Dre Sophie Zhang, coprésidente de la Communauté de pratique des médecins en CHSLD, constate une « fatigue vaccinale » chez des travailleurs de la santé. Elle dit pouvoir comprendre ses collègues, mais rappelle que les CHSLD rassemblent « énormément de personnes vulnérables dans un même milieu ». Il faut les protéger, souligne-t-elle.

[Éditeur: zinc, vitamine C + D avec de l'eau fraîche et une saine alimentation. Est-ce que ça a été essayé avant de courir dans les bras des fabricants de vaccins? C'est une question rhétorique parce que non, ces médecins vendus aux vaccins font exprès de ne jamais parler des alternatives naturelles.]

« On l’a vu [pendant la pandémie], c’était beaucoup les travailleurs de la santé qui faisaient rentrer la COVID dans les CHSLD, explique la Dre Zhang. C’est possible que ce soit encore le cas avec l’influenza. Je n’ai pas de données là-dessus, mais c’est sûrement une façon par laquelle le virus peut rentrer. »

Un vaccin gratuit, mais pas toujours efficace

Depuis vendredi, le gouvernement québécois offre à tous les citoyens d’être vaccinés gratuitement contre l’influenza. Selon le MSSS, le nombre de rendez-vous a bondi à la suite de cette annonce. Plus de 60 000 personnes ont réservé une plage, indique le ministère. Parmi ces gens, 14 % ont moins de 18 ans, 15 % ont entre 18 et 39 ans, 30 % ont entre 40 et 59 ans, 32 % ont entre 60 et 74 ans, et 9 % ont 75 ans et plus.

À l’instar des aînés, les malades chroniques ont tout intérêt à tendre le bras, selon le Dr De Serres. Leur risque d’être hospitalisé en cas d’influenza est « généralement 10 fois plus élevé », précise-t-il.

[Éditeur: tout intérêt? Vraiment? On s'entend que c'est encore un vaccin expérimental, pour l'influenza, autant que pour la COVID, pourtant.]

« Les vrais gains [pour la population et le système de santé], ce n’est pas de donner le vaccin tant que ça à des gens en bonne santé, affirme-t-il. C’est de réussir à améliorer la couverture vaccinale dans les groupes où on retrouve le plus d’hospitalisations. »

[Éditeur: alors ce ne sont que les vulnérables qui devraient être vaccinés, si on suit cette logique. Pourquoi vacciner les gens en santé, tout court?]

Il faut espérer que le vaccin sera efficace.

[Éditeur: il ne l'est pas et ne l'a historiquement pas été très souvent, c'est une autre arnaque pharmaceutique pour faire de l'argent, année après année.]

Les scientifiques et les experts tentent chaque année de prévoir assez tôt quelles souches du virus circuleront durant la saison grippale afin de déterminer la composition du vaccin. Lors de la saison 2021-2022, son taux d’efficacité global a atteint 36 %, contre 58 % en 2019-2020. Il n’a atteint qu’un maigre 9 % en 2014-2015. Des données préliminaires sur la version 2022-2023 devraient être disponibles à la fin janvier 2023.

[Éditeur: ces chiffres sont loin de faire consensus et pourraient avoir été savamment présentés avantageusement.]



Source: MSN / Le Devoir



-- -- --
Fichiers joints
Le gouvernement québécois offre à tous les citoyens d’être vaccinés gratuitement contre l’influenza. -- © Mark J. Terrill Associated Press
Le gouvernement québécois offre à tous les citoyens d’être vaccinés gratuitement contre l’influenza. -- © Mark J. Terrill Associated Press
vaccination-contre-l-influenza.jpg (24.91 Kio) Vu 20 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre