Keith Wilson: les camionneurs avaient raison

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 5900
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

5 avril 2022


LES CAMIONNEURS AVAIENT RAISON: La manifestation du Freedom Convoy était légale, selon le juge, et Ottawa est maintenant poursuivi


Le gouvernement canadien a bafoué les droits fondamentaux de la personne avec ses restrictions liées à la COVID, puis est allé trop loin dans la gestion du convoi de la liberté et doit maintenant répondre à de nombreuses poursuites, dont une intentée par un ancien premier ministre, a déclaré un avocat constitutionnel très respecté.

S'exprimant sur la chaîne Youtube de l'avocat montréalais Viva Frei le 25 mars 2022, Keith Wilson a noté que les accusations de méfait contre sa cliente et chef de convoi Tamara Lich, n'aboutiront pas. Elle a conseillé aux camionneurs de se déplacer afin de se conformer aux demandes de la police, de ne pas bloquer les voies d'urgence, a-t-il déclaré.


Wilson est également l'avocat de l'ancien premier ministre de Terre-Neuve, Brian Peckford, qui poursuit le gouvernement fédéral pour avoir enfreint la Charte des droits en empêchant les personnes non vaccinées de quitter le pays ou de monter dans un bus, un train ou un bateau.
"De toute évidence, nous allons pouvoir établir des violations de la Charte", a déclaré Wilson, ajoutant que le gouvernement restreignait la mobilité, la sécurité de la personne et la liberté de conscience.

Wilson a déclaré qu'il ne pourrait pas vivre avec lui-même s'il n'avait pas aidé le Freedom Convoy lorsqu'il a reçu l'appel à l'aide du Justice Center for Constitutional Freedoms le 1er février.

"J'ai été tellement préoccupé par la direction de notre pays", a-t-il déclaré. «J'ai été si fondamentalement préoccupé par le piétinement des libertés civiles et la perte de droits et la réaction excessive à COVID. J'ai été tellement préoccupé par l'avenir de mes enfants, profondément, profondément préoccupé et inspiré par ce que faisaient les camionneurs.

Wilson a également précisé que la manifestation du Freedom Convoy n'était à aucun moment illégale, même si le premier ministre Trudeau l'a qualifiée d'illégale et que les grands médias l'ont suivie.

En fait, un juge de la Cour suprême de l'Ontario s'est rangé du côté du convoi. Lorsqu'une injonction contre les klaxons a été prononcée, le tribunal a également déclaré que "à condition que les termes de la présente ordonnance soient respectés, les accusés et les autres personnes restent libres de s'engager dans une manifestation pacifique, légale et sûre".

La réalité sur le terrain n'était souvent pas rapportée. Bien que la police d'Ottawa ait souvent annoncé qu'elle avait procédé à un certain nombre d'arrestations lors des manifestations du Freedom Convoy, elle n'a jamais mentionné que de nombreux incidents avaient été signalés par des camionneurs après que des personnes aient fendu leurs pneus ou coupé des conduites d'essence, a déclaré Wilson. La police a également négocié avec les camionneurs les rues qu'ils seraient autorisés à bloquer pendant la manifestation. Lorsque les choses se sont réchauffées, la police a bloqué l'avenue Laurier pour empêcher la circulation est-ouest même s'il n'y avait pas un camion ou un véhicule de protestation sur cette rue.

La raison du procureur général pour geler les comptes bancaires était basée sur un affidavit d'un policier qui a basé son témoignage sur ce qu'il a lu dans les nouvelles, a déclaré Wilson, ajoutant que les tribunaux ne s'appuient pas sur des ouï-dire de tiers. « C'est ridicule. Nous nous sommes heurtés à ce problème de circularité tout le temps, les médias disant quelque chose, la police disant ensuite, eh bien, les informations le disent, puis les médias disant, eh bien, la police l'a dit.

Wilson voit déjà une première confirmation que les camionneurs et leurs partisans ont été calomniés. Barry MacKillop, directeur adjoint de CANAFE, l'organisation fédérale qui s'occupe des fonds du terrorisme et du blanchiment d'argent criminel, a déclaré au comité des finances de la Chambre des communes qu'il n'y avait pas la moindre activité illégale associée au convoi de camionneurs.

Dit MacKillop: «Il y avait des gens dans le monde qui en avaient marre de COVID et étaient bouleversés et ont vu les manifestations. Je crois qu'ils voulaient juste soutenir la cause. C'était leur propre argent. Ce n'était pas de l'argent qui finançait le terrorisme ou qui servait de quelque manière que ce soit à blanchir de l'argent.

Wilson a déclaré que rien ne justifiait l'utilisation de la loi fédérale sur les urgences. "C'est le gouvernement qui écrit un chèque en blanc sur vos droits et votre vie… c'était une mesure de représailles de la part d'un premier ministre autoritaire et pétulant qui s'en est pris à lui."



Source: Farmers Forum



-- -- --
Fichiers joints
keith-wilson.jpg
keith-wilson.jpg (82.58 Kio) Vu 1210 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre