«Convoi de la liberté»: trois arrestations à Québec

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 5917
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Samedi, 19 février 2022


Les manifestants de retour à Québec

Le secteur de la colline parlementaire à Québec est une fois de plus fortement perturbé samedi par la présence de manifestants qui se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre les mesures sanitaires.

[Éditeur: le "grand média" contextualise cette manifestation comme si elle était réelle mais moins importante qu'elle ne l'est. Des millions de Québécois veulent la fin des mesures-COVID et même s'ils ne peuvent pas tous être devant le Parlement, c'est ce qu'ils veulent, quand même.]

Une foule importante de plusieurs centaines de manifestants s’est massée devant une scène aménagée à l’intérieur d’un conteneur devant l’hôtel du Parlement, ainsi que sur le boulevard René-Lévesque.

[Éditeur: quelle malveillance, comme d'habitude. "Plusieurs centaines", n'importe quoi. Il y avait beaucoup plus de manifestants que ce que prétend ce "grand média" subventionné et financé par l'État propagandiste.]

Vers midi, déjà trois arrestations avaient été réalisées en périphérie de l’Assemblée nationale, même si «la majorité des manifestants respectent et honorent leur entente de vouloir manifester pacifiquement», a indiqué la police de Québec.

[Éditeur: sans surprise ZÉRO détails sur ces arrestations, juste du sensationnalisme. On ne sait même pas si ces arrestations pourraient avoir un lien avec la manifestation. Zéro crédibilité aux narratifs des "grands médias" mais c'est devenu leur normalité de créer des narratifs plutôt que de rapporter diligemment les nouvelles. Des collabos avec des caméras, pour ainsi dire.]

Deux voies ont dû être fermées en direction est sur cette artère majeure de Québec, où la police tolère la présence d’une cinquantaine de véhicules lourds dans une file qui s’étire sur au moins un demi-kilomètre.

«Toute autre immobilisation ailleurs ne sera pas tolérée et résultera d’une intervention policière», a cependant prévenu le SPVQ sur Twitter.

Malgré la suspension du passeport sanitaire dans les prochaines semaines, la reprise du sport chez les jeunes et le retour d’une vie presque normale d’ici la mi-mars, les manifestants sont déterminés à faire entendre leur ras-le-bol et leur exaspération.

Leurs revendications vont du retrait de l’état d’urgence sanitaire — dont la disparition doit faire l’objet d’un projet de loi prochainement — à la «destitution» de François Legault, en plus de la fin du port du masque chez les enfants.

Toilettes chimiques, kiosques de nourriture: on constate qu’ils sont mieux organisés.

[Éditeur: remarquez comment le "grand média" prend toujours soin de se distancier de ce mouvement citoyen. Au fond, on comprend qu'ils sont dans la petite poche du pouvoir legaultiste, contre le peuple.]

«Tanné»

Tout cela survient au moment où la province se relève de la cinquième vague de la pandémie qui s’est avérée particulièrement mortelle, alors que plus de 2000 Québécois sont décédés en lien avec la COVID-19 en moins de deux mois.

«Je suis tanné de ne plus pouvoir rien faire et d’envoyer ma fille de 5 ans se rendre à l’école complètement masquée. Ça n’a plus de bon sens!», a expliqué Pascal, qui est parti de Baie-Comeau la semaine dernière pour manifester quatre jours à Ottawa.

À ses côtés, un autre manifestant, Éric, s’est montré peu rassuré par le déconfinement amorcé dans les derniers jours.

«C’est temporaire cette affaire-là, ils vont les ramener dès la prochaine “vague”», a-t-il soutenu, se disant même convaincu que personne n’a attrapé la COVID lors du convoi à Ottawa, signe selon lui de la supercherie de la maladie.

«Ce qu’on veut c’est de toute annuler, on veut retrouver la vie d’avant», plaide-t-il.

[Éditeur: les "journalistes" veulent exactement l'inverse parce qu'ils sont engraissés à même les fonds publics pour cracher sur le peuple. C'est un conflit d'intérêts permanent que de les savoir en train de salir les initiatives citoyennes, pour le compte des parasites d'État.]

Encore des klaxons

Un tracteur routier baptisé «camion du compromis» et affublé des termes «F*ck Legault» et «F*ck Trudeau» s’est positionné comme la dernière fois devant l’Assemblée nationale.

Les camions ont fait aller bruyamment leurs klaxons pour marquer le début de la manifestation sur le coup de 11h.

Selon un agent avec qui s’est entretenu Le Journal sur place, les organisateurs auraient convenu avec les forces de l’ordre d’actionner leurs sirènes uniquement sur des périodes de temps limitées.

La majorité des klaxons a d’ailleurs cessé au bout de 15 minutes. Un autre épisode bruyant devrait se faire entendre à 17h.

[Éditeur: pour donner à penser que les manifestants dociles sont "tolérés"... tant qu'ils sont dociles. C'est comme ça que les libertés disparaissent. Un petit klaxon en moins, à la fois.]

Par la voie des réseaux sociaux, plus tôt cette semaine, l’un des organisateurs, Bernard Gauthier, avait affirmé avoir trouvé une «solution» pour ne pas «écoeurer» les résidents, sans donner plus de détails.

Des convois provenant du Saguenay, de la Beauce, de l’Est-du-Québec, de la Montérégie et du Centre-du-Québec, notamment, avaient annoncé leur présence.

Discours

La place de la fontaine de Tourny avait les allures d’un concert extérieur d’été en début d’après-midi, alors que des peluches étaient lancées dans la foule, comme des ballons de plages. Les -10 degrés affichés au mercure et les gros flocons qui tombaient sur la Capitale-Nationale n’ont pas semblé affecter les manifestants.

Vers 13h30, les trois principaux organisateurs de ce « Woodstock de la liberté » ont pris la parole sur la scène centrale.

« Ça fait deux fois qu’on manifeste pacifiquement, j’espère que le gouvernement va nous renvoyer l’ascenseur », a lancé Bernard Gauthier, avant de saluer « les guerriers à Ottawa ».

Kevin Grenier s’est posé, avec ses compagnons, en défenseur des plus faibles. Il a demandé une minute de silence pour « toutes les victimes collatérales de Legault».

Il s’est ensuite attaqué aux médias et aux artistes, qu’il accuse d’avoir été payés des «millions de dollars pour être réduits au silence», et ce malgré la vaste visibilité médiatique offerte aux protagonistes de la mobilisation.

[Éditeur: c'est vrai, n'en déplaise aux médias et aux artistes-collabos qui se sentent visés, à juste titre.]

Plus tôt, Tania Martin, du regroupement Action Liberté, a par la suite demandé la fin des mesures «discriminatoires» et de l’état d’urgence «pour toujours».

Au même moment, des camionneurs se sont fait interpellés par les autorités parce qu’ils ne se conformaient à l’entente sur le bruit des Klaxons. Si leurs écarts de conduite se poursuivent, ils risquent des amendes, leur a-t-on expliqué.

Familial

Un dispositif de sécurité très important est de nouveau en place impliquant de nombreux agents de la police de Québec et de la Sûreté du Québec.

Samedi, la programmation prévoit la tenue de discours et de témoignages, des prestations musicales et des séances de «méditation».

Les organisateurs ont insisté sur le fait que le rassemblement se voulait «familial».

On note d’ailleurs la présence de plusieurs enfants sur place, dont plusieurs déambulent avec des peluches livrées expressément pour l’occasion.

Un autobus scolaire a d’ailleurs attiré l’attention. Le chauffeur, Greg Leblanc, et un autre camionneur, Sébastien Houde, déclarent vouloir «propager du bonheur lors de l’opération toutous».

«On ne manifeste pas aujourd’hui, on donne un spectacle aux enfants», lance M. Houde.

Approche conciliante

Comme il y a deux semaines, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) semble vouloir adopter une approche à la fois ferme et conciliante.

[Éditeur: le droit de manifester est fondamental et le "grand média" tente de donner l'impression que c'est la conciliation de la police qui permet la tenue de celle-ci. C'est la signature d'un média sous contrôle de la cabale propagandiste d'État qui travaille sans cesse à limiter le peuple, en toutes choses.]

Questionné par Le Journal, le corps de police a laissé savoir qu’une tolérance serait exercée pour la tenue de discours et possiblement même de prestations musicales dans la mesure où il ne s’agit pas d’un «spectacle à grand déploiement», et ce même si aucune demande de permis pour la tenue de spectacles n’a été reçue à la Ville de Québec.

Un porte-parole a souligné que la prise de discours et la diffusion de chansons étaient chose commune lors de mobilisations de tout acabit devant l’Assemblée nationale.

Le plan de circulation est sensiblement le même qu’il y a deux semaines. La circulation automobile est interdite sur Grande Allée entre l’hôtel Le Concorde et la porte Saint-Louis, de même que le rond-point de l’avenue Honoré-Mercier situé devant le Parlement.

Nouveaux pouvoirs

Rappelons que la Ville de Québec a octroyé à sa police municipale le pouvoir de modifier les règles de circulation, de stationnement et d’occupation du domaine public.

[Éditeur: cette modification n'avait aucun lieu d'être puisque la police avait déjà les pouvoirs de faire appliquer l'ordre public. L'idée était de limiter les libertés et pour cet aspect révoltant, c'est réussi.]

La Ville a été claire à l’effet qu’aucun campement, abri ou installation permanente ou semi-permanente, comme un spa, ne serait accepté.

[Éditeur: un spa, franchement... c'est pour des cuisines, surtout.]

D’autre part, la consommation d'alcool et l’utilisation d’un appareil de cuisson dans les parcs ne sont plus permises dans les parcs.

[Éditeur: c'est pour donner l'impression que les manifestants sont des alcooliques, dans l'opinion publique.]

Vendredi soir, la première soirée des festivités s’est terminée en queue de poisson alors que seule une poignée de protestataire s’est présentée et que les spectacles ont été annulés.

Le 5 février dernier [2022], entre 3000 et 4000 personnes ont manifesté pacifiquement dans les rues du centre-ville.

[Éditeur: il y avait immensément plus de monde mais c'est connu que les "grands médias" manipulent l'opinion publique pour donner la fausse impression que le pouvoir central plaît aux Québécois, ce qui n'est évidemment pas le cas.]




Source: Journal de Montréal



-- -- --
Fichiers joints
MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI
MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI
camionneurs-a-quebec.jpg (93.42 Kio) Vu 1022 fois
plan-de-circulation-pour-la-manif-du-samedi-19-fevrier-2022-a-quebec.jpeg
plan-de-circulation-pour-la-manif-du-samedi-19-fevrier-2022-a-quebec.jpeg (407.26 Kio) Vu 1023 fois
Capture d’écran, le 2022-02-19 à 15.56.45.png
Capture d’écran, le 2022-02-19 à 15.56.45.png (807.43 Kio) Vu 1023 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre