Mines: les espoirs du Canada de produire les batteries de véhicules électriques

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4640
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Pour que le monde atteigne la carboneutralité d'ici 2050, il faudra que la production de minéraux et de métaux essentiels soit multipliée par six au cours des 30 prochaines années, a déclaré l'Agence internationale de l'énergie dans un rapport plus tôt cette année.

Alors que les voitures électriques, les éoliennes et les panneaux solaires explosent en popularité, la demande pour les minéraux qui les font fonctionner augmente également. Certains sont familiers, comme le nickel, le lithium et le cobalt, et d'autres sont connus que de ceux qui ont mémorisé le tableau périodique à l'école secondaire, comme le tellure, le bismuth et le molybdène.

Le Canada, ayant promis que toute l'électricité qu'il produit et les nouvelles voitures vendues dans le pays seront à zéro émission d'ici 2035, fait partie des pays qui stimulent la demande.

En tant que l'un des plus grands producteurs mondiaux de métaux bruts et de minéraux, le Canada souhaite également répondre à cette demande en tant que maillon clé de la chaîne d'approvisionnement des piles rechargeables.

Mais alors même que le gouvernement fédéral propose une nouvelle stratégie sur les minéraux essentiels et forge des partenariats avec des alliés pour développer des chaînes d'approvisionnement qui cherchent à réduire la domination de la Chine dans le domaine, la position du Canada sur la scène mondiale est déjà en train de s'affaiblir.

« Nous commençons à faire ce que nous devons faire, mais il y a beaucoup de pièces manquantes », a déclaré Pierre Gratton, président de l'Association minière du Canada.

Il y a un an, BloombergNEF classait le Canada comme le quatrième acteur le plus important dans la chaîne d'approvisionnement mondiale des batteries lithium-ion, sur la base d'une analyse de la production, de la fabrication et du traitement des matières premières, des protections environnementales, des régimes réglementaires et de la demande intérieure.

Cet automne, la deuxième édition de ce rapport a vu le Canada chuter au cinquième rang, perdant du terrain dans toutes les catégories.

«Nous avons été considérés en quelque sorte comme un leader mondial dans le passé», a déclaré Pierre Gratton. «Nous avons perdu du terrain, cependant.»

Le classement du Canada a glissé à cause des matières premières et de normes environnementales – l'environnement étant un point clé dans tous les arguments de vente que le Canada fait sur la scène mondiale.

Le problème est que le respect de ces normes plus élevées a un coût, a déclaré Pierre Gratton. Le Canada doit également convaincre les acheteurs que la prime en vaut la peine.

« Si vous vous souciez du climat, de l'environnement et de la façon dont les gens sont traités, y compris les peuples autochtones, alors acheter au Canada est la bonne chose à faire. »

La Chine est le plus grand acteur dans le domaine de la chaîne d'approvisionnement des batteries, à la fois pour les matières premières et en production à valeur ajoutée. Bon nombre des alliances dont le Canada fait partie avec les États-Unis et l'Europe sont conçues en grande partie pour réduire la domination de la Chine.

Le Canada, deuxième au monde pour la production de nickel en 2008, se classait sixième en 2020. Il est également sixième pour le cobalt et 10e pour le graphite. La production des trois a diminué l'année dernière.

Ces éléments, ainsi que le lithium et le manganèse, que le Canada pourrait produire mais ne produit pas actuellement, sont les cinq principaux composants des batteries lithium-ion qui font fonctionner les voitures électriques.

Plus de 70 pour cent du nickel canadien est vendu pour fabriquer de l'acier inoxydable. Le nickel qui compose les batteries est le sulfate de nickel. Le Canada n'en fait pas, a déclaré Pierre Gratton, mais il a besoin d'en produire pour faire partie de la chaîne des batteries.

Il a déclaré que cela faisait l'objet de discussions parmi les producteurs de nickel et que c'était présenté comme un projet potentiel pour le financement de l'infrastructure stratégique d'Ottawa.

Mais Sarah Petrevan, directrice des politiques chez Clean Energy Canada, a déclaré que le Canada « doit se concentrer stratégiquement sur les domaines où nous pouvons gagner ».

«Nous avons des ressources finies, et vous voulez donc vous assurer que vous mettez ces ressources finies à l'endroit qui peut avoir le plus grand impact.»

Le Québec, a déclaré Sarah Petrevan, a effectué une partie de ce travail stratégique d'évaluation de ses propres chaînes d'approvisionnement, en essayant de faire correspondre ce que le Québec fait avec une nouvelle fabrication qui répond à la demande. Au moins deux usines de production de batteries sont actuellement en chantier dans cette province.

Cependant, le Canada n'a pas encore fait une évaluation similaire.

En mars dernier [2021], le Canada a identifié les 31 minéraux essentiels qu'il peut produire et qu'au moins un de ses alliés veut, mais peu a été fait avec cette liste depuis.

Le ministre de l'Innovation, François-Philippe Champagne, a fait de larges allusions à un nouvel investissement majeur dans la chaîne de batteries au Canada, bien que Sarah Petrevan ait déclaré que le différend avec les États-Unis au sujet des incitations pour les véhicules électriques et des barrières commerciales pourrait ralentir le projet.

Le budget fédéral du printemps dernier a promis 9,6 millions de dollars sur trois ans pour un centre d'excellence sur les minéraux des batteries au sein du ministère des Ressources naturelles, mais rien ne s'est encore produit. Près de 37 millions de dollars ont également été promis pour la recherche fédérale sur l'avancement du traitement et du raffinage des minéraux critiques pour les batteries.

Le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, devrait faire des deux des priorités au début de la nouvelle année.

Pour sa part, Pierre Gratton a déclaré que le Canada doit également encourager plus de production en général. Les libéraux ont fait une promesse électorale de doubler le crédit d'impôt pour l'exploration minière et il espère voir cela dans le prochain budget.

«Nous n'avons pas seulement besoin de réorienter la production existante vers les métaux pour batteries, nous avons également besoin de plus de production», a-t-il déclaré. «Et vous n'obtiendrez cela que grâce à de nouvelles découvertes.»



Source: MSN / La Presse canadienne



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre