Dr Toby Rogers: «Nous tuerons 117 enfants par l’injection pour en sauver 1.»

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4642
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Article de Steve Kirsch, traduit de l’anglais par le blogue "Je materne".


-- --


4 novembre 2021


Nous tuerons 117 enfants pour sauver un enfant de la mort de COVID dans la tranche d’âge de 5 à 11 ans.

Cela est basé sur une analyse risques-avantages effectuée par l’expert risques-avantages, Dr Toby Rogers. Son analyse a été vue par plus de 22 000 lecteurs. Aucune erreur n’a été trouvée. Rien que des éloges.

Le Dr Toby Rogers écrit un Substack populaire examinant les problèmes de risque et de bénéfice. Ses références sont notées ici.

Dans un article récent que j’espère que tout le monde va lire ou au moins parcourir, il a conclu : « Donc, pour le dire simplement, le plan de l’administration Biden tuerait 5 248 enfants via des injections d’ARNm de Pfizer afin de sauver 45 enfants de la mort du coronavirus. Pour chaque enfant sauvé par l’injection, 117 autres seraient tués par l’injection.»

C’est époustouflant. Relisez-le.

Nous tuons 117 enfants par le vaccin pour sauver 1 enfant du COVID.

Cela ne m’étonnait pas. Cela est cohérent avec la littérature scientifique évaluée par des pairs, telle que l’article de Kostoff qui a conclu:

En clair, les personnes de 65 ans et plus sont cinq fois plus susceptibles de mourir de l’inoculation que du COVID-19 dans les hypothèses les plus favorables! Ce groupe démographique est le plus vulnérable aux effets indésirables du COVID-19.

À mesure que la tranche d’âge descend en dessous de 35 ans environ, les risques de décès par COVID-19 deviennent très faibles et, lorsqu’ils descendent en dessous de 18 ans, deviennent négligeables.

L’article Walach a trouvé la même chose. Il a maintenant été republié dans Science, Public Health Policy and the Law, une revue médicale à comité de lecture. L’article de Walach apparaît dans ce numéro avec un éditorial cinglant du rédacteur en chef du journal expliquant comment les auteurs de l’article ont été maltraités par la communauté scientifique. James Lyons-Weiler a écrit : « De toute façon, les auteurs du dernier article dans Science, Public Health Policy, & the Law (Walach et al.) ont été pris dans une torture sans-sens et convolutée dans laquelle leurs détracteurs ont brisé toute logique et raison sur la question de savoir comment la société fait une inférence causale entre l’exposition au vaccin et une maladie grave ou la mort. » James aimerait débattre avec quiconque n’est pas d’accord avec son éditorial, mais personne ne veut en parler.

Ils ne se soucient pas vraiment du nombre d’enfants qu’ils tuent à cause des vaccins. Cela n’a pas d’importance. Leur seul objectif est de sauver les enfants de la mort de COVID, quel que soit le nombre d’enfants à tuer à cause du médicament. La mortalité toutes causes confondues est entièrement ignorée, même si la propre étude de Pfizer a montré 4 fois plus de décès par arrêt cardiaque dans le groupe qui a reçu le médicament.

Même s’il y a eu 20 décès dans le groupe qui a reçu le vaccin contre 14 décès dans le groupe qui a reçu le placebo, ils peuvent simplement déduire cela comme «non statistiquement significatif». En d’autres termes, les données montrent que le médicament tue plus de personnes qu’il n’en sauve, mais l’étude n’a jamais été conçue pour mesurer cela. Ils peuvent donc dire «personne ne sait» tant qu’ils peuvent continuer à tromper tout le monde en leur faisant croire que les données VAERS [NDE: Vaccine Adverse Event Reporting System, le système américain de rapport d’événements indésirables suite à la vaccination] ne sont pas fiables (ce que j’aborde, ici).

Plus de 22 000 personnes ont lu l’analyse de Toby et personne n’a trouvé une meilleure estimation ou une erreur matérielle dans son analyse. Il n’y avait que des compliments sur la qualité de l’analyse. En particulier, personne du CDC ou de la FDA n’a signalé d’erreurs.

Voici le contexte…

Le 24 septembre 2021, Toby a publié cette demande raisonnable sur Twitter (voir l'image, plus bas).

[Et-ce que quelqu’un a calculé un Nombre Nécessaire pour Traiter (NNT) afin de prévenir 1 mort par le coronavirus par un des vaccins coronavirus proposés? C’est un nombre très important à calculer pour une élaboration de politiques rationnelles mais je n’ai pas vu encore quelqu’un essayer un estimé. S’il-vous-plaît partagez si vous trouvez un lien.]

Il a obtenu une réponse, mais pas à la question qu’il a posée. Il a écrit: «Pharma a envoyé un essaim de trolls pour m’attaquer et les hommes de main de Pharma ont publié des articles sur moi en dehors de Twitter pour me punir d’avoir même posé la question. Bien sûr, aucun des trolls pharmaceutiques n’a fourni d’estimation du NNTV [NDE: Number Needed To Vaccinate – Nombre nécessaire pour vacciner] pour les injections COVID-19. Cela nous indique que nous sommes exactement sur la cible.

Comme personne, pas même les trolls, n’a répondu avec des données, il a commencé à les examiner lui-même.

Ensuite, il a écrit une série d’articles sur ce qu’il a trouvé; l’analyse risques-avantages des vaccins COVID actuels. En particulier, il a examiné le cas de la cohorte de 5 à 11 ans qui vient d’être approuvée par la FDA.

J’aime Toby parce qu’il ne retire pas ses frappes quand il écrit. Il appelle un chat un chat. Voici quelques «faits saillants» de ses articles récents que tout le monde devrait connaître, je pense:

  1. «Alors, le NNTV pour éviter un seul décès dans ce groupe d’âge est de 630 775 (28 384 878 / 45). Mais c’est un régime à deux doses, donc si l’on veut calculer le NNTV par injection, le nombre double à 1 261 550. C’est littéralement le pire NNTV de l’histoire de la vaccination.» [Article NNTV]
  2. «Par où commencer même avec l’analyse risques-avantages absurde de la FDA du “vaccin” à ARNm COVID-19 de Pfizer chez les enfants âgés de 5 à 11 ans?» [Article drapeaux rouges]
  3. «L’analyse risques-avantages de la FDA en lien avec la demande d’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de Pfizer pour injecter aux enfants âgés de 5 à 11 ans leur vaccin COVID-19 est l’un des documents des plus mauvaises qualités que j’aie jamais vus. » [Article drapeaux rouges]
  4. «Le document CDC “Guidance” décrit 21 choses que chaque étude d’économie de la santé en relation avec les vaccins doit faire et l’analyse risques-avantages de la FDA en a violé au moins la moitié.» [Article NNTV]
  5. «Pharma DÉTESTE parler de NNTV et ils détestent encore plus parler de NNTV en ce qui concerne les vaccins COVID-19 parce que le NNTV est si ridiculement élevé que ce vaccin ne pourrait passer aucune analyse honnête des risques et des avantages.» [Article NNTV]
  6. «Si la FDA ou le CDC veulent calculer un NNTV différent (et expliquer comment ils sont arrivés à ce nombre), je suis tout ouïe. Mais nous savons tous que la FDA a refusé de calculer un NNTV non pas parce qu’elle a oublié, mais parce qu’elle savait que le nombre était si élevé que cela détruirait le cas des vaccins à ARNm chez les enfants de cet âge. Votre décision CDC – votre propre document d’orientation indique que vous devez fournir ce numéro.» [Article NNTV]
  7. «Ainsi, le nombre nécessaire pour vacciner afin d’éviter une seule hospitalisation, admission en soins intensifs ou décès, selon les propres données de Pfizer, est infini. ∞. Pas le bon genre d’infini comme en Dieu ou l’amour ou le temps ou l’univers. C’est le mauvais type d’infini car vous pourriez vacciner chaque enfant âgé de 5 à 11 ans aux États-Unis et ne pas empêcher une seule hospitalisation, admission en soins intensifs ou décès par coronavirus selon les propres données d’essais cliniques de Pfizer telles que soumises à la FDA. Bien sûr, Pfizer aime ce genre d’infini car cela signifie des profits infinis.» [Article NNTV]
  8. «J’étudie la corruption à la FDA et au CDC depuis un certain temps maintenant (6 ans) et je suis toujours choqué de voir à quel point c’est effronté et flagrant.» [ceci est un commentaire que Toby a écrit dans l’article de NNTV ci-dessous]
  9. «Une chose amusante s’est produite cet après-midi. Pas drôle comme dans “haha”. Plus comme drôle comme dans, “ohhhhh c’est comme ça que la FDA truque le processus.» [Article NNTV]
  10. «J’ai regardé les 6 heures et plus de la réunion de l’ACIP aujourd’hui. Voici mes premières réactions. Ces gens sont complètement fous. Ils vivent dans un univers alternatif. Aussi caricaturale que soit la réunion VRBPAC de la FDA la semaine dernière, c’était encore pire.» [Article ACIP]
  11. «Pfizer a appris la leçon avec l’essai pour adultes et donc, lorsqu’ils ont mené un essai de leur vaccin à ARNm chez des enfants âgés de 5 à 11 ans, ils l’ont intentionnellement rendu trop petit (seulement 2 300 participants) et trop court (seulement suivi pendant 2 mois) afin pour cacher les méfaits.» [Article NNTV]


Il y a plus, mais vous voyez l’idée, non?


Mais la dose pour les enfants est 1/3 de la dose adulte… cela ne réduit-il pas le risque?


La réponse courte est non. Ces personnes jouent vite et librement avec les données. Ce qu’ils ont fait, c’est extrapoler les avantages des enfants plus âgés et prétendre que les avantages seraient inchangés même à 1/3 de la dose. Donc, s’ils le font, les risques devraient également rester inchangés.

S’ils admettent que les avantages peuvent diminuer avec la dose, alors les risques sont susceptibles de diminuer également.

Notez qu’aucun bénéfice n’a été démontré dans l’essai de 5 à 11 car il était trop petit pour le montrer. Donc, les avantages sont vraiment complètement inconnus. Nous devons extrapoler à partir des groupes plus âgés.


Ce n’est pas un argument convaincant pour injecter nos enfants

Solonsax m’a écrit sur Gab les questions suivantes concernant la cohorte 5 à 11 auxquelles je n’ai pas pu répondre car il n’y a pas de données à ma connaissance. Peut-être que quelqu’un d’autre le peut ? (Bonne chance)

Comment un enfant sera-t-il sauvé par le jab ? S’il-vous-plaît, expliquez.

  1. L’injection ne confère pas d’immunité aux anticorps contre le virus COVID-19 (SARS-CoV-2); il favorise les anticorps contre la «protéine de pointe synthétique» ; cette protéine de pointe n’est pas spécifique au virus SARS-CoV-2
  2. Les anticorps produits n’offrent pas de protection contre l’agent pathogène (virus SARS-CoV-2)
  3. L’injection ne réduit pas les hospitalisations ou les décès
  4. L’injection ne réduit pas les symptômes graves
  5. L’injection n’empêche pas le port de l’agent pathogène
  6. L’injection n’arrête pas la transmission d’une personne à l’autre

Alors, ces injections sont-elles des vaccins?

La conclusion est donc NON.

Cette injection pour COVID-19 n’est PAS un vaccin (les vaccins n’arrêtent pas l’infection, la transmission, le COVID sévère, l’hospitalisation ou la mort) ; il est mieux décrit comme une plate-forme de manipulation de gènes.

Les injections d’ARNm ont eu des résultats désastreux sur des animaux de laboratoire pendant des décennies. Injecter de l’ARN dans le corps pour forcer le corps à fabriquer des protéines de pointe du SRAS-CoV est en soi très nocif. Lorsque notre système immunitaire détecte la présence de la protéine de pointe du SRAS-CoV, il l’attaque avec des anticorps et des lymphocytes.

Cela provoque la mort cellulaire et d’autres complications.

Pire encore, la protéine de pointe elle-même est toxique pour les cellules.

Entre autres choses, elle peut provoquer des saignements et des caillots dans tout le corps.

Dans une conclusion très laide, la protéine de pointe est conçue de telle manière qu’elle attaque particulièrement les testicules et les ovaires, provoquant potentiellement des irrégularités hormonales et la stérilité. L’injection est très dangereuse à plusieurs égards et ne doit en aucun cas être considéré comme un vaccin.

Personne ne veut connaître la NNTV?!?


C’est incroyable qu’il n’y ait pas d’analyse NNTV de la FDA ou du CDC, n’est-ce pas ? Et n’est-il pas surprenant que personne dans les médias grand public ne le demande?

Personne dans la communauté médicale traditionnelle ne veut non plus voir l’analyse NNTV (et les risques associés)! Voyez-vous Eric Topol poser des questions? Monique Gandhi? Sanjay Gupt ? Bien sûr que non!! Ne soyez pas stupide. Cela n’arrivera jamais.

Pire encore, personne au sein des comités VRBPAC ou ACIP ne veut connaître la NNTV et voir l’analyse risques-avantages en utilisant l’URF appropriée et l’analyse de surmortalité VAERS. Donc, si jamais vous vous demandiez si le système est truqué par les sociétés pharmaceutiques, vous avez votre réponse. Les membres du comité de surveillance ne sont pas des penseurs critiques. Aucun d’entre eux. J’ai essayé d’envoyer des courriels à tous les membres plusieurs fois. PERSONNE ne s’engagerait dans les données que nous avons trouvées sur VAERS (et nous avons les meilleurs experts VAERS au monde dans notre équipe).


Personne au Congrès [américain] ne veut parler de la NNTV ou des enfants que nous tuerons


Personne au Congrès ne posera de questions à ce sujet non plus. Ils ne tiennent jamais ces gens pour responsables. Ils leur font confiance. Complètement. Sauf peut-être le sénateur Johnson et le sénateur Rand Paul qui ont été les seuls à poser des questions. Malheureusement, personne d’autre ne se soucie du nombre de personnes que nous tuons avec ces «vaccins». Sérieusement. Appelez votre membre du Congrès. Vous ne pourrez jamais leur en parler.

J’ai essayé d’avoir 5 secondes avec ma membre du Congrès, Anna Eshoo, pour parler de la question de la sécurité des vaccins et de la mortalité toutes causes causées par les vaccins, mais elle ne veut pas en entendre parler et me souffle à chaque fois. Ne prendra pas de réunion. Ne répondra à aucune question. Son personnel ne répond plus aux courriels que j’écris. Ils ne me diront pas en quoi notre analyse est erronée. Leur attitude est que cela doit être faux parce que le CDC n’a jamais tort. Ils ne liront même pas ce que vous avez écrit.


Personne ne veut nous débattre sur cette analyse, même si c’est la seule disponible


Si une personne qualifiée souhaite organiser un débat public enregistré avec Toby et notre équipe à ce sujet, nous nous ferons un plaisir de le faire afin que nous puissions résoudre tous les problèmes dès que possible. Mais personne ne voudra faire ça. Vous ne trouverez personne dans les commentaires ci-dessous en train de dire : «Discutons-en». Cela n’arrivera tout simplement pas et cela vous indique à peu près qui est du côté gagnant de cet argument.

Et les personnes qui pensent que le vaccin est sûr ne peuvent pas prétendre qu’elles n’ont pas le temps de le faire parce que : 1) elles veulent arrêter la désinformation et 2) c’est la seule personne qualifiée à avoir fait l’analyse risques-avantages donc c’est pas comme s’il y en avait des centaines. C’est le seul!

Ils disent tous qu’ils veulent arrêter la désinformation.

Ok.

Tout ce qu’ils ont à faire est d’accepter une discussion scientifique enregistrée où ils peuvent nous expliquer comment nous nous sommes trompés et répondre à nos questions et nous montrer la bonne réponse. Ils ne le feront pas. Ils vont nous ignorer et nous censurer pour éviter d’être mis dans une situation où ils devront répondre aux questions embêtantes de personnes qui savent ce qui se passe.

Wow. Juste wow.




Source: Je materne




-- -- --
Fichiers joints
la-perte-d-un-enfant-suite-a-la-vaccination.jpg
la-perte-d-un-enfant-suite-a-la-vaccination.jpg (34.23 Kio) Vu 66 fois
toby-rogers-twitter.png
toby-rogers-twitter.png (32.35 Kio) Vu 67 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre