Montréal vise 200 000 nouveaux logements autour de transports structurants d’ici 2050

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8146
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

14 juin 2024


Aux prises avec une grave crise du logement et des transports collectifs qui stagnent, l’administration de la mairesse Valérie Plante se fixe l’objectif de construire 200 000 nouveaux logements autour d’un réseau de transport structurant quatre fois plus grand d’ici 2050.

Elle a présenté ce plan de développement à long terme, mardi, aux citoyens et aux médias.


Dans son Plan d’urbanisme et de mobilité 2050, qui compte des centaines de pages de texte, de schémas et de plans, la Ville entend se doter des outils urbanistiques nécessaires pour libérer le potentiel de développement de Montréal en matière d’habitation, de mobilité durable, de sécurité, de qualité de vie et de résilience climatique. Bref, de faire de Montréal un endroit où il fait bon vivre, travailler et habiter en tenant compte des défis urbains, environnementaux et sociaux des 25 prochaines années.

[Éditeur: depuis plusieurs années, Montréal est envahie par quelques 90,000 nouveaux arrivants, par année et le "plan" de Valérie Plante "vise" (notez bien le mot-mondialiste par excellence) 8,000 logements, par année... on comprend l'énorme déficit de logements qui va inévitablement se produire avec ce plan.]

En termes plus concrets, on vise la construction de 200 000 nouveaux logements d’ici les 26 prochaines années, dont 20 % seraient hors marché, c’est-à-dire gérés par des coopératives ou des regroupements communautaires pour les protéger de la spéculation immobilière et de la flambée de loyers.

[Éditeur: tous les nouveaux logements devraient être intégrés à des coopératives. Pour les autres, il y a des chambres d'hôtel. Le but des mondialistes est de socialiser les pertes des 50-quelques milliards en transport (et ça, c'est juste pour le tramway de l'Est) et forcer les Montréalais à habiter dans des cages à poules en hauteur, le long de ces lignes de transport du bétail-humain. Quel beau plan, pas vrai?]

À cet ambitieux objectif, la Ville ajoute celui de décarboner les bâtiments montréalais d’ici 2040.

[Éditeur: ah! La "guerre au carbone", il ne faut pas l'oublier, pas vrai?]

La Ville projette aussi de faire passer de 80 km à 360 km le réseau de transport collectif structurant afin d’augmenter la densité des habitations le long de ces infrastructures. Il est question ici de services rapides par bus (SRB), de tramways, de trains, de métros ou encore du Réseau express métropolitain (REM).

Selon la vision proposée, un vaste réseau de lignes de tramways serait notamment construit sur les boulevards Saint-Michel, Henri-Bourassa et de l'Acadie, les rues Rosemont, Sherbrooke et Notre-Dame ainsi que le chemin de la Côte-Vertu, pour ne nommer que ces exemples. Des prolongements du réseau de métro sont aussi proposés, mais pas du REM.

Lier développement immobilier et transports collectifs

L'axe principal de ce plan d'urbanisme est de lier étroitement le développement immobilier à celui des futurs réseaux de transport publics. Soit de penser en amont les nouveaux quartiers en fonction de leur accessibilité à ces infrastructures.

Tout en densifiant l’habitation et les transports collectifs, l’administration Plante se donne pour objectif de verdir 40 % du territoire montréalais en y aménageant notamment 125 kilomètres de corridors verts. Un objectif audacieux, s’il en est un, à l’heure où la construction de logements neufs et d’infrastructures de transport nécessitera beaucoup d'espace.

En 2050, 30 % de l’emprise publique des rues devra aussi être consacrée à des infrastructures éponges – afin de réduire les risques d’inondation dans les secteurs vulnérables – ainsi qu’à la mobilité durable.

Se disant consciente que tous ces chantiers nécessiteront la participation financière des autres paliers de gouvernement et qu'en cette matière l'administration municipale n'a pas de contrôle, la mairesse Plante estime néanmoins que le Plan d'urbanisme et de mobilité 2050 constitue une base de travail sérieuse et valable qui trace la voie aux développement futur de la métropole pour les gouvernements de demain.

[Éditeur: c'est sérieux mais ce n'est pas valable. Tout est mondialiste et woke. C'est imbuvable et intentionnellement irréaliste et insultant pour les blancs. Et c'est voulu comme ça.]

Le projet de plan d’urbanisme et de mobilité sera soumis à la consultation publique dans les prochains mois en vue d’une adoption en 2025.

Une vision idéalisée?

À l’heure où les bouchons et les chantiers de réfection des grandes infrastructures routières se multiplient sur le territoire montréalais, l’administration Plante prévoit s’attaquer au problème de mobilité en haussant à 70 % le ratio de déplacements en transports collectifs ou actifs d’ici les 26 prochaines années en reliant 44 % des pôles d’emplois à ces modes de transport.

La publication de ce plan élaboré à la suite d’une centaine de consultations tenues avec les citoyens depuis 2017 arrive dans une période pour le moins difficile à Montréal, où la lourdeur de la machine bureaucratique est dénoncée par les entrepreneurs immobiliers qui doivent attendre des mois, parfois des années, pour obtenir les dérogations et permis de construire.

Les délais de délivrance de ces documents ont allongé de 34 % depuis 2018, rapportait le quotidien La Presse en novembre 2023.

Alors que l’administration Plante parle d'exemplarité, de projets intégrés, verts et innovants, les mises en chantier, elles, ont chuté de 37 % l’an dernier à Montréal, selon la SCHL.

La mairie promet 200 000 nouveaux logements d’ici 26 ans, mais il ne s’en est mis en chantier que 5200 à Montréal en 2023, soit 8900 de moins qu’en 2022.

Autre problème, en octobre 2023, des données compilées par CBC News révélaient qu'à Montréal, 150 projets immobiliers avaient été achevés depuis avril 2021, pour un total de 7100 unités. De ce nombre, à peu près aucune n’était un logement social à proprement parler, les entrepreneurs préférant payer des amendes à la Ville plutôt que de construire du logement social.

Le projet de prolongement de la ligne bleue a été lancé en 2019. Les travaux ont commencé en 2023 et le métro devrait y circuler en 2029, si tout va comme prévu.

Au chapitre des transports structurants – l'ajout de près de 300 kilomètres de réseau d’ici 26 ans – rappelons qu'il aura fallu neuf ans, si tout va bien, pour compléter les 67 km du REM et autant pour prolonger la ligne bleue du métro de 6 kilomètres seulement.

Et où trouvera-t-on tout cet argent? N'oublions pas que les maires de la CMM ont dû annoncer tout récemment une augmentation de 59 $ à 150 $ des frais d'immatriculation annuels des automobilistes, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain, seulement pour éponger le déficit d'opération de leurs sociétés de transport respectives.

Mise à jour

Le 14 juin 2024, nous avons retiré le dernier paragraphe qui pouvait nuire à la perception d’impartialité et d'équilibre du texte dans son ensemble.



Source: MSN / Radio-Canada



-- -- --
Fichiers joints
reseau-structurant-en-2050-a-montreal.jpg
reseau-structurant-en-2050-a-montreal.jpg (178.79 Kio) Vu 548 fois
reseau-cyclable-en-2050-a-montreal.jpg
reseau-cyclable-en-2050-a-montreal.jpg (170.18 Kio) Vu 548 fois
accessibilite-au-logement-en-2050-a-montreal.jpg
accessibilite-au-logement-en-2050-a-montreal.jpg (219.18 Kio) Vu 548 fois
;um-2050.jpg
;um-2050.jpg (126.18 Kio) Vu 548 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8146
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

200,000 nouveaux logements en métropole... d’ici 2050


Ça fait quelques 8,000 logements par année dans une ville qui connaît une croissance démographique d'environ 90,000 habitants, par année. Quelqu'un va être pris pour coucher dehors...


D'ici 2050, Projet Montréal, le parti de la mairesse Valérie Plante, "vise" (remarquez le choix des mots) vise de "construire 200,000 logements".

Ça veut dire, environ, 8,000 nouveaux logements, par année.

Dans une métropole où la population s'accroît d'environ 90,000 par année, c'est passablement évident que le "Plan d’urbanisme et de mobilité 2050" rate sa cible d'aider les Montréalais à se loger, dans la mesure où le besoin va LARGEMENT dépasser le volume de logements "visé" par Projet Montréal dans son "plan d’urbanisme et de mobilité" qui sera soumis à la consultation publique dans les prochains mois, en vue d’une adoption en 2025.

Et d'ailleurs, à qui iront ces 8,000 (potentiels et encore hypothétiques) nouveaux logements, par année?

À des Québécois?

Aux 10aines de milliers de demandeurs d'asile qui débarquent en métropole, par avion, s'il-vous-plaît, pour être "pris en charge" par les fonds publics?

À qui?

Personne n'ose le dire tout haut, évidemment. On saura quand on le saura, comme dirait l'autre!

Mais quand même, la question se pose parce que ce sont quand même des fonds publics à coup de milliards qui vont (continuer) d'aller dans le trou sans fin des "transports publics" de Montréal, comme avec le "Projet structurant de l’Est (PSE)" qui pourrait coûter quelques 18,6 milliards, ou plus... beaucoup plus!

viewtopic.php?t=5823

Et le "Plan d’urbanisme et de mobilité 2050" de Projet Montréal revient avec les thèmes mondialistes habituels d'inclusion, de prétendue durabilité et de densification.

Sans oublier la "guerre au carbone" qui conditionne un pan entier de nouvelles règles aussi abstraites que ruineuses qui vont graduellement être imposées aux Montréalais pour qu'ils puissent dire qu'ils sont de bons soldats onusiens, contre le méchant carbone qu'ils faut combattre, qu'importe le prix parce le GIEC, hautement corrompu, a réussi à vendre sa lecture d'une réalité donc les calculs sont intentionnellement orientés pour induire la peur du carbone alors que le carbone n'a rien à voir avec la peur qu'ils vendent à ceux qui n'ont pas le temps de lire ou de comprendre l'ampleur de l'imposture mondialo-corporatiste.

Donc oui, la "guerre au carbone" est au centre de ce "Plan" de Projet Montréal et les woko-mondialistes de Montréal, dans ce parti, semblent croire aux fictions qui flottent dans l'air du temps, à ce sujet.

Un autre désastre en préparation.

Et je trouve tellement que Montréal est devenue méconnaissable. Comme une ville abattue, endettée et mêlée dans ses fictions, pilotées essentiellement depuis l'étranger, en accord avec les idéologies des villes C40 et avec toutes les COP mais surtout, la COP28 (la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques) qui a eu lieu du 30 novembre au 12 décembre 2023, à Dubai, aux Émirats Arabes Unis.

Montréal va empiler des cages à poules le long des lignes de transports collectif.

There, I fixed it for you.

Voilà le plan, avec des fioritures vertes et des règles à n'en plus finir, dans un océan de cones oranges, pour des décennies.

Prove me wrong.

Et c'est le Québec au complet qui va payer (au moins une partie) de ce plan, s'il devait être adopté, en 2025, pour être exécuté, jusqu'en 2050 et sait-on-jamais, peut-être-même après.

Alors, que pensez-vous de ce "plan de consultation" pour "bâtir le Montréal de demain"?



Source: Ma publication, dans Substack


Extrait facile à partager, comme ici, dans VK, Twitter et Facebook...

Les mathématiques-arc-en-ciel de Projet Montréal vont frapper le mur de la réalité de l'immigration-massive-record... même avant l'éventuelle adoption, au cours de 2025, de leur Plan d’urbanisme et de mobilité 2050...

https://open.substack.com/pub/claudegel ... -metropole

Autrement dit, ne retenez pas votre souffle avant de voir les prix des loyers baisser, à Montréal et ça, c'est si vous arrivez à en trouver un.

Mais le plan sera "vert"... et durable!

La chance, pas vrai?


-- -- --
Fichiers joints
hausse-de-la-population-a-montreal.jpg
hausse-de-la-population-a-montreal.jpg (73.01 Kio) Vu 536 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8146
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Mon commentaire, dans VK et Facebook...

Selon moi, cet articles est important pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, Montréal est la ville-maitresse du Québec. Si la métropole va mal, c'est tout le Québec qui s'en ressent. L'inverse étant vrai aussi.

Ensuite, c'est via l'aéroport YUL qu'arrivent les rivières-sans-fin de demandeurs d'asile, au Québec et c'est à Montréal qu'ils aboutissent.

D'abord "pris en charge" dans les hôtels autour de l'aéroport, ils sont ensuite priorisés pour des logements, via des "programmes" (financés par les fonds publics, essentiellement) qui les "aident".

Et on s'entend, ces demandeurs d'asile n'ont jamais payé un seul sou noir, ici. C'est surréaliste. Et pourtant, ça nous endette, collectivement, via divers schèmes que les "élus" et leurs "collaborateurs" tentent de cacher sous d'autres étiquettes afin qu'on ne comprenne pas ce qui se passe, vraiment et qu'ils puissent tout nier, via des stratagèmes souvent concoctés par des consultants privés qui n'ont pas "l'intérêt du public" que pourraient avoir des fonctionnaires (et c'est pourquoi McKinsey empoche des centaines de millions de dollars, au pays).

On assiste donc à un autre volet du racketeering mondialo-mafieux contre le peuple mais là, ça se passe à Montréal.

Et non, les choses ne s'améliorent pas, à Montréal.

Il y a toujours autant de cones oranges et le "Plan 2050" promet de garder la ville en mode "construction" pendant des décennies avec des projets de concentration du bétail-humain autour des transports dits structurants.

Tout le monde dans sa cage à poules avec son loyer à 1,500$ par mois, ou plus, pour son 3 1/2 (ou son studio parce que les loyers continuent de monter, sur l'île et partout autour).

Ce plan mondialiste est formidable... pour les onuso-C40isto-mondialistes.

Mais pas pour les Montréalais ou alors, dans une toute petite mesure et encore là, on ne prend pas encore les opportunités-pro-peuple qui seront intentionnellement manquées, au cours des prochaines décennies si ce "Plan 2050" devait être adopté et mis-en-place.

Le problème, c'est que Valérie Plante, l'actuelle mairesse de Montréal a d'importants appuis wokes, à Montréal. Alors on peut légitimement craindre qu'au cours de 2025, ce plan sera adopté.

À moins que nous ne proposions mieux (et les options sont tellement nombreuses, hors-mondialisto-centristerie), bien sûr et là, il s'agirait d'intéresser les Montréalais à un plan mieux pensé pour servir leur épanouissement culturel, social et économique.

Et je vous sais créatifs alors c'est le temps de faire concurrence au plan mondialiste pour 2050, à Montréal.


-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre