La censure comme "nouvelle normale", dans Facebook

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8146
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Visiblement, les mondialistes ne tolèrent plus les vérités qui contrarient leurs fictions intentionnellement manufacturées et amplifiées, contre nous.


Je commence ma journée et c'est comme devenu une nouvelle habitude que de devoir passer en revue "ce qui s'est passé" pendant mon "absence" de la plateforme-prison.


La censure, toujours plus de censure.


Et ça touche de plus en plus d'entre nous, incluant pour des publications inoffensives, voire communes.

Ça ressemble à une sorte d'entrainement à l'auto-censure afin que les membres de la prison-de-Zuck soient préparés, mentalement, pour la prochaine étape de répression de l'Agenda 2030, au cours des prochaines années, notamment via des projets de loi hautement liberticides comme le PL C-63 des Trudeauistes (avec les Néodémocrates et les Bloquistes, naturellement).

Et pour ceux qui n'ont pas trop suivi ce qui pourrait nous être asséné sur la tête, à tous, avec le PL C-63, voici un très bref aperçu:

"Le projet de loi C-63 propose des peines plus lourdes, de nouvelles entités régulatrices et des changements dans certaines lois pour contrer les abus en ligne.

Il vise à responsabiliser les plateformes en les obligeant à rendre certains contenus inaccessibles.

Le projet de loi édicterait la Loi sur les préjudices en ligne et établirait le premier régime fédéral visant à modérer le contenu en ligne au Canada.

Il modifie également le Code criminel, la Loi canadienne sur les droits de la personne et la Loi concernant la déclaration obligatoire de la pornographie juvénile sur Internet par les personnes qui fournissent des services Internet."

On assiste à l'élargissement de l'actuelle tyrannie mondialo-trudeauiste, au Canada et ailleurs dans le monde où les mondialistes locaux salivent à l'idée de voir la liberté d'expression pulvérisée, au Canada, afin de prendre exemple sur notre nouveau cadre législatif ultra-toxique et l'imposer, chez eux, aussi.

La censure qu'impose Facebook à ses membres qui osent publier la vérité qui contrarie les fictions mondialistes nous donne, à mon sens, un avant-goût du prochain chapitre d'oppression législatif canadien... et mondialiste.

La guerre qui est imposée par des psychopathes onuso-schwabbiens n'épargnera aucun d'entre nous.

Pourquoi?

Parce qu'on le voit avec Facebook, la censure est rétroactive.

Et...

Ça fonctionne, selon ce que j'en observe, via une sorte de logique de score social où chaque censure pourrait avoir un effet cumulatif qui pourrait mener à des censures encore plus nombreuses ou d'autres conséquences, comme la suppression de votre profil.

Et cette suppression sauvage a souvent lieu pendant la nuit afin que lorsque vous tentez de vous connecter le matin, vous apprenez que vous n'avez plus de compte.

Tout.

Absolument tout.

Est effacé, sauvagement.

Vos échanges avec des proches dans Messenger, vos groupes dans lesquels vous êtes connectés à d'autres membres et toutes vos interventions font l'objet d'une suppression aussi arbitraire que cruelle mais ça a pour effet de vous rendre "docile".

Mais ne deviennent dociles que ceux qui ont un incitatif suffisant à l'être, d'où l'urgence que TOUS les membres de Facebook tournent le dos, autant que possible, à ce réseau-sous-haute-surveillance mondialisto-censuriste.

Des concepts vastes comme la haine sont militarisés contre nous afin de nous terroriser et de nous forcer à s'auto-censurer sur absolument tout parce qu'en principe, tout et son contraire peut être considéré être une forme ou une autre de haine.

Même le fait de ne pas avoir assez louangé le tyran-Trudeau peut être interprété, par les machiavélio-mondialistes, comme de la haine. Aucun illogisme ne les embête.

Naturellement, les mercenaires grand-médiatiques donnent l'impression que le PL C-63 ne pose pas de problème. En fait, c'est cadré comme étant la "nouvelle normale". Tordu, non?

Idem pour la censure dans Prisonbook, ça existe mais pas pour les mercenaires qui, pour la plupart, jouissent d'un statut particulier, dans certains pays, comme aux États-Unis, depuis le 30 juin 2020.

https://www.facebook.com/formedia/blog/ ... -facebook/

Et au Canada, l'association des journalistes n'est visiblement jamais embêtée par Facebook parce que, justement, leurs publications vont pile-poil dans le sens de l'agenda pro-woke avec une obsession manifeste pour la "diversité" afin de faire plaisir à leurs souteneurs, en se cadrant, dans plusieurs narratifs, en tant que "victimes" pour qui tout est toujours plus difficile que pour les autres.

https://www.facebook.com/CdnAssocJournalists/

Sans les subsides publics, le "journalisme" aurait depuis longtemps transité vers un journaliste-citoyen, loin des priorités des mondialistes et c'est évidemment pour cette raison que nos fonds publics sont brûlés, à coup de milliards, pour "soutenir financièrement" et de plusieurs autres manières les mercenaires grand-médiatiques du ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, le Trudeauiste-censeur-en-chef.

Comme le disait Peter Menzies, dans un article du 11 décembre 2021, dans C2C Journal:

"L'innovation a besoin de stimulation, pas de suppression."

https://c2cjournal.ca/2021/12/the-growi ... -the-feds/

Alors aujourd'hui encore, nous sommes en plein dans cet affrontement entre la vérité-citoyenne et les machinations manufacturées des classes mondialistes qui vampirisent les peuples, de toutes les manières qu'ils le peuvent... en autant que ces peuples se laissent faire.

Or, Facebook nous rappelle, par ses censures-au-quotidien que rien ne peut être pris pour acquis, incluant nos publications dans Facebook ou l'existence-même de nos profils et comptes.

Prisonbook est le terrain des ennemis mondialistes.

Il y aurait eu moyen de faire de cette plateforme un lieu de rencontre numérique formidable mais la technologie sert les empoisonneurs du puits, avec les conséquences que ça annonce et comporte.

Il nous appartient donc de migrer ailleurs et de ne rester ici que pour relayer ce qu'on aura, d'abord et prioritairement, publié ailleurs.

Loin de la censure de la prison.


Plusieurs l'ont compris et je les en félicite.


Maintenant, si ce n'est pas déjà fait, c'est à votre tour de le comprendre et de prendre-racine dans une autre plateforme qui ne vous censure pas et qui ne menace pas, non-plus, de vous censurer.

Cette migration hors de Facebook aurait dû avoir lieu il y a de cela plusieurs années puisque nous étions nombreux à avoir compris où la censure allait culminer mais là, il importe d'envoyer un message clair aux mondialistes à savoir que nous allons continuer de créer et de faire un usage pleine et entier de notre liberté d'expression mais nous allons, individuellement et collectivement, le faire... ailleurs.

Merci de relayer ce message, incluant dans Facebook, pour éveiller les membres de cette plateforme de censure zuckerbergienne qui pourraient avoir de la difficulté à saisir le totalitarisme numérique qui s'installe, chaque jour un peu plus, dans l'écosystème de Meta, aussi bien dans Facebook qu'Instagram.



Source: Ma publication, dans Substack


Extrait facile à partager, comme ici, dans VK, Twitter et Facebook...

Ne pas dénoncer dès maintenant l'insidieuse censure de la plateforme-prison nous expose à des lendemains sans cesse plus ponctués par cette même proverbiale chasse-ouverte contre des vérités qui ont, entre autres effets celui, devenu vital, d'exposer les mondialistes et leurs machinations.

https://open.substack.com/pub/claudegel ... le-normale


-- -- --
Fichiers joints
prisonbook-contre-les-verrites-via-sa-censure-normalisee.jpg
prisonbook-contre-les-verrites-via-sa-censure-normalisee.jpg (297.04 Kio) Vu 742 fois
il-faut-denoncer-les-censures-mondialistes.jpg
il-faut-denoncer-les-censures-mondialistes.jpg (184.56 Kio) Vu 742 fois
Voici un exemple de ce que m’a servi Facebook, le mardi 11 juin 2024, lorsque je me suis connecté à mon profil, le matin. De la censure pour me rappeler que la vérité n’a pas sa place dans la prison de Zuckerberg.
Voici un exemple de ce que m’a servi Facebook, le mardi 11 juin 2024, lorsque je me suis connecté à mon profil, le matin. De la censure pour me rappeler que la vérité n’a pas sa place dans la prison de Zuckerberg.
encore-la-censure-de-facebook-le-11-juin-2024.jpg (67.72 Kio) Vu 742 fois
l'obsession-de-la-diversite-a-la-caj.jpg
l'obsession-de-la-diversite-a-la-caj.jpg (64.4 Kio) Vu 742 fois
survivre-en-tant-que-journaliste-n-importe-quoi-ils-sont-subventionnes.jpg
survivre-en-tant-que-journaliste-n-importe-quoi-ils-sont-subventionnes.jpg (95.74 Kio) Vu 742 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre