De plus en plus de Canadiens déménagent à l’étranger en raison d’un manque d’abordabilité, selon une étude de McGill

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8034
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

30 avril 2024


L’étude a révélé que le nombre de Canadiens vivant à l’étranger par rapport à la population nationale était cinq fois plus élevé qu’aux États-Unis.


Un nouveau rapport donne un aperçu des Canadiens qui quittent le pays, estimés à environ quatre millions en 2016, soit environ 11 % de la population selon Statistique Canada.

Le Canada a du mal à retenir les nouveaux citoyens, la migration ayant augmenté de 31 % entre 2017 et 2019, selon le rapport publié lundi par l’Institut d’études canadiennes de McGill (MISC).

Le nombre de Canadiens naturalisés décidant de quitter le Canada dans les « quatre à sept ans suivant leur arrivée » est en partie dû au manque d’abordabilité, indique le rapport.

[Éditeur: et ce sont aussi des Canadiens qui quittent parce que le coût de la vie est devenu impossible, au Canada et pas juste à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal. Le tsunami d'immigrants tue l'abordabilité, partout au Canada.]

« Les voies inflexibles et irréalistes du Canada vers la reconnaissance des diplômes étrangers ... empêcher les immigrants de trouver un emploi dans leur domaine de prédilection et de construire leur carrière dans leur nouveau pays », ajoute le rapport.

Environ la moitié des Canadiens ont acquis leur citoyenneté par l’intermédiaire de leurs parents canadiens, tandis qu’un tiers sont nés en sol canadien. Les 15 % restants de Canadiens vivant à l’étranger sont nés étrangers et ont été naturalisés. Leurs raisons de quitter le pays comprennent les voyages, les emplois et les possibilités d’études.

L’âge moyen des Canadiens vivant à l’étranger, soit 46,2 ans, est légèrement supérieur à la moyenne nationale, selon Statistique Canada. Le groupe le plus important a entre 45 et 54 ans.

Les données de la Fondation Asie Pacifique du Canada suggèrent que les Canadiens à l’étranger sont particulièrement concentrés aux États-Unis, à Hong Kong et au Royaume-Uni.

L’étude a révélé que le nombre de Canadiens vivant à l’étranger par rapport à la population nationale était cinq fois plus élevé qu’aux États-Unis et à peu près égal à celui du Royaume-Uni.

Le sénateur de la Colombie-Britannique Yuen Pau Woo, dont le bureau a commandé le rapport, a déclaré que le Canada pourrait faire plus pour soutenir les citoyens qui quittent le pays, affirmant qu’ils pourraient renforcer son poids diplomatique, culturel et économique dans le monde.

« Nous sommes un pays paroissial », a-t-il déclaré dans une interview. « Malgré toutes nos affirmations sur le fait d’être internationalistes et mondialisés, nous sommes vraiment très repliés sur nous-mêmes. »

M. Woo a déclaré qu’Ottawa devrait créer une stratégie pour soutenir les expatriés canadiens et tirer le meilleur parti de leurs relations et de leurs compétences. Il a noté que le groupe est plus important que la population de provinces entières.

« Une façon de mieux nous connecter au monde est de puiser dans notre communauté de citoyens vivant à l’étranger », a-t-il déclaré.

"Ils sont, à mon avis, un atout caché pour le pays. Mais nous ne savons pas tout à fait... comment utiliser au mieux cet atout caché, c’est pourquoi l’idée maîtresse du rapport est d’appeler à une réflexion plus approfondie.

Le rapport indique que le Canada accuse un retard par rapport à d’autres pays en matière de soutien aux Canadiens vivant à l’étranger, qui ne peuvent pas voter aux élections provinciales et accéder aux soins de santé malgré le paiement des impôts.

Il ajoute : « Nous savons encore très peu de choses sur des éléments clés tels que leurs motivations à déménager à l’étranger, leurs perceptions du Canada et leurs plans de retour au pays.

[Éditeur: c'est vrai que ce n'est pas parce qu'ils quittent qu'ils ne reviendront pas. Et d'ailleurs, le profil de ces émigrants est mal connu parce que mal documenté, à la base.]

« De meilleures politiques partent souvent de meilleures données, c’est pourquoi davantage de recherches sont nécessaires dans ce domaine négligé, mais très important. »



Source: MSN / National Post / La Presse canadienne / Discuté dans Reddit



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre