Les villes-prison de 15 minutes, via Valérie Plante, à Montréal

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7900
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Le 19 avril 2024, Louis Préfontaine a publié ceci...


On construit les villes-prisons de 15 minutes


Valérie Plante, qui sévit présentement à la tête de la ville de Montréal, a fait aujourd'hui une belle démonstration de la manière dont sont progressivement implantées les villes-prisons de 15 minutes. Faisant partie du C40, un groupe mondial de villes adhérant au narratif climato-totalitaire, et à la solde de l'Agenda 2030 souhaitant nous déposséder de la plupart de nos droits, elle présentait le projet Namur-Hippodrome, un énimème prototype de ces prisons à ciel ouvert dont on désire faire notre futur.


La stratégie est toujours la même : on crée un problème, et on propose la solution souhaitée. Le problème du manque de logements n'est pas causé par la « spéculation », dont la mairesse veut « protéger » les futurs prisonniers du projet en retirant 10 000 logements du marché pour les faire administrer par l'État. Le problème a été causé par une immigration hors de contrôle et par des règlements empêchant la construction de nouvelles maisons et de nouveaux logements.

En effet, on a créé un titanesque problème, avec une disproportion majeure entre les besoins en logements et l'offre. Cela n'est aucunement un hasard. Plante, après avoir bloqué les nouvelles habitations, présente maintenant la solution souhaitée : les villes-prisons de 15 minutes. On pourra s'attendre aux mêmes « solutions » de la part de Poilievre, par exemple, qui entend prioriser les nouvelles constructions s'il est élu.

De tels enclos, d'où on ne peut sortir facilement, sans stationnement facile, sans terrain, sans accès à la vie privée, avec des places style Soviet 2.0, ne seraient pas acceptées en temps normal. Le marché serait impitoyable pour de tels endroits. On crée donc la crise du logement, et on propose ensuite la « solution » souhaitée. On utilise donc la souffrance des gens, la détresse des immigrants, et l'inflation galopante, pour faire la promotion de telles prisons.

Ce qui se produit à cet endroit n'est pas unique. Il suffit de regarder où sont concentrés les principaux développements et de quelle manière on développe. Griffintown, c'est une future ville-prison. Le Quartier 10/30 également. La Cité à Mirabel, idem. C'est partout la même chose. Partout la même densification forcée, sans demander son avis à la population. Partout le même agenda imposé d'en haut.

On comprend bien quel est le plan de ceux qui entendent transformer radicalement la société : injections fréquentes, irradiation à la 5G, fusion biologique-technologique, ersatz de liberté modulée selon un crédit social attribué en fonction de l'appui aux politiques tyranniques, dépossession, pauvreté, protéines d'insectes, monnaie numérique de la banque centrale pouvant disparaître après un certain temps...

L'implantation de toutes ces ambitions funestes avance très rapidement, mais il manquait l'infrastructure de proximité, l'enclos où enfermer la population survivant aux injections forcées et où la garder sous contrôle. La crise du logement, planifiée et organisée, permet maintenant de rattraper le retard et de préparer la suite des choses.

Quand on comprend que Valérie Plante ne travaille pas pour la population, qu'elle est aux ordres d'entités nous voulant du mal, et qu'elle n'est qu'un larbin parmi d'autres aux services de celles-ci, on commence à comprendre ce qui se passe. Namur-Hippodrome, ce n'est pas un « quartier vert et vibrant », mais bel et bien une prison où on entend nous enfermer et d'où il sera difficile de sortir.

Beaucoup l'ignorent, mais les citoyens soviétiques devaient, à une époque, présenter un passeport pour voyager à l'intérieur de leur pays et il leur était difficile de sortir de chaque ville. C'est cette réalité qui se met présentement en place. On contruit l'enclos où on mènera les moutons en temps voulu. On élimine la loi du marché pour la remplacer par l'arbitraire et on force une population de plus en plus pauvre à suivre passivement les directives venant d'en haut.

Tout ce qui se produit, actuellement, crève les yeux, et on construit, en plein jour, une post-démocratie où nous n'aurons plus le moindre droit.

Quand la majorité finira-t-elle par comprendre que tous les élus nous trahissent et qu'ils sont tous dans la même équipe — pas la nôtre?



-- -- --
Fichiers joints
ecoquartier-namur-hippodrome-14.jpg
ecoquartier-namur-hippodrome-14.jpg (126.75 Kio) Vu 564 fois
ecoquartier-namur-hippodrome-12.jpg
ecoquartier-namur-hippodrome-12.jpg (120.34 Kio) Vu 564 fois
ecoquartier-namur-hippodrome-3.jpg
ecoquartier-namur-hippodrome-3.jpg (157.37 Kio) Vu 564 fois
ecoquartier-namur-hippodrome-1.jpg
ecoquartier-namur-hippodrome-1.jpg (129.83 Kio) Vu 564 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre