Après le tunnel, Legault ressuscite l’idée d’un pont Québec-Lévis

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7716
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

4 octobre 2023


Le premier ministre François Legault a défendu mercredi sa décision de ressusciter le projet de tunnel Québec-Lévis dans un effort pour reconquérir le coeur des électeurs qui lui ont imposé une cuisante défaite dans la circonscription de Jean-Talon lundi.

M. Legault a affirmé qu’il ne faut rien exclure avant d’entamer une consultation populaire sur le troisième lien. « On ne se trompe pas quand on écoute la population », a-t-il déclaré en se dirigeant vers le Salon bleu. « Il ne faut pas être dogmatique. Il y a eu un message, lundi, qui a été clair. Ils ont peut-être trouvé que le virage s’est fait trop rapidement. Donc, on va consulter. »

[Éditeur: encore une tactique pour distraire le peuple pendant que les manigances ont cours, loin de la sphère publique (ou aussi loin que possible).]

Durant la période des questions, M. Legault a évoqué la possibilité de relier les deux rives avec un pont, un scénario qu’il avait déjà évoqué avant d’opter pour un tunnel. « C’est important de consulter la population, puis de ne pas exclure la possibilité d’avoir un troisième lien — qu’il soit un pont, un tunnel pour les camions — et regarder toutes les possibilités », a-t-il dit.

Les élus caquistes de la région de Québec se sont réjouis mercredi de voir le projet revenir sur la table, six mois après le recul de François Legault sur le tunnel autoroutier et la transformation du projet en initiative de transport collectif.

[Éditeur: de la distraction, pure et simple.]

Le ministre de l’Éducation et député de Lévis, Bernard Drainville, a affirmé qu’il a toujours cru à la pertinence du projet. « J’ai toujours cru à un nouveau lien », a-t-il dit avant une réunion des députés. « Maintenant, je ne veux pas qu’on fasse des promesses en l’air. On va écouter les gens et on va voir ce qu’ils ont à nous proposer. »

M. Drainville, qui avait les larmes aux yeux au moment de la volte-face de son gouvernement sur le projet autoroutier, a insisté sur l’importance d’étudier toutes les hypothèses. « À partir du moment où on dit “on va vous écouter”, il faut vraiment les écouter », a-t-il insisté. « Donc, tout est sur la table, nécessairement. On ne peut pas dire : “On va vous écouter, mais seulement sur certaines idées et on ne vous écoutera pas sur d’autres.” »

Mardi, prenant acte de la défaite de son parti dans Jean-Talon, M. Legault a affirmé qu’il voulait connaître les préoccupations de la population concernant le projet de troisième lien. Il souhaite en savoir plus par l’intermédiaire de ses députés.

Optimisme sur la Rive-Sud

Députée de la circonscription de Chutes-de-la-Chaudière, sur la Rive-Sud dans la région de Québec, la ministre des Relations internationales, Martine Biron, a affirmé que les intentions du premier ministre sont accueillies positivement.

« J’ai notamment parlé avec la présidente de la Chambre de commerce [et d’industrie] du Grand Lévis. Elle est emballée à cette idée-là », a-t-elle dit.

Selon Mme Biron, l’idée de M. Legault d’écouter la population sur le projet de troisième lien était déjà discutée lundi soir dans le local électoral où les caquistes ont encaissé le choc de leur défaite. « Il a annoncé une réflexion, une discussion. On parle de ça depuis lundi soir. Dans le local, on commençait à parler de ça », a-t-elle dit en soulignant l’importance d’aborder la question sans tabou.

Le cabinet de la ministre a ensuite contacté Le Devoir pour préciser qu’il n’a pas été question que du troisième lien lors des discussions de lundi soir. Il n’a cependant pas été possible d’en savoir plus sur les autres sujets abordés.

Députée de Bellechasse, à l’est de Lévis, Stéphanie Lachance a affirmé que ses électeurs ont besoin d’être entendus sur l’importance du troisième lien autoroutier. « Les gens, forcément, sont obligés de se déplacer en voiture. Donc, pour eux, c’est un besoin d’être entendus et écoutés. »

Le président du caucus caquiste, Mario Laframboise, a pour sa part affirmé que le mécontentement sur la promesse rompue de tunnel autoroutier était palpable lors des opérations de porte-à-porte dans la circonscription de Jean-Talon. « Le troisième lien est une promesse phare, et les gens nous reprochaient de ne pas tenir nos promesses », a-t-il dit.

Un « dîner de cons », selon Joël Lightbound

La réaction la plus forte est venue d’Ottawa, d’où le député libéral fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, a exprimé mercredi sa perplexité face à cette nouvelle volte-face du gouvernement québécois.

Il a fait usage d’une référence cinématographique peu flatteuse pour qualifier la consultation populaire que François Legault veut mener. « Des fois, quand je regarde toute cette saga-là, ça me fait un peu penser au Dîner de cons. Tristement, c’est la population de Québec qui semble y être conviée », a renchéri l’élu de la région de Québec.

Celui qui réfléchit d’ailleurs toujours à une possible candidature à la chefferie du Parti libéral du Québec a aussi rappelé que le gouvernement Legault avait abandonné le projet de troisième lien au printemps dernier pour des raisons financières et d’achalandage. « Est-ce qu’il y a soudainement beaucoup plus de trafic entre la Rive-Sud et la Rive-Nord ? Est-ce que les coûts du projet ont drastiquement diminué ? Ça me laisse perplexe comme, je pense, bien des gens dans la région de Québec. »



Source: MSN / Le Devoir



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre