Dépassements des normes de nickel: « je ne le savais pas », affirme Marchand

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8078
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

20 septembre 2023


Au moment du dévoilement des résultats de sa campagne d’échantillonnage sur la qualité de l’air en Basse-Ville, le 29 août 2023, Bruno Marchand maintient qu'il n'était pas au courant de 3 importants dépassements à la norme de nickel survenus dans le Vieux-Limoilou l’hiver dernier (2022-2023).

Ça ne m’a pas été donné, a laissé tomber le maire en marge du conseil municipal, mardi. Moi, je ne le savais pas.

[Éditeur: comment savoir si c'est vrai? Mais ça ne semble pas possible que Marchand ait pu ignorer une statistique aussi importante pour la santé des gens de Limoilou et l'image de Québec.]

Pendant deux mois, à l’automne 2022, la Ville de Québec a dispersé une dizaine de stations d’échantillonnage pour mesurer la qualité de l’air aux abords de l’incinérateur, de la papetière White Birch et des installations portuaires.

Au moment du dévoilement des résultats, le 29 août dernier [2023], le maire Marchand parlait d’une bonne nouvelle pour les gens de Québec, aux côtés du ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, et du PDG de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard.

[Éditeur: le trio de mondialistes qui sont à genoux devant le tout-puissant opérateur-pollueur notoire, à savoir Glencore, basé en Suisse.]

Le rapport citait des concentrations de contaminants rassurantes dans le Vieux-Limoilou et mentionnait que la norme sur le nickel, notamment, n’avait pas été excédée durant la période d’analyse.

Or, Radio-Canada révélait lundi que 3 dépassements significatifs ont été mesurés par le ministère de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP) quelques jours après la fin de l’échantillonnage de la Ville, soit entre le 17 décembre 2022 et le 6 janvier 2023.

Le maire aurait-il dû s’informer des résultats des analyses du MELCCFP avant de se féliciter des résultats de la campagne municipale?

Je n’ai pas eu le temps, tranche Bruno Marchand.

[Éditeur: arrogance-crasse ou incompétence? Ou les deux?.]

Des données publiques

Bruno Marchand se félicite par ailleurs que les données sur la qualité de l’air dans le Vieux-Limoilou soient désormais réunies sur le site de Données Québec depuis le début de 2023.

[Éditeur: Marchand ne fait que ça, se féliciter et pourtant, c'est devenu hors-de-prix d'habiter à Québec, sous sa gouverne de "développement durable" mondialiste.]

Selon lui, c’est la preuve que les informations sont publiques et qu’il n’y a pas de cachettes dans le dossier.

[Éditeur: peut-être mais c'est aussi une preuve qu'il ne fait pas son travail. Ou alors, qu'il le fait en réaction. De la pire manière possible.]

Or, Radio-Canada a pu constater que le site réunit l’ensemble des données de la province et que sa navigation peut s'avérer complexe.

Incapable de trouver les concentrations mesurées pour le nickel, nous avons même dû interpeller directement le ministère de l’Environnement pour obtenir les informations pertinentes au Vieux-Limoilou.

Par ailleurs, seuls les échantillons prélevés entre le 1er janvier et le 28 avril 2023 sont présentement accessibles.

[Éditeur: la transparence en prend pour son rhume. Marchand ne s'en vante évidemment pas.]

Mis au courant de notre expérience, le maire Marchand a admis ne pas avoir visité le nouveau site gouvernemental depuis sa mise en ligne.

Je ne suis pas allé sur le site de Données Québec. Ce n’est pas la Ville qui gère ça , s’est-il défendu. Il y a un gain quand même. Ça n’existait pas avant.

Qui savait quoi?

Le député solidaire Sol Zanetti s’est indigné de la situation lors de la période de questions à l’Assemblée nationale.

Il y a trois semaines, le ministre de l'Environnement était assis à côté du PDG du Port de Québec qui annonçait que la norme de nickel avait été respectée, a tonné le député de Jean-Lesage. Est-ce que le gouvernement savait qu'il y avait eu des dépassements?

Agissant à titre de remplaçant du ministre de l’Environnement présentement à New York, le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a répliqué que son gouvernement ne prend pas le dossier à la légère.

Toute la question de la norme de nickel à Québec avec le Port, c’est une question qui préoccupe notre gouvernement, assure-t-il. Suite à différentes analyses, effectivement, il y a des avis de non-conformité qui ont été envoyés au Port.

[Éditeur: pourquoi ne pas aussi parler des MILLIARDS DE DOLLARS de nickel qui quittent le Québec, à chaque mois, depuis des années, pour aller enrichir Glencore, en Suisse? Pourquoi ne pas parler de ça?]

Cocu content

L’échange au Salon bleu a mis le feu aux poudres à l’hôtel de ville.

Le chef de l’opposition officielle, Claude Villeneuve, se dit maintenant convaincu que le maire de Québec a été manipulé par ses partenaires au gouvernement et à l’Administration portuaire pour donner un faux sentiment de sécurité à la population.

Moi, ce que je vois, c'est que le maire s'est fait rouler par ses alliés, le Port et le ministre de l'Environnement. Cocu content!, s'est-il moqué.

[Éditeur: c'est poli comme répartie et ça prouve qu'il n'y a pas d'opposition effective à la ville de Québec. Pas surprenant que les citoyens de Québec se fassent autant lessiver.]

Pour Équipe priorité Québec, le maire semble peu empressé d’obtenir toutes les statistiques disponibles dans le dossier du nickel.

De vous répondre qu’il n’a pas eu le temps, ça manque beaucoup de rigueur, déplore le chef, Patrick Paquet.

Bris d'équipements chez Glencore

En fin de soirée, l’Administration portuaire de Québec (APQ) a confirmé à Radio-Canada par courriel les dépassements à la norme de nickel mesurés par le ministère de l’Environnement.

Après vérifications, c’est la minière Glencore qui serait fautive.

On nous dit que ces dépassements sont attribuables principalement à des bris d’équipements et représentent donc des situations exceptionnelles, précise le directeur adjoint aux affaires publiques et contenus stratégiques de l’APQ, Frédéric Lagacé.

[Éditeur: c'est tellement n'importe quoi. Glencore est multi-milliardaire. Ils peuvent tout réparer, autant qu'ils le désirent. S'ils ne l'ont pas réparé ou bien opéré, ils doivent être sévèrement punis car ils ont exposé des résidents de Limoilou à leur nickel toxique... sans aucune conséquence, à ce qu'on peut constater.]

Selon lui, une nouvelle technologie est maintenant pleinement opérationnelle afin de manipuler le matériel de façon beaucoup plus délicate lors des transbordements.

En ce qui a trait aux avis de non-conformité évoqués par le ministre Lamontagne, Frédéric Lagacé est catégorique: le Port de Québec n’a reçu aucun avis de non-conformité du ministère de l’Environnement concernant des dépassements de la norme de nickel, écrit-il.



Source: MSN / Radio-Canada



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre