« Je suis resté silencieux trop longtemps, il faut que ça bouge! », dit Sam Hamad

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 8034
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

18 mai 2023


L'ancien ministre responsable de la région propose un 3e pont à l'ouest et la privatisation du service des traversiers comme solutions de rechange au tunnel Québec-Lévis.

Sam Hamad saute dans la mêlée. Après l'abandon du projet de tunnel autoroutier par la Coalition avenir Québec (CAQ), il s'inquiète de l'absence de leadership dans la région pour relancer les projets de transport. Il y a comme un vide, se désole l'ancien politicien.

[Éditeur: Sam Hamad aurait pu rester en Floride mais bon, son opinion reflète des idées intéressantes déjà discutées...]

Le tunnel exclusivement réservé au transport collectif proposé comme solution de rechange par le gouvernement de François Legault ne règlera rien, selon lui. Je pense qu'il faut faire plus que ça. On a besoin d'une vision à long terme, pour soutenir le développement économique de la région, estime M. Hamad.

Le plan de transport de Sam Hamad tient en cinq points. Il comprend d'abord la construction d'un troisième pont à l'ouest pour sécuriser les déplacements et le transport des marchandises. Il faut faire une étude, plaide-t-il sans s'avancer sur l'endroit exact où l'infrastructure devrait être construite. Laissons les experts le déterminer, tranche M. Hamad.

Il croit que le ministère des Transports devrait ajouter une 7e voie sur le pont Pierre-Laporte pour améliorer la fluidité des déplacements aux heures de pointe et prévoir de réaménager les approches du pont du côté nord du fleuve.

Il est d'avis que le réseau ferroviaire devrait être mieux exploité et il propose la privatisation du service des traversiers entre Québec et Lévis.

Sam Hamad fait valoir que le Québec possède une industrie maritime qui a fait ses preuves et qui pourrait prendre la relève. Il s'agit que le gouvernement mette des conditions ou des pénalités s'ils ne répondent pas aux attentes. À un moment donné, il faut voir des résultats.

Il est convaincu que ses propositions peuvent se faire à moindre coût et donner des résultats intéressants, à condition qu'elles soient réalisées dans leur ensemble.

Leadership déficient?

Là, on arrête de niaiser, dit celui qui souhaite que tous les acteurs de la région s'impliquent. L'abandon du projet phare en transport, conjugué à quelques mauvaises nouvelles économiques, comme la fermeture de la pharmaceutique Medicago, n'ont rien de rassurant.

Il évoque le début des années 2000, quand la région était déchirée par des chicanes entre les villes qui ralentissaient le développement. C'était moins de projets économiques, moins de projets de transports et la région a souffert. On a rattrapé, mais ça commence à ralentir et ça m'inquiète.

Il interpelle les acteurs clés de la région. Le leadership dans la région, c'est le ministre Jonatan Julien, ce sont les maires de Québec et Lévis qui devraient aller de l'avant.

Il n'est pas convaincu que leur silence est un signe que les politiciens d'aujourd'hui ont adopté un ton plus conciliant pour faire avancer les dossiers de la capitale, comme le répète le maire de Québec, Bruno Marchand. Dans le temps que j'étais ministre de la région, on n'avait pas de confrontation. On travaillait tout le monde ensemble. C'était l'intérêt de la région et des citoyens qui comptaient.

C'était l'époque des projets comme la promenade Samuel-de-Champlain ou du SuperPeps de l'Université Laval.

Belle-mère

L'ancien ministre se défend aujourd'hui de jouer au gérant d'estrade. Là, j'essaie d'aider, sans faire de politique, mais vraiment amener les idées. Il dit parler comme un simple citoyen qui a toujours sa région à cœur.

Il ne regrette pas son départ de la vie politique, mais il a des attentes envers ceux qui lui ont succédé. C'est assez de ne pas avoir personne de responsable des mauvais résultats que l'on a présentement.

Il rappelle que les projets prennent du temps à voir le jour et qu'il faut prendre des décisions rapidement pour éviter d'en payer le prix à long terme.

Mon objectif est que la région reprenne sa place , conclut-il.



Source: MSN / Radio-Canada



-- -- --
Fichiers joints
Sam Hamad en entrevue au quai des Cageux -- © /Radio-Canada
Sam Hamad en entrevue au quai des Cageux -- © /Radio-Canada
sam-hamad.jpg (64 Kio) Vu 1587 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre