La majorité des demandeurs d’asile hébergés par Québec ne sont pas passés par Roxham

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 7900
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

24 mars 2023


Le premier ministre François Legault a de nouveau déclaré jeudi qu’il souhaitait que le chemin Roxham soit « fermé », car le Québec aurait « dépassé sa capacité d’accueil ». Les données montrent toutefois que la majorité des demandeurs d’asile dans des hébergements gérés par la province ne sont pas arrivés par là.

Le plus grand groupe de migrants présents sur les sites du Programme régional d’accueil et d’intégration des demandeurs d’asile (PRAIDA) provient du Mexique. Or, seuls 15 Mexicains sont arrivés au pays en passant entre des points d’entrée officiels depuis le début de 2023, selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Le PRAIDA confirme que la majorité des demandeurs d’asile hébergés dans ses sites sont plutôt passés par l’aéroport et proviennent du Mexique. « Ce phénomène date d’environ 12 mois et il semble fluctuer en fonction du prix des billets d’avion », indique Carl Thériault, relationniste pour le PRAIDA.

Depuis 2016, les ressortissants du Mexique n’ont plus besoin de détenir un visa pour visiter le Canada. Ils peuvent séjourner en tant que touristes au pays durant six mois et donc venir en avion.

En 2022, 7483 demandes d’asile de Mexicains ont été envoyées à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR), le tribunal qui se charge de déterminer si un demandeur a besoin de protection ou non.

Au total, le tiers des quelque 59 000 demandeurs d’asile arrivés au Québec en 2022, soit 19 800 personnes, ne sont pas passés par Roxham. Cette tendance s’est poursuivie en janvier, dernier mois pour lequel les données sont disponibles. Ces demandes d’asile ont pu être déposées à un point d’entrée aérien ou maritime, ou à un bureau à l’intérieur du territoire. L’Entente sur les tiers pays sûrs ne concerne que les passages terrestres et, par omission, elle permet de demander l’asile à des points d’entrée non officiels.

Pression réelle et « instrumentalisation »

Dans une lettre transmise en février au premier ministre Justin Trudeau, M. Legault se plaint que la situation au chemin Roxham crée une pression intenable sur les services, dont l’hébergement temporaire.

Le PRAIDA relève du gouvernement provincial, mais ses coûts sont couverts par le fédéral. Ottawa héberge aussi environ 2400 demandeurs au Québec et près de 4900 en Ontario, surtout des personnes qui arrivent entre les points d’entrée désignés, donc par Roxham, indique IRCC par courriel au Devoir.

Les transferts vers l’Ontario ont commencé le 30 juin 2022 et, jusqu’à maintenant, environ 8000 demandeurs ont été transférés après leur arrivée au Québec à la frontière sud. Le premier ministre québécois n’en est pas encore satisfait. « On voit qu’en mars, on est rendus à 58 % des nouveaux arrivants par Roxham qui sont envoyés à l’extérieur du Québec. Mais ce n’est pas encore suffisant », a-t-il affirmé jeudi matin.

Cette situation, le fait qu’une bonne partie des demandeurs d’asile dans les hébergements ne soit pas passée par Roxham, date cependant d’avant ces transferts, comme l’indiquent le porte-parole du PRAIDA et deux organismes de terrain. Le réseau communautaire accueille également sa part de demandeurs d’asile et leur offre aussi des services durant un temps limité.

Peu importe qu’un demandeur d’asile arrive par Roxham ou par l’aéroport, « tout le monde peut avoir besoin d’un hébergement, y compris les personnes du Mexique », précise Arthur Durieux, gestionnaire de l’organisme Le Pont. Il évalue qu’environ la moitié des familles présentes dans son centre d’accueil ne sont pas passées par le chemin désormais célèbre au sud du Québec.

Son organisme ne reçoit aucun financement public, mais il se dit « excédé » par le discours politique sur les demandeurs d’asile. « La demande est très forte en ce moment, mais Québec a nié de l’aide aux organismes depuis des années », lâche-t-il au téléphone.

Le nombre de places dans les lieux traditionnels d’hébergement du PRAIDA n’a pas changé depuis 2017, année où les arrivées se sont accélérées. Des sites temporaires avaient néanmoins ouvert leurs portes durant cette année-là, dont le Stade olympique, mais depuis que le chemin Roxham a rouvert en novembre 2021 après les restrictions pandémiques, Québec refuse d’augmenter la capacité d’accueil.

[Éditeur: il faut préciser que dans le cas des demandeurs d'asile du chemin Roxham, on parle de passages illégaux. Alors pour la rivière de larmes, on repassera. Un Canadien qui entre illégalement au Mexique n'aura pas une cenne, lui.]

« On paie les pots cassés de ce qui n’est pas pris en charge par le gouvernement. C’est sur le dos du communautaire, car il n’y a pas de leadership, pas de volonté politique, pas de coordination », déplore quant à elle Eva Gracia-Turgeon, directrice du Foyer du monde.

Elle constate aussi que la majorité des demandeurs d’asile qui cognent à la porte de sa maison d’accueil ne sont pas passés par Roxham. « Ça date d’avant les transferts vers l’Ontario », précise-t-elle, ce qui montre à son avis « une certaine instrumentalisation » des demandeurs de Roxham.

En janvier dernier [2023], une coalition d’organismes communautaires a lancé un cri du coeur. Cet appel a été entendu par le gouvernement caquiste, qui a rapidement débloqué 3,5 millions de dollars en aide d’urgence.

[Éditeur: cet argent devrait aller à des Québécois dans le besoin, pas des gens qui sont entrés illégalement, au Canada. De manière pleinement intentionnelle.]

« Le message du communautaire n’était pas que le Québec est “plein”, c’était qu’on a besoin d’un financement constant et, surtout, qu’un plan d’urgence soit mis en place », ajoute Mme Gracia-Turgeon.

[Éditeur: donc, de faire payer aux Québécois pour des passages illégaux à notre frontière, avec les énormes coût que ça engendre, pour nous tous. Nous sommes en période d'inflation et des millions de Canadiens souffrent alors pour les illégaux, il va falloir qu'ils y pensent à deux fois avant de venir ici ou alors, qu'ils entrent légalement, avec leur argent-propre.]



Source: MSN / Le Devoir



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre