Les Nations Unies utilisent les affaires autochtones comme couverture

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 6659
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

20 juin 2022


La position pro-onusienne est exposée, ici dans Cultural Survival du 18 juillet 2017.


Rupert Darwall, l'auteur de « Green Tyranny: Exposer les racines totalitaires du complexe industriel climatique », affirme que « si vous regardez ce que les nazis faisaient dans les années 1930, dans leurs politiques environnementales, pratiquement tous les thèmes que vous voyez dans le mouvement environnemental moderne , les nazis faisaient". [1]

Les nazis ont inventé le développement durable, même leur plan de guerre était guidé par des préoccupations de développement durable. En 1935, les nazis ont adopté la loi totalitaire sur la protection de la nature du Reich qui autorisait une réglementation écologique sur la propriété privée.

Les affaires autochtones comme couverture

D'ici 2030, entre 70 et 80 % de la masse continentale de l'Australie devraient être sous titre de propriété autochtone non transférable des Nations Unies, ce qui signifie que seuls les grandes entreprises et les grands gouvernements peuvent y faire face. Les Autochtones n'en ont rien retiré et n'ont pas été consultés. Keating, Langton et quatre autres l'ont conçu. Pourquoi est-ce arrivé, demandez-vous? Il s'agit d'un mécanisme permettant aux escrocs de l'ONU de voler notre pays et ce n'est pas par hasard que le Native Title Act fait référence à l'ONU à plusieurs reprises. Il fournit un mécanisme permettant aux acteurs de l'ONU de faire pression pour mettre fin à la propriété privée des travailleurs australiens. [2]

Aux États-Unis, environ 12 % ou 100 millions d'acresdes terres américaines sont des parcs nationaux ou des zones sauvages protégées. Ce programme de l'ONU vise à convertir au moins 50 % des terres de l'Amérique du Nord en zones sauvages et interdites aux humains. Les zones de nature sauvage centrales identifiées doivent être interconnectées par des couloirs de nature sauvage également interdits aux humains, et entourés de zones tampons où l'utilisation des ressources naturelles sera restreinte. Avec toutes les populations humaines à réinstaller dans les 25% restants du territoire dans des communautés jugées "durables" comme prescrit par l'ONU. L'Agenda 21 est le programme mondial des Nations Unies pour le XXIe siècle. C'est la stratégie utilisée pour contrôler les personnes et les ressources sous prétexte de protéger l'environnement et d'assurer la durabilité écologique du monde. Pour qu'une solution globale soit efficace,

L'ONU détermine que les pratiques durables et non durables doivent être restreintes et/ou cesser. L'Agenda 21 est également une composante de la tentative d'après-guerre de créer un nouvel ordre mondial et cela a été noté par l'OCDE et cité par le Conseil d'examen de l'investissement étranger (FIRB) dans l'annexe de son rapport annuel de 2001, 'Les gouvernements coopèrent entre eux et avec d'autres acteurs pour renforcer le cadre juridique et politique international dans lequel les affaires sont menées. L'après-guerre a vu le développement de ce cadre, à commencer par l'adoption en 1948 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Parmi les instruments récents figurent la Déclaration de l'OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail, la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement, l'Agenda 21 et la Déclaration de Copenhague pour le développement social .'

Un plan pour tout contrôler

L'Agenda 21 de l'ONU pour le développement durable est un plan d'action pour contrôler la terre, l'eau, les minéraux, les plantes, les animaux, la construction, la production, l'information, l'énergie et les êtres humains et l'ONU a des analyses détaillées sur tous les aspects de la vie australienne et semble interférer avec les citoyens droits Ce n'est pas une théorie du complot ou un fantasme. Il s'agit d'un plan de l'ONU, signé par Paul Keating en 1992 avec 178 autres dirigeants mondiaux et appelé Agenda 21 parce que c'est l'agenda du 21e siècle. Selon le secrétaire général de l'ONU, Maurice Strong a noté que « le mode de vie de la classe moyenne aisée n'est pas durable » . Il veut dire que les maisons unifamiliales, les véhicules privés, les appareils électroménagers, la climatisation et la consommation de viande ne sont pas durables car l'ONU considère qu'ils constituent une menace pour la planète.

En 1992, un projet d'autorité gouvernementale centrale a été remis aux Nations Unies qui, à leur tour, ont établi une structure bureaucratique pour un système économique et politique mondial. Des plans Agenda 21 locaux révisés sont en cours, orientant les personnes, l'utilisation des terres, les affaires, le commerce, l'industrie, l'agriculture et l'éducation. L'objectif est de créer une culture mondiale durable . Au début, ces stratégies semblent être pratiques, bienveillantes, honorables et justes et ont été décrites comme des visions communautaires qui découlent naturellement d'intérêts locaux. Il promet de protéger l'avenir de la communauté des consommateurs égoïstes et matérialistes qui abusent de la planète. Cependant, ceux-ci ne sont ni pratiques ni bénins et ils ne sont pas équitables.

En 1999, le rapport du gouvernement australien, « Our Community Our Future : A Guide to Local Agenda 21 » a été publié. Il offre des suggestions sur les moyens de créer un changement qui peut être développé à tous les niveaux de gouvernement. Le fait est que nos vies sont sous surveillance et que nous sommes jugés, mesurés, gérés, manipulés et surveillés conformément à l'Agenda 21. Le plan est conçu pour que nos activités puissent être surveillées afin de gérer les systèmes et d'intégrer les mouvements humains. Il vise à abolir les frontières, à interdire la résistance et à ne pas imposer de limites au pouvoir des entreprises.

Nos dirigeants ont convaincu le public que notre planète souffre d'abus humains irresponsables qui ont abouti à la célébration de la réduction de la liberté individuelle, des inégalités, de l'injustice sociale, de la guerre, de la maladie, de la famine, du réchauffement climatique et du traitement inhumain des animaux.

Pas de droits individuels

Anniversaire du Sommet de la Terre , pour célébrer les 20 ans de mise en œuvre de l'Agenda 21 local, Programme de développement durable à l'initiative des Nations Unies, dans le monde entier. La sécurité alimentaire mondiale, le changement climatique, la destruction de l'environnement, le stress économique et les troubles politiques traversent les frontières et sont prêts pour que les dirigeants mondiaux présentent des solutions de gestion mondiales. Après des années de préparation minutieuse et d'accords, il a été convenu que chaque individu doit être subordonné à la communauté mondiale et donc le bien commun remplacera à jamais les notions obsolètes et destructrices des droits individuels.

Dans le paradigme communautaire mondial, les droits individuels ont été remplacés par les droits de la communauté qui ont été vaguement définis. Il a été déterminé que les lois protégeant les individus contre l'ingérence du gouvernement sont dépassées et doivent être mises en balance par les experts avec les sensibilités d'un marché mondial. Les accords commerciaux, les tarifs douaniers, les constitutions et la liberté religieuse ont été identifiés comme des obstacles à la réalisation d'une croissance mondiale durable. La loi communautaire a été introduite lentement en utilisant un processus connu sous le nom de gradualisme Partout où la loi interdit un changement arbitraire, les détails sont délibérément cachés au public. Les modifications sont apportées au niveau communautaire et n'impliquent jamais de voies légales. Le droit communautaire a été introduit en Australie par un certain nombre de canaux, y compris les règlements des agences administratives.

De puissantes agences fédérales telles que l'Environmental Protection Agency (EPA) mettent en œuvre des résolutions communautaires et étendent leur autorité chaque année. L'EPA a mené l'acte d'équilibrage.

En Australie

L'Agenda 21 de l'ONU est le modèle, le plan d'action de l'ONU. L'Agenda 21 local est promu par une série de groupes nationaux et internationaux. En Australie, le gouvernement du Commonwealth utilise sa promotion continue de l'EDD (Développement écologiquement durable). Certains gouvernements d'État fournissent un soutien en termes de ressources et de financement. Environs Australia est un réseau environnemental de gouvernements locaux qui promeut activement l'Agenda 21 local depuis 1993. Le Conseil international pour les initiatives environnementales locales (ICLEI) représente les gouvernements locaux du monde entier et les rédacteurs originaux du chapitre de l'Agenda 21 local coordonnent activement le campagne internationale Agenda 21 Local.

Des réseaux indépendants promeuvent l'Agenda 21 local. Par exemple, en Australie-Occidentale, une grande partie de son activité est le résultat des efforts d'universitaires et de conseils locaux et un groupe consultatif a été créé pour encourager les membres à partager les ressources et à soutenir le développement durable du gouvernement local. des plans.

En Australie-Méridionale, un partenariat avec Local Agenda 21 existe entre le gouvernement de l'État, le gouvernement local et 30 conseils qui se sont engagés à entreprendre ses programmes. L'objectif est d'encourager les conseils à s'impliquer et à établir des activités pour aider à façonner et à informer la politique et la planification du gouvernement de l'État.

En Nouvelle-Galles du Sud, la loi de 1993 sur le gouvernement local exige que les conseils établissent les principes de l'EDD. Cette exigence a servi de catalyseur pour les travaux de l'Agenda 21 local. Il a été associé à l'état local des exigences environnementales en mettant l'accent sur la participation communautaire. Smart21 implique le changement de marque des conseils locaux et le gouvernement local s'est vu promettre des subventions du gouvernement Turnbull.

Tous ces plans régionaux sont identiques. Ils encouragent chacun le logement empilé et emballé , la mobilité restreinte et le gouvernement régional. La surveillance intérieure, les compteurs intelligents, les OGM et la perte de liberté sont des stratégies de l'Agenda 21/Développement durable de l'ONU. Les êtres humains perdent leurs droits et leur liberté. Nous sommes manipulés. On nous ment. Nous sommes la Résistance et c'est un mouvement populaire mondial non partisan.


Références:

[1] Kerry Jackson, Les racines nazies de la peur du réchauffement climatique , 1er décembre 2018,

[2] Voir plus



Source: Josephine Cashman



-- -- --
Fichiers joints
l-onu-et-les-autochtones.jpg
l-onu-et-les-autochtones.jpg (149.56 Kio) Vu 5 fois
Indigenous-Peoples-and-the-2030-Agenda.pdf
(564.3 Kio) Pas encore téléchargé
developpement-durable-pour-les-autochtones.jpeg
developpement-durable-pour-les-autochtones.jpeg (31.42 Kio) Vu 6 fois
cesser-le-financement-a-l-onu.jpeg
cesser-le-financement-a-l-onu.jpeg (17.35 Kio) Vu 6 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre