Ribozome en bonne voie d’obtenir son usine

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 6659
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

23 décembre 2022


Fondée en 2020 à Saint-Nazaire, Ribozome, une entreprise de production de protéines à base d’insectes, s’approche de plus en plus de son ultime objectif: construire une usine de production à grande échelle dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est en 2024.

Si elle voyait le jour, la ferme-usine permettrait à Ribozome de passer d’une production artisanale à une production industrielle pouvant approvisionner de grands transformateurs agroalimentaires.

L’usine, dont la construction est estimée à plusieurs millions de dollars, serait dotée d’une chaîne de production hautement robotisée et aurait un volume de production se calculant en tonnes. Environ une quinzaine d’opérateurs seraient nécessaires à son fonctionnement, selon Dany Fortin, le fondateur de Ribozome.

Ce dernier précise que plusieurs indicateurs, dont la croissance considérable qu’a connue l’entreprise depuis ses débuts, donnent à penser que la construction de l’usine pourra débuter au printemps 2024.

De deux contenants de crème glacée d’insectes en 2020, l’entreprise possède maintenant quelque 1200 bacs spécifiquement conçus pour l’élevage des ténébrions meuniers, dont les larves constituent la matière première de Ribozome.

Nouvelle directrice scientifique

Une fois déshydratées et réduites en poudre, les larves de ténébrions sont transformées par Ribozome en un produit alimentaire riche en protéines.

S’il peut sembler simple en apparence, Dany Fortin soutient qu’il s’agit néanmoins d’un processus éminemment complexe pour lequel aucune recette miracle n’est disponible.

Puisqu’elle est une jeune industrie, explique-t-il, la transformation du ténébrion meunier à des fins alimentaires n’a fait l’objet que de très peu de recherches jusqu’à présent, tant en ce qui a trait au régime des insectes qu’aux conditions de leur élevage.

C’est en ce sens que Dany Fortin qualifie « d’atout majeur » la récente embauche de la biologiste Jennifer Larouche à titre de directrice scientifique et actionnaire de l’entreprise.

« Jennifer, elle est détentrice d’une maîtrise en transformation des insectes comestibles et elle est dans le top 3 de sa discipline au Québec. Elle est impliquée dans l’industrie de l’insecte depuis 2016 et c’est même elle qui a organisé le congrès international Insects to Feed the World 2022 à Québec. Elle m’amène des connaissances techniques et elle vient structurer le côté scientifique de la recherche et du développement. »

Défis

Encore plusieurs défis paveront la route de Ribozome d’ici la construction de son usine, qui serait la première en son genre au Canada.

Selon Dany Fortin, « le plus gros défi, ce sera de continuer à développer une équipe solide dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre afin que Ribozome se maintienne comme leader au Canada. »

Il ajoute qu’un changement de mentalité devra également s’opérer en ce qui concerne l’alimentation à base d’insectes, encore rebutante aux yeux de certains malgré ses nombreux avantages.



Source: Le Lac-St-Jean



-- -- --
Fichiers joints
tenebrion.jpg
tenebrion.jpg (45.62 Kio) Vu 8 fois
Les protéines d’insectes constituent une alternative écoresponsable aux protéines animales conventionnelles, tandis qu’elles comportent plusieurs avantages nutritionnels lorsque comparées aux protéines végétales. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)
Les protéines d’insectes constituent une alternative écoresponsable aux protéines animales conventionnelles, tandis qu’elles comportent plusieurs avantages nutritionnels lorsque comparées aux protéines végétales. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)
poudre-de-tenebrion.jpg (157.76 Kio) Vu 8 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre