Lettre d'Alain Patenaude à Ian Senechal de Radio X

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 6364
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

J'archive ici la lettre d'Alain Patenaude adressée à Ian Senechal, de CHOI Radio X.

Cette lettre a été lue par Dan Pilon.


-- --


Voici la lettre que j'ai envoyée à Ian Sénéchal et Daniel Pilon concernant le fait qu'il nous avait traité d'estie de mongols sur les ondes de Radio Pirate la semaine dernière. Monsieur Pilon l'a lu ce matin et voici la transcription

Lettre à Monsieur Ian Sénéchal



Bonjour monsieur Sénéchal.


Je suis un babyboomer de 65 ans à la retraite.

Je suis ce que vous appelez un conspi. Un mongol de la pire espèce, comme vous le dites si bien, qui a décidé de se faire haïr par une catégorie de gens qui détiennent, eux, la vérité et le bon sens.

Je suis un conspirationniste et je ne mérite aucune tribune pour expliquer pourquoi je ne crois plus les médias et les gouvernements, même si vous m’accusez, tout comme l’ont fait les médias traditionnels, d’être ce que je ne suis pas, c’est-à-dire un mongol.

Je ne suis pas un actuaire qui passe à la radio et qui a une tribune pour se faire entendre. Facile de juger les autres sans répliques Je pourrais employer les mêmes termes que vous avez employés, mais je vais faire un Samuel Grenier de moi-même et je vais rester respectueux.

La semaine dernière, je vous ai entendu dire à l’émission de Jeff Fillion sur Radio Pirate que les conspis étaient des esties mongols que vous détestiez profondément. Vous ne savez même pas qui ils sont et vous les jugez sur de fausses représentations, aussi gratuitement que le font les Patrick Lagacé, Mario Dumont et Richard Martineau. Monsieur Sénéchal, je crois que vous nous confondez avec de vrais conspirationnistes qui ont des postes au gouvernement Vous semblez croire qu’il n’y a pas de complots dans le milieu politique et que dire qu’il y en a, fait de nous des imbéciles. Je vous en énumère quelques-uns que vous connaissez sûrement :

  • Le scandale du sang contaminé de 2007.
  • La pandémie de grippe H1N1 en 2009
  • La tragédie de la Thalidomide dans les années 60
  • Les autochtones qui n’ont pas encore d’eau potable.
  • Les assassinats de femmes autochtones.
  • Toutes les crosses de la CAQ depuis le début de la pandémie et les millions attribués aux petits amis.

Et j’en passe.

On peut accuser les gens d’être des mongols dans des termes sans équivoque, comme vous le faites, mais dans un monde normal, on s’arrange pour savoir de quoi ou de qui on parle, avant de les traiter d’imbéciles irrécupérables. Vous catégorisez les Dan Pilon, Samuel Grenier et Alexis Cossette Trudel de mongols et vous êtes le premier à dire que vous ne les écoutez pas. Raison de plus pour vous la fermer. Restez dans votre domaine d’expertise, si vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Au début de la pandémie, plusieurs personnes comme moi, ont switché à Radio X, parce que c’était la seule radio qui osait dénoncer les incohérences du gouvernement et des médias. Ne soyez pas surpris que des conspis vous aient rejoints. La censure médiatique était et est évidente qu’il faut être aveugle ou complètement déconnecté pour ne pas la voir.

Personnellement, je me décris plutôt comme un résistant, parce que j’ai refusé de prendre ces injections, même si on m’a refusé l’entrée dans des restos, des cinémas pendant plusieurs mois. À ce que je sache, la Constitution Canadienne me permettait de le refuser. C’est la première fois dans l’histoire qu’on impose une injection à tout le monde, sous la menace et les Québécois n’ont presque pas réagi. Et c’est nous que vous traitez de mongols?

Personne dans la population ne nous a appuyé ou même défendu, à part les lanceurs d’alerte que vous décrivez comme des coucous. Les Québécois vaccinés ont accepté le passeport vaccinal, en plus, de nous accuser d’être ceux qui les contaminaient, sans réaliser que c’est le vaccin qui aurait dû les protéger. Il y a toujours eu un groupe témoin dans ce genre de situation pour pouvoir évaluer l’efficacité du produit.

Connaissez-vous le code de Nuremberg? Il y a des constitutions et des lois internationales qui ont toujours condamnées ces méthodes d’imposer par la force des expériences médicales, dignes du régime Nazi. À quoi servent ces conventions, si les gouvernements ne les respectent pas, prétextant la santé publique?

Donc, si j’ai bien compris, les gens protégés ont dû se protéger des non-protégés en forçant les non-protégés à utiliser la protection qui n’aura pas protéger les protégés.

Je ne crois pas que les gens ont reçu un vrai produit immunisant, car celui-ci aurait dû les protéger définitivement contre le virus, ce qui n’est pas le cas ici. Si je prends une protection vaccinale contre la rage, je ne m’attends pas à avoir la rage par la suite, vous comprenez? Si je l’attrape, je me dis que le produit n’a pas fonctionné.

En passant, j’aimerais vous dire qu’en deux ans, même non-injecté, je n’ai pas été malade une seule fois. Excusez-moi! Ça doit être du conspirationnisme de vous dire cela. Même pas un écoulement nasal. Je prends de la vitamine D à tous les jours, je fais de l’exercice, je fais attention à ce que je mange. Je n’ai pas peur et je ne lis plus les journaux et je n’écoute plus TVA et Radio-Canada. Je vous écoutais, mais avec votre affirmation sans équivoque, je ne vous écouterai plus. Je n’ai pas l’habitude d’encourager ceux qui méprisent.

Nous vivons dans un asile à ciel ouvert, cher Monsieur Sénéchal. Je sais qu’il y a des gens pas éduqués (des édentés comme dirait Patrick Lagacé) qui peuvent vous écrire pour vous envoyer une pluie de bêtises, en vous parlant de Trump, des extra-terrestres et de la terre plate, mais vous ne devriez pas mettre tout le monde dans le même panier comme le font les Mario Dumont et toute la bande de Québecor et de Radio Canada. Vous vous tirez dans le pied.

Il y a des imbéciles dans toutes les couches de la société. La preuve, c’est qu’une grosse catégorie de Québécois qui versent des larmes de crocodiles pour les enfants hospitalisés, n’ont pas hésité une seconde à perturber leur cycle scolaire, leur socialisation et leur système immunitaire, afin de sauver grand-maman et grand-papa. Qui sont les mongols?

Les Québécois ont cru le gouvernement qui a empêché les gens d’acheter des mitaines pour leurs enfants, en permettant la vente de chips et de cochonneries du genre et c’est nous que vous traitez de mongols? Ils ont masqué nos enfants. Ils ont menacé, discriminé, ils ont encouragé la délation. Ils ont émis des contraventions démesurées à des gens qui ne portaient pas le masque ou qui se réunissaient pendant les couvre-feux pour Noel et vous nous traitez de mongols? François Amalega a fait deux mois de prison pour s’être battu pour la LIBÂRTÉ, pendant que des délinquants et des pédophiles s’en sortent avec des grenailles. Vous trouvez cela normal?

Vous vous souvenez de Legault qui avait demandé aux ambulanciers de ne pas réanimer les gens qui faisaient des crises cardiaques? Et c’est nous les mongols?

La seule chose dont je suis convaincu, c’est que les gouvernements et les médias travaillent main dans la main pour combattre quelque chose, qui n’a rien à voir avec un virus. C’est de la politique contre les peuples. Ils s’en prennent à nous carrément. Et ceux qui résistent, se font traiter de mongols par des actuaires qui savent compter, mais ne connaissent rien à la fabrique du consentement.

Les compagnies pharmaceutiques criminelles reconnues comme Pfizer (renseignez-vous un peu) sont devenues les fournisseurs d’injection pour les gouvernements, comme si de rien n’était, malgré des amendes de plusieurs milliard de dollars. Avec tous les effets secondaires de l’injection, on dirait bien que Pfizer est passé de la phase d’essai à la phase décès. Et c’est nous que vous traitez de mongols?

Vous ne semblez pas croire au fait que le World Economic Forum soit l’architecte de cette mascarade et c’est ce bout, à mon humble avis, qu’il vous manque dans toute cette histoire. Klaus Schwab a dit qu’il avait infiltré le gouvernement Canadien. McKinsey, une firme mondialiste qui gère le Québec et la France en prenant ses ordres du WEF, payés à coup de millions par mois avec notre argent. Vous ne voulez pas le voir, même si tout est inscrit sur leur site internet. Ne nous traitez pas de mongols pour ça? Une pandémie, c’est autre chose que ce que nous avons vécu. Vous devriez lire La Peste d’Albert Camus. Une pandémie, ce sont des gens qui meurent dans les rues. Ce sont des cadavres et des pertes dans toutes les familles. S’il y avait eu une véritable pandémie, personne ne serait aller manifester. Tout le monde aurait pris l’injection sans discuter. Les politiciens n’auraient menacé personne, parce qu’ils auraient eu peur également.

Concernant Éric Duhaime et le parti conservateur, le chef a plié les genoux avant le fil d’arrivée. Vous êtes choqué parce que des lanceurs d’alerte ont demandé que les membres, au lieu de quitter le parti, renouvellent leurs cartes de membres du PCQ pour éjecter éventuellement votre ami Duhaime, s’il continuait de renier ceux qui l’ont propulsé ou il est, en continuant d’être aussi fragile, qu’il l’a été pendant la campagne. Un parti politique appartient à ses membres. Le chef est le chef de tout le monde, même s’ils sont des mongols. Les coucous ont adhéré au parti, parce qu’il n’y avait personne d’autre pour les défendre. Si Duhaime veut passer le vote de confiance en Avril, il devra les prendre en considération.

Au début de la pandémie, ma femme et moi avons cru à la pandémie. Mais rapidement, l’incohérence du gouvernement et l’évidente propagande de peur des médias nous ont convaincu que ça sonnait faux. Mettre un masque debout dans un resto et pouvoir l’enlever une fois assis, m’a convaincu de la mascarade. Tant qu’à ça, ils auraient dû mettre une poutine sur les bureaux des enfants à l’école, pour les empêcher de porter le masque toute la journée.

Des gens dans la famille de ma femme ont eu des réactions aux injections, dont un qui a fait un AVC. Un autre a eu une paralysie partielle et un autre, une myocardite. Le 21 octobre 2021, ma femme qui travaillait comme travailleuse sociale dans une unité psychiatrique depuis 20 ans a remis sa démission parce qu’on voulait l’obliger à être vaccinés. Dubé venait d’étirer son bluff menaçant au 18 novembre. Ses gestionnaires voulaient l’obliger à passer trois tests par semaine en attendant la nouvelle date butoir sinon, elle allait être suspendue sans solde indéfiniment. Elle a remis sa démission. Les menaces de Dubé étaient, pour elles, inacceptables. Comment peut-on travailler dans une telle ambiance? Nous avons vendu la maison en une fin de semaine et nous voulons quitter ce pays au plus crisse. Nous sommes aux États-Unis et allons tenter de faire une demande d’asile politique. Pas question de revenir dans ce pays de fous qui accusent ceux qui résistent et qui protègent ceux qui discriminent.

Dans notre société, le fait de refuser l’injection, fait de nous automatiquement des anti-vaxx. Pourtant, je n’en suis pas un. J’ai reçu tous les vaccins dans ma jeunesse et j’ai même pris celui contre le H1N1 en 2009. L’injection est un choix personnel qui doit être fait sous tendance libre et éclairée, non pas sous la menace.

Nous avons subi le passeport vaccinal et la majorité de la population vaccinée n’a pas été solidaire envers nous, en se rendant quand même dans les restos égoïstement. Au lieu de cela, ils ont accusé ceux qui ne l’avaient pas pris de les mettre en danger, même s’ils étaient injectés et c’est nous que vous décrivez comme des mongols? On appelle cela de L’INVERSION ACCUSATOIRE.

Je tenais à répondre à vos propos dans ce monde ou plus personne ne réfléchit. Je me suis senti concerné et j’ai décidé de vous écrire, même si je sais ce que vous allez en penser.
Hannah Arendt a dit :

Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire, ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir, mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez.

Veuillez agréer, cher monsieur, le plus respectueusement possible, de mon mépris le plus profond.


Alain Patenaude


-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre