Plus de 1000 personnes réunies pour Duhaime à Lévis

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 6367
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

24 septembre 2022


Galvanisés par la performance de leur chef au second débat, les militants conservateurs ont, de nouveau répondu, par centaines, au rassemblement à Lévis, vendredi soir, autour d’un discours teinté de frustration et d’espoir.


« Avec le temps, on est devenu les covidiots, les édentés. Nos anges sont devenus des vidanges. Nos voisins nos délateurs, nos familles, nos accusateurs », a dénoncé le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Côte-du-Sud, Frédéric Poulin, lors d’un long exposé rappelant les années de pandémie. « Puis il y a eu Éric Duhaime », a-t-il lancé déclenchant des cris dans la salle.

Au Centre des Congrès de Lévis, la salle de 1900 personnes était facilement remplie aux deux tiers. Sur place, de jeunes parents avec leurs enfants dans les bras, mais aussi des retraités. Plusieurs brandissaient des drapeaux du Québec, signe d’un nationalisme qui transparaissait notamment dans le discours de l’animatrice Anne Casabonne qui s’est réjouie en ouverture du fait que des nationalistes déçus désertaient la Coalition Avenir Québec pour se joindre au PCQ.

« C’est qui qui a gagné le débat ? », a-t-elle lancé à la foule. « Duhaime ! Duhaime », ont-ils scandé.

En attendant l’arrivée du chef et de quelque 25 candidats, le parti projetait des vidéos sur fond de musique rock, montrant Éric Duhaime s’entraînant avec George Saint-Pierre ou sautant en parachute avec Guillaume Lemay-Thivierge.

Les organisateurs ont ensuite diffusé des extraits vidéos du débat de la veille mettant Éric Duhaime en valeur et soulignant les faux pas de François Legault qui a eu droit à son lot de huées durant le rassemblement.

Irrités par la comparaison avec Trump

Jean-Clément, un retraité de Québec, s’était déguisé en homme-sandwich pour l’occasion. « Plus qu’assez de servir de bouc émissaire », pouvait-on lire au recto. « Parce que nous refusons de nous laisser injecter des traitements expérimentaux aux effets secondaires parfois graves à court terme ».

Son long laïus était rédigé soigneusement sans fautes et en lettres majuscules. Jean Clément confie d’ailleurs qu’il s’est parfois fait bannir temporairement de certains réseaux sociaux, entre autres parce qu’il écrit « en lettres majuscules ».

Il ne pensait pas venir au rassemblement, mais les attaques du jour de François Legault à l’endroit d’Éric Duhaime et la comparaison avec Donald Trump l’ont mis en colère. Il pense que les gouvernements sont contrôlés par les multinationales, que les pharmaceutiques s’en mettent plein les poches.

Alexandre et Caroline, un couple de Saint-Apollinaire, s’étaient rendus au rassemblement avec leur bébé, Léo. « La liberté de choix, c’est quelque chose qui me rejoint beaucoup. La complémentarité des soins de santé avec le privé. Même chose pour le 200 $ pour les garderies, ça donne la liberté de choix ».

Le couple écoutait régulièrement le rassemblement en ligne hebdomadaire d’Éric Duhaime le mardi soir bien avant la campagne électorale. « On n’avait pas l’impression qu’il y avait une vraie opposition à l’Assemblée nationale », explique Caroline.

Devant ses partisans, Éric Duhaime est longtemps revenu sur les hésitations de François Legault dans le dossier du troisième lien et sur le « parachutage » de candidats journalistes dans les circonscriptions de la Rive-Sud de Québec. Il a invité ses partisans à faire en sorte que « Martine Biron et Bernard Drainville soient les résidents temporaires à rester le moins longtemps à Lévis ».

Le chef conservateur n’a pas manqué non plus de revenir sur les attaques que lui avait servies François Legault plus tôt dans la journée. « Il a dit que je m’étais disqualifié d’être chef de parti ! », a-t-il lancé déclenchant dans la salle un concert de huées. « Il est en train de dire que vous aussi vous êtes disqualifiés ! »

Le politicien s’est aussi moqué du fait que François Legault l’ait comparé à Donald Trump. « Il m’a comparé à Donald Trump ! À part d’avoir Anne [Casabone] à côté de moi qui est aussi belle que Melania, je ne vois pas ce qu’on a en commun », a-t-il lancé sans toutefois complètement se dissocier de l’ancien président républicain. « Ça ne veut pas dire que je ne le considère pas, je le considère. On essaie de nous stigmatiser. »



Source: MSN / Le Devoir



-- -- --
Fichiers joints
Devant ses partisans, le chef conservateur s’est moqué du fait que François Legault l’ait comparé à Donald Trump plus tôt dans la journée. -- © Francis Vachon Le Devoir
Devant ses partisans, le chef conservateur s’est moqué du fait que François Legault l’ait comparé à Donald Trump plus tôt dans la journée. -- © Francis Vachon Le Devoir
eric-duhaime-du-pcq-a-levis.jpg (62.5 Kio) Vu 132 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre