Un Montréalais se rend au N.-B. pour avoir son passeport et l’obtient en 3 heures

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 5917
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

23 juin 2022


François Gamache savait qu'avoir son passeport à Montréal serait une mission presque impossible. Sur les conseils d'une agente de Service Canada, il se rend à Chicoutimi, où il attend 30 heures, en vain. Il décide ensuite de conduire jusqu'au Nouveau-Brunswick, où il obtient son passeport en trois heures aux bureaux de Fredericton.

Une crise sévit dans plusieurs bureaux de passeport au pays, surtout au Québec. Des voyageurs sont obligés d’attendre des heures sans obtenir ce document essentiel à leur voyage.

François Gamache doit partir jeudi pour un voyage de trois semaines en France, notamment pour enterrer son beau-père. Comme des milliers de Canadiens, il avait besoin de renouveler son passeport.

Montréal-Chicoutimi

Samedi, il communique avec une agente de Service Canada pour avoir des indications sur la marche à suivre pour obtenir son passeport. Elle m’a dit qu’à Montréal c’était presque impossible que mon dossier soit traité en une semaine, relate-t-il.

L’agente lui suggère alors de se rendre à Chicoutimi, ce qu’il décide de faire le dimanche soir.

Arrivé au bureau de Service Canada le lundi matin à 6 h, il se rend vite compte que la situation cloche. On lui annonce que les passeports pour les voyageurs quittant le pays dans un délai de 48 h seront traités en priorité.

À cinq jours de son voyage à l’étranger, il décide tout de même de rester, avec l’espoir que son tour viendra.

30 heures plus tard

Après avoir attendu en vain plusieurs heures dans la salle d’attente, François se rend en soirée à l’hôtel pour y faire une courte sieste.

Il n’y est resté que très brièvement afin d’être de retour sur son siège d’attente au petit matin mardi.

Une attente encore une fois difficile, dans un environnement peu accueillant, selon François Gamache.

À Chicoutimi on se faisait vraiment se sentir mal parce qu’on venait de Montréal, mais en même temps, moi, je me suis fait dire qu’à Montréal on ne traiterait pas mon dossier. [...] Je suis un citoyen canadien, je paye des impôts, donc est-ce que j’ai à me sentir mal de me déplacer?

« Il y a des personnes âgées qui ont passé 48 heures là-bas, à Chicoutimi. Il faisait comme 5 degrés pendant la nuit, c’était vraiment froid. »

— Une citation de François Gamache

Alors que l’attente de François Gamache continue, le mardi, un agent sur place fait une annonce à tous : même demain, les 24 h, on ne pourra pas les traiter, on vous conseille [d’annuler] votre voyage.

Les gens étaient en pleurs. C’était la panique, dit François Gamache.

C’est à ce moment qu’un de ses clients avec lequel il est en communication à distance lui propose de se rendre à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, pour sa demande de passeport. [Il] m’a dit qu’il avait entendu qu’au Nouveau-Brunswick, ça se traitait.

Après 30 heures d’attente en vain à Chicoutimi, François Gamache décide de reprendre le volant pour tenter sa chance dans la province voisine.

Chicoutimi-Fredericton

Après une nuit de sommeil au Témiscouata pour reprendre des forces, François Gamache arrive au bureau des passeports de Fredericton mercredi matin.

La salle d’attente est presque vide.

C’est comme si on était dans un autre pays […] Les gardiens de sécurité étaient super avenants, dit-il. C’est comme un service à la clientèle exceptionnel versus se faire traiter comme du bétail à Chicoutimi.

Après une attente de 2 à 3 heures, son passeport lui est remis.

J’étais vraiment exténué et j’étais même très émotif, affirme François Gamache. Je me suis tellement battu pour l’avoir […] C’est sûr que mon voyage est sauvé.

« S’il y a trop d’agents de Passeport Canada en ce moment à Fredericton et qu’il n'y en a pas assez à Montréal, il y a peut-être une logique à ce que les gens puissent avoir accès à ça. »

— Une citation de François Gamache

François Gamache estime avoir dépensé près de 1000 $ en hôtel, nourriture et essence lors de ce périple.

Comme il possède une entreprise, il a pu faire du télétravail avec son portable pendant toute cette mésaventure. Mais ce n’est pas tout le monde qui a cette chance-là, précise-t-il.

Une crise politique nationale

François Gamache est loin d’être le seul à avoir récemment été confronté aux dédales bureaucratiques afin d’obtenir son passeport.

Avec la levée des restrictions sanitaires et la saison estivale en cours, les foules sont nombreuses aux bureaux de Service Canada.

La semaine dernière, la ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould, avait précisé que 1200 employés avaient été embauchés ou étaient en voie de l’être pour gérer le flot de demandes qui déferle dans les bureaux de Service Canada.

Elle affirme qu’il n’y aura pas de dédommagement pour les voyageurs forcés d’annuler leurs plans.

Il a aussi été question d’emprunter quelque 200 employés à l’Agence du revenu du Canada (ARC), à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ainsi qu’à Affaires mondiales Canada.

François Gamache est très critique envers cette gestion de Service Canada, disant que c’était une situation prévisible.

Ce n’est pas vrai que toutes les demandes sont traitées en 24 heures […] À Chicoutimi, il y a plein [de demandes] qui n’ont pas été traitées et [les gens] ont dû annuler leur voyage, dit-il. Le gouvernement Trudeau est très au courant que Service Canada va tout croche depuis des années. Dans le fond c’était logique que cette crise-là allait arriver, c’était prévisible.

À Montréal, une file d’attente de l’un des centres de Service Canada est supervisée par des policiers. L’accès aux médias a été restreint : les agents de sécurité ont plaidé qu’une autorisation spéciale est nécessaire pour fouler le territoire fédéral.



Source: Radio-Canada



-- -- --
Fichiers joints
François Gamache tient son passeport. -- PHOTO: GRACIEUSETÉ
François Gamache tient son passeport. -- PHOTO: GRACIEUSETÉ
passeport-francois-gamache.jpg (19.77 Kio) Vu 158 fois
Plusieurs personnes de l'extérieur de la région font la file devant le bureau de Service Canada à Chicoutimi pour obtenir leur passeport. -- PHOTO: RADIO-CANADA / CATHERINE PARADIS
Plusieurs personnes de l'extérieur de la région font la file devant le bureau de Service Canada à Chicoutimi pour obtenir leur passeport. -- PHOTO: RADIO-CANADA / CATHERINE PARADIS
service-canada-passeports-attente-chicoutimi.jpg (39.75 Kio) Vu 158 fois
Il n'y avait pas de file d'attente devant les bureaux de Service Canada à Fredericton jeudi. -- PHOTO: RADIO-CANADA
Il n'y avait pas de file d'attente devant les bureaux de Service Canada à Fredericton jeudi. -- PHOTO: RADIO-CANADA
passeport-bureau-fredericton-service-canada.jpg (25.45 Kio) Vu 158 fois
Karina Gould, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, responsable du dossier des passeports -- PHOTO: LA PRESSE CANADIENNE / JUSTIN TANG
Karina Gould, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, responsable du dossier des passeports -- PHOTO: LA PRESSE CANADIENNE / JUSTIN TANG
karina-gould-ministre.jpg (20.52 Kio) Vu 158 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre