Enquête de la coroner sur les CHSLD: Marguerite Blais en émotion et en contradictions

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4640
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a amorcé son témoignage à l’enquête de la coroner sur les décès en CHSLD dans l’émotion vendredi — non sans contredire les collègues qui ont témoigné avant elle.

La ministre a notamment affirmé qu’elle n’avait pas été informée du risque pour les personnes âgées et vulnérables avant le 9 mars 2020. Cette journée-là, elle a pris un vol de retour pour le Québec alors que ses vacances d’une semaine se terminaient.

[Éditeur: cette enquête arrive trop tard et manque la cible qui se trouve dans les rouages qui avaient été décrétés dès le 13 mars 2020 à l'encontre des personnes vulnérables dans les résidences de personnes âgées, notamment avec l'usage du midazolam qui mimique certaines effets de la COVID-19 et précipitent le recours à des respirateurs auxquels presque personne ne survit. La 1ere vague a été un massacre au Québec, en partie en raison de la réponse gouvernementale déplorable de peur et d'ignorance-crasse.]

« Je veux juste que ce soit entendu sur l’enregistrement qu’il y a des témoignages qui sont venus dire totalement l’inverse de ce que vous dîtes ce matin », a lancé la coroner qui mène l’enquête, Géhane Kamel.

Avant cela, la juriste avait souligné que l’ex-directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, l’ex-sous-ministre Yvan Gendron et l’ex-ministre de la Santé, Danielle McCann, avaient affirmé devant elle qu’il y avait « une préoccupation réelle pour les personnes âgées » dès janvier ou février. « Des fois il y a des écarts comme ça », a laissé tomber Me Kamel.

La ministre a ensuite réitéré qu’elle a été informée de la préoccupation pour les aînés lors d’un « débriefing verbal » de sa directrice de cabinet, le 9 mars.

Les CHSLD « reconnus » pour gérer des éclosions

Mme Blais a par ailleurs déclaré que les CHSLD étaient « reconnus » pour gérer des éclosions, et qu’ils ont « une culture » de prévention et contrôle des infections (PCI). Elle a avancé que le 14 mars, lors de sa première rencontre avec la cellule de crise, on l’a avisée du fait que les personnes les plus à risque étaient les aînés et les personnes avec des problèmes de santé.

« Mais on nous précise que les CHSLD sont habitués à faire face à diverses éclosions », a-t-elle ajouté dans sa présentation. Lors de son témoignage en novembre, la ministre McCann avait rappelé que jusqu’à la fin février, les dirigeants avaient des informations leur laissant croire que le coronavirus s’apparentait à une grippe.

Dans son rapport sur la première vague de COVID-19 remis en novembre, la Protectrice du citoyen a relevé que « l’expertise PCI s’est principalement développée [depuis 2015] dans les milieux hospitaliers plutôt qu’en CHSLD ». Elle a aussi remarqué que « malgré son absence d’expertise en matière de PCI, [la Direction générale des aînés et des proches aidants] était d’avis que les milieux de vie étaient habitués à faire face à des éclosions de grippe et de gastro-entérite — ce que la COVID-19 n’était pas.

Dans son rapport d’étape, la Protectrice du citoyen avait recommandé d’« implanter dans les CHSLD une culture rigoureuse en matière de PCI ». C’est d’ailleurs ce que le gouvernement a fait dans son plan pour affronter la deuxième vague. En août 2020, il s’est engagé à nommer un responsable de la prévention et du contrôle des infections dans chacun des établissements.

Le témoignage de Mme Blais a fait réagir la porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et les proches aidants. « Qui dit vrai ? Marguerite Blais contredit des témoins importants et la coroner ne manque pas de le lui souligner ! On attend toujours des (vraies) réponses pour les familles des victimes », a écrit Monique Sauvé sur Twitter.

Sol Zanetti, de Québec solidaire, a quant à lui réitéré sa demande pour une enquête publique sur l’ensemble de la gestion de la pandémie. « Le témoignage de Marguerite Blais m’a scié les jambes : la ministre contredit complètement Horacio Arruda et l’ex-ministre de la Santé Danielle McCann. Qui dit la vérité ? », a-t-il demandé. Joël Arseneau, du Parti québécois, a partagé une courte réaction sur Twitter. « De contradictions en contradictions, se rapproche-t-on de la vérité ? », s’est-il interrogé.

Une part de responsabilité

Marguerite Blais a par ailleurs amorcé son témoignage en acceptant sa part de responsabilité dans le drame qui s’est joué dans les CHSLD du Québec.

« J’aimerais vous dire que je prends mes responsabilités », a-t-elle lancé d’entrée de jeu, sans pouvoir retenir ses larmes. Il s’agit d’un changement de ton majeur pour Mme Blais. En mai 2020, elle avait refusé d’assumer la responsabilité du drame qui se déroulait en CHSLD, préférant évoquer « une responsabilité collective » face à une situation qui ne s’observe « pas seulement au Québec, mais à travers le monde entier ».

Devant la coroner Kamel, elle a souligné qu’elle était « trop émotive », en novembre, pour venir témoigner à l’enquête publique. À l’époque, Me Kamel avait dispensé Mme Blais de son témoignage, puisque la ministre était en congé de maladie pour cause d’épuisement professionnel. Mme Blais a expliqué vendredi avoir demandé la permission de son médecin pour venir témoigner à l’enquête.

« Je viens devant vous en toute humilité, en toute sérénité. C’est important pour moi, même si je suis en congé de maladie, d’obtenir un billet du médecin. Je considère que vous faites une enquête fondamentale pour le bien-être des familles. […] Je le dois aux familles », a-t-elle déclaré.

La ministre a dit être « sortie de sa retraite » pour revenir en politique, en 2018, afin d’améliorer les conditions de vie des personnes plus vulnérables et des proches aidants. « On ne peut pas être indifférents à ça », a-t-elle souligné.



Source: MSN / Le Devoir



-- -- --
Fichiers joints
© Jacques Boissinot La Presse canadienne Marguerite Blais est attendue de pied ferme par la coroner Géhane Kamel.
© Jacques Boissinot La Presse canadienne Marguerite Blais est attendue de pied ferme par la coroner Géhane Kamel.
la-ministre-marguerite-blais.jpg (92.25 Kio) Vu 27 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...
Répondre