Nouvelle censure de 30 jours à l'encontre de mon profil, dans Facebook

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4518
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Nouvelle censure de 30 jours à l'encontre de mon profil, dans Facebook

Message par cgelinas »

La guerre contre la vérité se poursuit.

Ce matin, le vendredi 22 octobre 2021, j'ai été informé, via une fenêtre en surexposition, par Facebook que mon profil était CENSURÉ pour 30 jours.

Ça signifie que si je viens à récupérer mon droit de publier, de commenter et de "liker" dans ce délais, je vous reviendrai, dans Facebook pour la fin du mois de novembre 2021.

--

Les "standards de la communauté" de Facebook sont une vaste imposture.

Un outil de censure numérique sans précédent.

Je publie la vérité et j'utilise les bons mots pour éviter les dérives langagières des "grands médias" et de leurs complices dans la sphère politique, comme lorsqu'ils ont le front de qualifier de "vaccin" ce qui ressemble plutôt à un produit génique expérimental et encore là, c'est magnanime d'être aussi poli pour désigner ce qui, techniquement, demeure un poison (avec l'ARNm ou le vecteur viral).

À mon sens, la langue est une vaste collection de métaphores sur lesquelles on s'entend, collectivement.

Les communicateurs mondialistes utilisent la ruse, l'opportunisme et leur ascendant sur les masses pour injecter des idées qui avancent leurs agendas toxiques.

Tout le monde doit prendre acte de la guerre d'information qui fait rage, en ce moment-même.

--

Facebook m'a CENSURÉ pour 30 jours mais heureusement, plusieurs d'entre vous ne l'êtes pas.

Du coup, vous pouvez relayer les publications de mes forums ainsi que celles provenant des mes autres comptes, dans les autres médias sociaux où RIEN n'est censuré (du moins, pas encore).

Il n'y a que Facebook qui obsède autant contre la vérité.

Qu'importe mon attention aux détails et à la présence de références complètes, Facebook m'a en grippe (jeu de mot intentionnel) et ne me lâchera jamais.

Lorsque je suis dans Facebook, je suis en terrain ennemi.

Et vous l'êtes aussi.

--

Je vous invite donc, à nouveau, à venir me rejoindre dans TOUS les autres réseaux sociauxje suis actif.

C'est la seule façon de garder-contact, lorsque Facebook passe à l'attaque contre la liberté d'expression, via son outil odieux de CENSURE.

Honte à Facebook et à son régime de CENSURE qui s'attaque à la vérité pour mieux glorifier les MENSONGES et MANIPULATIONS qu'il laisse ramper, dans son marais numérique.




Je précise que l'attribution pour l'image des 3 "journalistes" qui sont au service exclusif des contrôleurs revient à Forbes, en lien avec son article intitulé "L'augmentation de la censure gouvernementale conduira-t-elle à un Web fragmenté?" dont voici une traduction française-maison...

Alors que les gouvernements du monde entier cherchent de plus en plus à étendre leur portée pour contrôler ce qui est dit et vu en ligne, l’idée que les gouvernements censurent activement le Web s’est normalisée. Alors que les défenseurs de la liberté d’expression ont déjà condamné l’intrusion du gouvernement dans les communications en ligne, ces mêmes organisations et militants applaudissent de plus en plus l’idée que les gouvernements limitent la parole numérique afin d’empêcher les discours avec lequel ils sont eux-mêmes en désaccord. Enhardis par ce soutien croissant, les gouvernements regardent de plus en plus au-delà de leurs propres frontières pour censurer les discours à l’échelle mondiale. Au fur et à mesure que ces tendances entreront en collision, le résultat inévitable sera un Web fragmenté.

Au début du Web moderne, sa nature décentralisée signifiait qu’il n’y avait pas de règles mondiales sur ce qui pouvait être dit ou vu à l’intérieur de ses frontières numériques. Chaque pays a élaboré ses propres règles appliquées localement reflétant ses besoins culturels et politiques distincts.

À son tour, l’essor des médias sociaux a créé des jardins clos centralisés qui transcendaient les frontières géographiques et conduisaient à la montée d’États numériques parallèles momentanément impérables aux gouvernements physiques.

Cette brève ère de liberté d’Internet signifiait que la Silicon Valley pouvait exporter de force les idéaux américains de liberté d’expression dans le monde, donnant la parole à ceux qui vivaient sous des régimes répressifs et des démocraties autocratiques.

Comme on pouvait s’y attendre, ce bref moment n’a pas duré, car les gouvernements ont agi rapidement pour faire taire la dissidence naissante et empêcher les libertés de ce nouveau média numérique d’interférer avec leur contrôle sur le paysage informationnel.

Le début de l’ère décentralisée du Web signifiait que les répressions d’un gouvernement n’avaient aucun impact sur le discours d’un autre. Dans le Web centralisé des médias sociaux, tous les discours dans le monde entier devaient soudainement être acceptables pour tous les autres gouvernements.

Les plates-formes centralisées qui ont autrefois imposé la liberté d’expression aux gouvernements du monde se sont maintenant retrouvées dans une course vers le bas pour s’assurer que le discours de chaque individu dans le monde était acceptable pour tous les gouvernements du monde entier.

En bref, plutôt que d’apporter la liberté d’expression au monde, les médias sociaux ont dépouillé ces libertés des endroits où elles étaient autrefois sacro-saintes, inaugurant à leur place la censure et la répression.

Malgré ces pressions à la baisse, il existe toujours des normes internationales et des accords juridiques qui ont jusqu’à présent empêché les gouvernements d’appliquer leurs restrictions de liberté d’expression à d’autres pays.

De plus en plus, cependant, ce sont les démocraties du monde qui ouvrent la voie à l’idée que tout gouvernement, où qu’il se trouve, devrait avoir le droit d’imposer sa censure aux citoyens d’autres pays.

De l’avis de l’UE, tout législateur de l’UE devrait avoir le droit de faire taire les critiques de ses actions gouvernementales officielles à l’échelle mondiale, empêchant même les citoyens américains de soulever des questions sur leur gouvernance.

Si l’UE réussit dans ces efforts, ce ne sera qu’une question de temps avant que les gouvernements chinois et russe exigent des concessions similaires.

Alors que de plus en plus de gouvernements exigent leur propre droit de censurer la parole mondiale, ces exigences de censure deviendront mutuellement exclusives. Compte tenu de leur présence mondiale, les entreprises de médias sociaux subiront des pressions pour faire respecter des ordres juridiques irréconciliables.

Les plateformes sociales centralisées ne peuvent pas exister dans un monde où un gouvernement peut tirer parti de l’existence d’une plate-forme à l’intérieur de ses frontières pour la forcer à censurer la parole à l’intérieur des frontières d’une autre nation souveraine.

Le résultat final de cette tendance sera nécessairement la fragmentation du Web lui-même, les plateformes sociales pouvant revenir aux premiers jours décentralisés du Web dans lesquels chaque gouvernement ne pouvait fixer que les conditions de ses propres citoyens.

Cela pourrait être réalisé par la décomposition des plateformes sociales en plates-formes spécifiques à un pays qui utilisent un ensemble partagé de protocoles et d’échanges d’informations, un peu comme les fondements TCP et HTTP du Web lui-même. Cela empêcherait les gouvernements d’avoir l’influence légale pour imposer des interdictions mondiales, puisque chaque franchise n’existerait légalement qu’à l’intérieur de ses propres frontières.

Alternativement, les plateformes sociales pourraient tenter de créer un arrangement similaire par des moyens techniques, dans lequel chaque pays aurait un ensemble spécifique de règles de censure uniques qui contrôlent ce que ses citoyens voient et disent sans impact sur les autres. Cela remplacerait la pratique actuelle des règles mondiales. Cependant, il est peu probable que cela satisfasse les appels croissants des gouvernements en faveur du droit de censurer la parole à l’échelle mondiale.

En mettant tout cela ensemble, les appels croissants à la censure mondiale forceront de plus en plus une prise de conscience internationale de la souveraineté à l’ère numérique. Le résultat le plus probable est que la liberté d’expression cédera aux exigences des gouvernements, nous rappelant que malgré tout son pouvoir autrefois promis de transcender la géographie, même le Web est toujours basé sur des serveurs physiques résidant sur un sol souverain.

En fin de compte, la victime sera la liberté d’expression.


Auteur: Kalev Leetaru



-- -- --
Fichiers joints
la-censure-qui-mene-a-une-fracturation-du-web.jpg
la-censure-qui-mene-a-une-fracturation-du-web.jpg (161.02 Kio) Vu 438 fois
en-prison-facebook-pour-un-autre-30-jours.JPG
en-prison-facebook-pour-un-autre-30-jours.JPG (118.97 Kio) Vu 438 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac