La gauche radicale contre la liberté d’expression

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1265
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

La gauche radicale contre la liberté d’expression

Message par cgelinas » 30 janvier 2019, 14:34

Il faut combattre l'intolérance idéologique.

Texte de Mathieu Bock-Côté.

La sale campagne menée contre Nadia El-Mabrouk par une petite mouvance idéologique aussi sectaire que fanatique, qui veut interdire l’espace public à ceux qui ne voient pas le monde à sa manière, confirme une tendance que nous pouvons suivre depuis quelques temps déjà, soit l’hostilité de plus en plus déclarée de la gauche radicale contre la liberté d’expression. On pourrait parler plus exactement de la gauche radicale universitaire, à la fois présente dans le corps professoral et dans les associations étudiantes. Manifestement, elle est aussi présente, dans les syndicats, et on peut deviner qu’elle les détourne à son avantage, au grand étonnement du syndiqué moyen embrigadé dans une mauvaise croisade. Cette mouvance idéologique réclame désormais le droit de proscrire les discours qui lui déplaisent, comme si elle était en droit de distribuer des permis de prise de parole, ou encore de les retirer. La censure chez elle est une seconde nature.

Précisons notre propos: la gauche radicale cherche à théoriser une «censure légitime», en affirmant que la liberté d'expression ne saurait justifier les discours «discriminatoires» ou haineux. Évidemment, elle seule se donne le droit de définir ce qui est discriminatoire ou haineux – et elle ne semble pas imaginer un instant qu’elle soit elle-même haineuse. Elle fait même de la lutte pour la liberté d’expression un combat d’extrême-droite. Elle devient comique, même s’il s’agit d’un comique involontaire, quand elle maquille son engagement idéologique en discours scientifique, justifiant l'exclusion des «non-scientifiques». Des militants d’une condescendance inouïe se prenant pour des scientifiques réclament un monopole sur la parole publique légitime, sans même se rendre compte de leur fanatisme idéologique. Leur prétention mal fondée masque bien mal la faiblesse de leur pensée. Il faut dire que ces zélés de la censure ne sont pas toujours les puissances intellectuelles dominantes de leur camp.

Il faudra bien, tôt ou tard, tenir tête à cette mouvance idéologique qui mise sur son fanatisme pour intimider ceux qui voient le monde autrement. Il faudra aussi refuser de reprendre son jargon orwellien qui crypte le débat public d’une telle manière qu’il n’est plus compréhensible pour les non-initiés et qui sert en fait à stigmatiser ceux qui ne répètent par les slogans de l'orthodoxie diversitaire. «Transphobie», «mégenrer», «fluidité identitaire», «appropriation culturelle», «racisé», «alliés», «blanchité», «privilège blanc», «racisme systémique»: ces mots, et tant d’autres, relèvent d’une langue orwellienne qui bloque l’accès au réel et nous empêchent de penser sérieusement. Contre cette novlangue déréalisante à prétention scientifique, il faut tout simplement redécouvrir le français. Et contre ces militants fanatisés, qui se donnent le droit d’exclure de l’espace public ceux qui ne se soumettent pas à eux, il faudra retrouver le courage.


Source: Journal de Montréal
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre