Naissance du Parti islamique de l'Ontario

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1187
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Naissance du Parti islamique de l'Ontario

Message par cgelinas » 03 janvier 2019, 18:50

Vous avez été avertis 1,000 fois plutôt qu'une et là, les islamistes ontariens vont avoir leur propre parti politique... et attendez de voir leur agenda!

Il aurait fallu vivre sous une roche pour le 30 dernières années pour ne pas voir monter l'Islamisme, en Ontario.

Avec la promesse de tribunaux islamiques basés sur la Charia, le nouveau parti islamique ontarien a tout pour plaire aux Musulmans des franges plus radicales mais combien de "soft-Muslims" vont se faire aspirer dans le vortex de la bêtise barbare qu'est l'Islam?

Voici un texte en anglais qui explique ce qui vient de se passer...


--

FATAH: Coming soon, believe it or not -- Islamic Party of Ontario

As people around the globe celebrate the New Year, for me 2019 is beginning just the way 2018 did — with a threat against me.

Leading up to 2018, the threats against me were quite blatant, leading last year to the arrest of two would-be assassins in India.

Even in Toronto, a Muslim cab driver pointed his fist at me in pistol fashion saying, “I have a special gun for you,” as he sped away.

Yet towards the end of 2018, a much more subtler death threat was addressed to me, this time by the head of Canada’s newest aspiring political party, the Islamic Party of Ontario.

In case you have not heard of the Islamic Party of Ontario, its name was officially reserved under Elections Ontario rules in October 2018, with more steps required before it becomes a formal party.

It operates with a mandate to introduce Islamic rule in Ontario and Canada because, according to the fledgling party, “We understand and believe that Islam is the native DEEN (religion) of Ontario and Canada.”

The Islamic Party of Ontario is headed by one Jawed Anwar, who operates out of the Toronto neighborhood of Thorncliffe Park.

In a column posted at the end of October targeting American activist Laura Loomer, Anwar described me as “… Islamophobe Tareek (sic) Fatah in Toronto Sun. Tareek is an open enemy of Islam and a hate-purveyor.”

Non-Muslim readers, even police and politicians, would not know the significance of the allegation, but every Muslim on earth is aware of the implications of accusing a Muslim of being an ‘Islamophobe’ or being “open enemy of Islam.”

An allegation such as the one labelled against me is the equivalent of declaring me an ‘apostate,’ which makes it a duty of other Muslims to kill me and thus secure a place in Paradise for themselves.

For those who are living in 2019 and the 21st century, this may sound like a joke. But those who are still living as if it is 1019 in the 11th century, the beheading of an alleged Muslim apostate is part of their heritage and faith.

After all, the first Muslim vs. Muslim war broke out within a year of Prophet Muhammad’s death when one section of the community was declared ‘apostates’ by the Caliph and the ‘War of Apostasy’ led to thousands being killed over an issue of religious taxes.

Petty cowards inside the Muslim community are prone to hang Islam’s Sword of Damocles over their opponent’s head and swing it to deadly effect. This was best captured in the story of the 10th century Baghdad philosopher Mansour Hallaj, who was beheaded for the sacrilege of merely uttering the words, “I am the Truth.”

Islamists universally agree that it is essential to put the Muslim apostate to death. They base their blood lust on a supposed command of Prophet Muhammad who is recorded to have said: “Whoever changes his religion, put him to death.”

Death threats do not intimidate me, but here we have in Anwar the leader of an aspiring Ontario political party who is playing coy with Premier Doug Ford by supporting the PC Party’s approach to ‘gender politics.’

I wrote to Jawed Anwar to seek his perspective and clarification, if any, but he didn’t respond to my repeated requests.

Before this Trojan Horse can enter the gates of mainstream Toronto and Ontario politics by the ever-eager diversity-seeking politicians, perhaps you, the voters need to know what the Islamic Party of Ontario claims to desire in Canada, according to their posted principles and policies.
  • Establish Islam as the natural religion of Ontario.
  • Quash LGBTQ rights because “God made Adam and Eve –not Adam and Steve.”
  • A complete ban on abortion except in a situation when a mother’s life is in danger.
  • End the concept of “gender identity” or “seven-colour gender,” a false concept.
  • Ban liquor, drugs, adultery, and gambling.
Happy New Year Canada. Let us weed out the merchants of misery who seek death as a means of salvation.


Source: Toronto Sun
Fichiers joints
jawed-anwar-dans-twitter.JPG
jawed-anwar-dans-twitter.JPG (42.32 Kio) Vu 47 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1187
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Quand l’islam fait de la politique

Message par cgelinas » 08 janvier 2019, 13:03

Ainsi, l’Ontario s’apprête à avoir un parti islamique en bonne et due forme.

Le Parti islamique de l’Ontario n’est pas encore officiellement enregistré, mais le nom a été réservé sur le site d’Élections Ontario et le parti a publié son programme sur son site internet.

On peut y lire entre autres que « l’islam est la religion de l’Ontario et du Canada » et que l’économie et l’éducation devraient être conformes aux valeurs préconisées par le Coran.

BELGIQUE, ÉTAT ISLAMIQUE

Vous voulez savoir à quoi ça pourrait ressembler, un parti islamique ?

Vous n’avez qu’à regarder du côté de la Belgique.

Le parti belge Islam existe depuis 1999 (il s’appelait Noor à sa fondation, mais a changé de nom en 2012).

Au début, les dirigeants de ce parti disaient : « Ce n’est que pour légiférer dans des histoires de droit familial, pas plus. Avoir des tribunaux coraniques comme il y a des tribunaux rabbiniques... »

Mais avec les années, leur programme s’est étoffé.

Maintenant, les dirigeants du parti Islam parlent d’autoriser le port du voile dans les écoles, de rétablir la peine de mort, de favoriser le mariage dès l’adolescence, de rendre le divorce plus compliqué (pour les femmes, bien sûr) et de réviser la mixité dans les lieux publics.

Séparer les femmes et les hommes dans les transports en commun, par exemple, et dans les piscines publiques.

De dire Redouane Ahrouch, qui a été élu (oui, oui, vous avez bien lu — élu ) lors des élections communales de 2012 : « Il faut sensibiliser les gens en douceur et leur faire comprendre l’avantage d’avoir des dirigeants et des lois islamiques, pour aboutir tout naturellement à un État islamique en Belgique.

« Je suis pour la charia. C’est un combat de longue haleine qui prendra des décennies, voire un siècle, mais le mouvement est lancé... »

SOUMISSION

Et on nous dira ensuite que les islamistes ne s’intéressent qu’à la religion et n’ont aucune visée politique.

Il n’y a que les porteurs de tuque de Québec solidaire pour penser ça...

Quand un député conservateur dit qu’il ressent un malaise en pensant qu’une femme peut avorter à son septième mois de grossesse, la gauche déchire sa chemise et dénonce la montée de l’extrême droite, mais quand des islamistes annoncent qu’ils songent à fonder un parti politique pour instaurer la charia en Ontario, les adeptes du Che haussent les épaules et regardent le bout de leurs souliers.

On se croirait dans un roman de Michel Houellebecq.

« Un parti islamiste ? Ce n’est pas génial, mais c’est quand même mieux que la droite dure... »

Mais que voulez-vous : nos chartes protègent la liberté de religion, Justin est un multiculturaliste zélé et la constitution canadienne reconnaît la suprématie de Dieu, alors...

Dans la lutte au radicalisme religieux, le Canada se bat une main attachée dans le dos.

UN MUR

Tiens, au lieu de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique, pourquoi ne pas ériger un mur idéologique entre la politique et la religion ?

Dire haut et fort que le Canada ne veut rien savoir d’un parti religieux, qu’il soit islamique ou catholique.

Mais non, on se fera traiter de méchants laïcards...


Source: Journal de Montréal
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre