Passeport vaccinal: les antivax font mal aux commerces

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4296
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Passeport vaccinal: les antivax font mal aux commerces

Message par cgelinas »

Avec la fin de la période de grâce du passeport vaccinal, les commerçants voient déjà moins de clients.

Après deux semaines de rodage pour l’implantation du passeport vaccinal, les bars et les restaurants craignent que la baisse d’achalandage empire maintenant qu’il n’y a plus de passe-droit.

« C’est simple, depuis qu’il y a le passeport, on n’a presque plus personne et maintenant que c’est vraiment obligatoire, ça va être encore pire parce qu’on va devoir refuser ceux qui n’ont pas leur code QR », affirme Michel Juteau, barman à la Taverne Ontario, dans Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

En vigueur depuis le 1er septembre, le passeport vaccinal est obligatoire pour les plus de 13 ans depuis hier. Que ce soit pour aller dans les restaurants, bars, gyms, festivals ou encore cinémas, il faut montrer patte blanche, en présentant sa preuve vaccinale numérique ou papier, ainsi qu’une carte d’identité avec photo.

La période de tolérance des autorités maintenant terminée, les contrevenants s’exposent à des contraventions allant de 1000 $ à 6000 $, autant pour les clients récalcitrants que pour les commerçants.

« À date, ça se passe mieux que je pensais, mais je m’attendais à une catastrophe, donc la barre était basse », explique Antonin Laplante-Bouchard, serveur et barman au bar Palco dans Verdun.

Mais cette nouvelle mesure apporte son lot de défis pour les commerçants.

Yan Ping Zheng, propriétaire du Café Lounge 5, dans Villeray, a déjà noté une baisse d’achalandage de 20 % depuis le 2 septembre. Hier, elle avait moitié moins de clients comparé à d’habitude, explique-t-elle.

« J’ai essayé de les convaincre, mais ils ne veulent pas se faire vacciner », soutient-elle à propos de ses nombreux clients perdus.

Et moins de pourboires

Au bar l’Ambiance à Saint-Eustache, l’effet du passeport vaccinal est majeur puisqu’en soirée, ce taux monte à 90 %, affirme la propriétaire Yan Hong. Elle a vu deux de ses cinq employés démissionner, car ils recevaient trop peu de pourboires.

« Je crois que ce sera encore pire à partir d’aujourd’hui », s’inquiète-t-elle.

Au resto-bar Lundis au soleil dans Villeray, Karina Tétrault estime subir les contrecoups des jeunes non vaccinés puisqu’elle observe une baisse de 20 à 25 % de son achalandage habituel.

Catastrophe

Selon Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec, certains établissements ont noté une baisse de 50 % de l’achalandage hier.

« Il va falloir surveiller ça, mais je crois que cette mesure va être catastrophique pour l’industrie », laisse-t-il tomber.

Pierre Thibault, de la Nouvelle association des bars du Québec, estime qu’il faudra encore quelques semaines pour voir si le passeport est vraiment responsable de la baisse d’achalandage.

« C’est dur à calibrer parce qu’il y a aussi le retour à la normale à prendre en compte avec la rentrée et la reprise du travail, mais c’est vrai que la fin de semaine, il y a quand même une baisse », explique-t-il.

En refusant les clients non vaccinés, les associations souhaiteraient que le gouvernement fasse un pas dans leur direction.

« En France, en Espagne, en Italie, du moment où il y a eu un passeport vaccinal qui a été mis en place, on redonnait 100 % des heures d’ouverture et 100 % de la capacité. Là, on n’a aucune nouvelle par rapport à ça, alors qu’en roulant à 50 %, on ne peut même pas payer les frais fixes », déplore M. Thibault.

Au Bar le 26 dans Villeray, nommé en raison de ses 26 places, ces assouplissements sont une question de survie.

« On espère que bientôt, ils vont au moins nous permettre d’ouvrir plus tard ou de hausser la capacité. On a besoin de ça pour survivre jusqu’à Noël », fait valoir Mike Sicuso, copropriétaire du bar.

Hier, ni la CNESST ni le ministère de la Santé ou celui de la Sécurité publique n’étaient en mesure de dire si des constats d’infraction avaient été remis ni combien d’employés sont affectés à cette tâche, renvoyant la responsabilité du respect des normes sanitaires aux différents corps de police.

Il a été impossible de savoir auprès du Service de police de la Ville de Montréal et de la Sûreté du Québec si des interventions en lien avec le passeport vaccinal ont eu lieu hier.




Source: Journal de Montréal




-- -- --
Fichiers joints
yan-ping-zheng-n-avait-que-la-moitie-de-sa-clientele-habituelle.JPG
yan-ping-zheng-n-avait-que-la-moitie-de-sa-clientele-habituelle.JPG (146.27 Kio) Vu 26 fois
mike-sicuso-et-richard-janelle-demandent-des-assouplissements.JPG
mike-sicuso-et-richard-janelle-demandent-des-assouplissements.JPG (105.52 Kio) Vu 26 fois
michel-juteau-craint-de-voir-encore-moins-de-clients.JPG
michel-juteau-craint-de-voir-encore-moins-de-clients.JPG (113.85 Kio) Vu 26 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4296
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Et s'il y avait une autre lecture à faire de ce reportage

Message par cgelinas »

Joël Monzée a publié ce qui suit en réponse au reportage du JDM...

Oups... 🤭🤔

🧐🙃Peut-être pourrions-nous LIRE AUTREMENT LES DONNÉES exposées dans ce papier...?

🧑‍🏫Quelque 11% des personnes de plus de 12 ans n'ont pas encore reçu leur première dose du candidat-vaccin. Soit. Qu'on soit d'accord, ou pas, c'est un choix. Le leur. Il y a 7% des personnes qui n'ont reçu qu'une dose. Ils attendent la deuxième ou ils n'en avaient pas besoin (ils ont guéri d'une infection covidienne en 2021) ou ils ont tellement été malades après la première qu'ils ne veulent pas imposer cela à leur corps. Bref, 18% de individus n'ont pas accès au pass-vaccinal.

👨‍🏫Ils ne sont pas plus responsables de l'engorgement des hôpitaux que les personnes qui roulent trop vite, traversent sans regarder, fument, mangent trop souvent dans les fast-food, consomment des drogues (légales ou non), font l'amour sans condom et s'offrent une MTS, etc. Ils paient - pour la plupart - leurs impôts et ne se sont jamais offusqués que d'autres utilisent les services de l'État qui offre un filet social sans égard à la "faute". Ils sont éventuellement cohérents avec leur choix et ne participent plus à la société de loisirs...

🤔Toutefois, ce n'est que 18% des individus...

🤔Alors, comment expliquer que des tenanciers de bars et de restos puissent parler d'une diminution de 50% de leur chiffre d'affaires depuis le début du mois ou comparativement au mois de septembre 2020?

😱Quelque part, il y a un "trou" de 32% de clients pourtant parfaitement en règle pour obtenir le Césame électronique leur permettant d'entrer dans les bars et restaurants. De plus, les take-out peuvent également fonctionner, mais en moindre mesure semble-t-il... Donc, c'est tout de même 50% des consommateurs qui renoncent à cette manière de gérer la situation...

🤔Se pourrait-il que les citoyens qui ont accepté le deal de la vaccination ne soient pas nécessairement d'accord avec le pass-sanitaire?

🤔Se pourrait-il que les gens ne veulent pas être obligés de s'acheter un téléphone ou de se promener avec un papier certifiant leur droit aux loisirs?

🤔Se pourrait-il qu'une certaine résistance passive vient dire à M. Dubé qu'un nombre impressionnant (32%) des citoyens refusent cette manière de fonctionner?

🤫Se pourrait-il aussi qu'un certain nombre de personnes se sont rendues compte que la vie de loisirs n'apportait pas le bonheur, alors qu'une soirée entre amis, au bord d'un feu ou d'une table garnie, était précieuse sans pour autant dépenser une fortune?

😥Se pourrait-il que l'augmentation drastique du panier alimentaire fait en sorte que les gens ont moins d'argent pour le luxe d'une soirée dans un bar et que, à moindres coûts, elle peut avoir lieu chez un copain ou l'autre, comme ils l'ont fait pendant des mois de fermeture de l'industrie?

Revenons au pass-sanitaire. Laure Waridel avait écrit "ACHETER, C'EST VOTER".

Quelque part, la population est peut-être en train de dire aux influenceurs, aux chroniqueurs acerbes et aux politiciens qu'ils ne sont pas d'accord avec ce qu'il se passe en ce moment dans notre démocratie. Ces personnes, certes cultivées et puissantes dans leur exposition médiatique, n'ont plus nécessairement une compréhension exacte de ce qu'il se passe au sein de la population.🤭

Oups...

Un nombre de plus en plus impressionnant de personnes renoncent à cette manière de fonctionner pour forcer des choix qui posent plus de questions sur le plan éthique et démocratique qu'ils ne solutionnent quoi que ce soit sur le plan médical.😍

Paix dans nos coeurs et restons respectueux des choix de chacun...



Source: Joël Monzée, dans Facebook




-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac