Biden accuse Facebook d'avoir "tué des gens" malgré un véritable barrage de censure

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4110
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Biden accuse Facebook d'avoir "tué des gens" malgré un véritable barrage de censure

Message par cgelinas »

Vendredi, le 16 juillet 2021, le président Biden a accusé Facebook d'avoir "tué des gens", juste après que l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, ait déclaré que l'administration Biden était "en contact régulier" avec la plate-forme pour garantir la promotion de "récits" corrects - en développant son aveu jeudi que la Maison Blanche "signale les publications problématiques" à censurer.

[Éditeur: cette histoire est ÉNORME car ça prouve que l'administration Biden travaille --avec-- Facebook.]

Biden a été interrogé sur son message pour des plateformes comme Facebook alors qu'il quittait la Maison Blanche vendredi après-midi (en hélicoptère) pour un week-end à Camp David.

« Ils tuent des gens. La seule pandémie que nous ayons est celle des non vaccinés. Et ils tuent des gens », a déclaré Biden.

[Éditeur: quelle déclaration de la part de Biden dont les paroles ne sont appuyées que sur les préjugés nés de son idéologie mondialiste qui manque d"idées pour entretenir le mensonge-COVID-19.]

Lors de son point de presse quotidien, Psaki a déclaré aux journalistes que la Maison Blanche se coordonnait "régulièrement" avec Facebook et d'autres géants des médias sociaux sur les "derniers récits dangereux pour la santé publique" qui, selon l'administration, devraient être censurés.

"Nous nous assurons régulièrement que les plateformes de médias sociaux sont au courant des derniers récits dangereux pour la santé publique que nous et de nombreux autres Américains voyons dans tous les médias sociaux et traditionnels", a déclaré Psaki.

"Il y a environ 12 personnes qui produisent 65% de désinformation anti-vaccin sur les plateformes de médias sociaux", a-t-elle déclaré.

Psaki a également déclaré que la Maison Blanche encourageait les sociétés de médias sociaux à modifier leurs algorithmes pour promouvoir des «informations de qualité» et pour que les plateformes agissent à l'unisson pour interdire certaines personnes.

"Vous ne devriez pas être banni d'une plate-forme et pas des autres", a-t-elle déclaré.

Mais Psaki a ajouté de la confusion lorsqu'il a insisté sur le mécanisme exact utilisé par la Maison Blanche pour signaler les publications Facebook qu'elle souhaite censurer.

"Nous soulevons pour eux dans nos canaux directs - dont chaque administration a toujours eu avec chaque plate-forme de médias sociaux - que nous voyons cette tendance troublante, que les informations sont inexactes", a déclaré Psaki.

Lorsqu'on lui a demandé si elle voulait dire que la Maison Blanche identifiait des « domaines généraux de désinformation » à censurer plutôt que des « publications spécifiques », Psaki a répondu: « Oui. Il est également publiquement connu qui sont les personnes qui ont diffusé la plupart des informations. »

Les porte-paroles de la Maison Blanche n'ont pas immédiatement répondu à la demande de clarification du Post pour savoir si la Maison Blanche signalait effectivement des publications spécifiques, comme Psaki l'a initialement déclaré jeudi.

Facebook, dans un communiqué publié vendredi, a vanté ses efforts pour informer les utilisateurs sur COVID-19 et les vaccins – affirmant que les commentaires du président « ne sont pas étayés par les faits ».

[Éditeur: donc, Facebook a poliment contredit le président Biden.]

"Nous ne serons pas distraits par des accusations qui ne sont pas étayées par les faits", a déclaré un porte-parole de Facebook. « Le fait est que plus de 2 milliards de personnes ont consulté des informations faisant autorité sur COVID-19 et les vaccins sur Facebook, ce qui est plus que tout autre endroit sur Internet. »

« Plus de 3,3 millions d'Américains ont également utilisé notre outil de recherche de vaccins pour savoir où et comment obtenir un vaccin. Les faits montrent que Facebook aide à sauver des vies. Point final."

[Éditeur: n'importe quoi, Facebook censure autant de vérités que possible, à commencer par tout ce qui contredit la propagande toxique des États sous le contrôle des mondialistes.]

Lors de la conférence de presse, Psaki a également été pressé par des journalistes qui ont noté que la science autour de COVID-19 avait évolué et que Facebook avait précédemment censuré la « désinformation » qui a ensuite gagné en crédibilité. Facebook a tristement censuré jusqu'en mai les publications d'utilisateurs affirmant que le virus aurait pu fuir de l'Institut de virologie de Wuhan en Chine.

La théorie de la « fuite de laboratoire » a été dénoncée comme une « théorie du complot » par les démocrates et certains médias l'année dernière lorsqu'elle a été lancée par le président Donald Trump. Il a ensuite gagné du terrain et Biden en mai a ordonné un examen de la possibilité par une agence d'espionnage de 90 jours – admettant qu'une agence de renseignement américaine penche pour cette explication.

Psaki a concédé vendredi que «la science évolue, l'information évolue» – défendant le conseiller médical en chef de Biden, le Dr Anthony Fauci, le plus grand expert du gouvernement américain en maladies infectieuses, qui a découragé les gens de porter des masques au début de la pandémie, malgré l'utilisation historique de masques pour prévenir la propagation des virus aéroportés et leur adoption précoce réussie en Asie de l'Est pour empêcher la propagation du COVID-19.

Tout en exhortant les entreprises technologiques à augmenter la censure jeudi, Psaki a déclaré que l'administration Biden avait "signalé des publications problématiques pour Facebook qui propageaient de la désinformation", en particulier à propos de COVID-19 .

«Nous sommes en contact régulier avec les plateformes de médias sociaux et ces engagements se produisent généralement par l'intermédiaire de membres de notre personnel supérieur et également de membres de notre équipe COVID-19 – étant donné que [Surgeon General Vivek] Murthy a transmis qu'il s'agit d'un gros problème, de désinformation, spécifiquement sur la pandémie », a déclaré jeudi Psaki.

Le premier amendement de la Constitution interdit au gouvernement de « restreindre la liberté d'expression ».

Cette disposition ne s'applique généralement pas aux entreprises privées, mais Trump a déposé une plainte la semaine dernière contre Facebook affirmant qu'il avait censuré le contenu à la demande du gouvernement, ce qui signifie que le premier amendement devrait s'appliquer à la modération du contenu pour assurer un débat politique large. .

L'avocat de Trump, John Coale, a déclaré que le litige prouverait que les sociétés de médias sociaux "sont des acteurs gouvernementaux" et que "par conséquent, le premier amendement s'applique" à leurs actions.




Source: NYPost




-- -- --
Fichiers joints
Le cofondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a témoigné devant le House Financial Services Committee à Washington le 23 octobre 2019. -- L'Asahi Shimbun via Getty Images
Le cofondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a témoigné devant le House Financial Services Committee à Washington le 23 octobre 2019. -- L'Asahi Shimbun via Getty Images
mark-zuckerberg-a-washington-2019.jpg (603.18 Kio) Vu 401 fois
Joe Biden a déclaré que Facebook "tuait des gens" en se rendant à Marine One vendredi. --- AFP via Getty Images
Joe Biden a déclaré que Facebook "tuait des gens" en se rendant à Marine One vendredi. --- AFP via Getty Images
joe-biden-a-la-maison-blanche.jpg (84.79 Kio) Vu 401 fois
L'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que l'administration Biden était "en contact régulier" avec Facebook pour garantir des "récits" corrects. -- EPA
L'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que l'administration Biden était "en contact régulier" avec Facebook pour garantir des "récits" corrects. -- EPA
jen-psaki-de-la-maison-blanche.jpg (84.17 Kio) Vu 401 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4110
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

La tentative de Biden de forcer Big Tech à plus de censure est carrément sinistre

Message par cgelinas »

Opinion de Jacob Sullum, dans le NYPost.


Le président Joe Biden veut supprimer les discours qui découragent les Américains de se faire vacciner contre le COVID-19. Parce que le premier amendement ne lui permet pas de faire cela, il demande à Facebook et à d'autres géants des médias sociaux de le faire pour lui.

Ou du moins, c'est ainsi que l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, qui appelle les demandes de restrictions d'expression de l'administration Biden « nos demandes », décrit la situation. Mais étant donné le pouvoir du gouvernement fédéral de rendre la vie difficile à Facebook et à d'autres entreprises, la frontière entre une demande et une commande est floue, tout comme la frontière entre la modération de contenu privé et la censure gouvernementale.

Le contexte de ce différend comprend une poursuite antitrust contre Facebook qui a été rejetée le mois dernier mais qui pourrait être déposée à nouveau par la Federal Trade Commission. Cela inclut également l'opposition de Biden à une loi fédérale qui protège les plateformes en ligne de toute responsabilité pour le contenu publié par les utilisateurs, qui, selon lui, « devrait être révoqué », une idée terriblement erronée qui bénéficie néanmoins d'un soutien bipartite.

La semaine dernière, le Surgeon General Vivek Murthy a publié un avis appelant à un effort "de l'ensemble de la société" pour lutter contre la "menace urgente pour la santé publique" posée par la "désinformation sur la santé". Ses recommandations comprenaient «des mesures juridiques et réglementaires appropriées qui traitent de la désinformation sur la santé, tout en protégeant la vie privée des utilisateurs et la liberté d'expression», ce qui est une formulation oxymorique, car il est difficile d'imaginer comment de telles mesures pourraient être compatibles avec le premier amendement.

Biden a donné suite à la menace de contrôles de la parole imposés par le gouvernement en accusant les sociétés de médias sociaux de « tuer des personnes » en autorisant la diffusion de messages anti-vaccins. Il a modifié cette accusation lundi, affirmant que des plateformes telles que Facebook ne sont que des accessoires d'homicide.

"Facebook ne tue pas les gens", a déclaré Biden aux journalistes . «Ces 12 personnes qui donnent des informations erronées – quiconque les écoute en souffre. Ça tue des gens.

Biden pense que ces «12 personnes» devraient être bannies des médias sociaux, car elles ont joué un rôle démesuré dans la promotion des arguments anti-vaccin. La Maison Blanche souhaite également que les plateformes agissent plus rapidement contre les autres utilisateurs qui publient de la « désinformation » ; bannir automatiquement les utilisateurs dont les comptes ont été suspendus sur d'autres plateformes ; et rendre le contenu anti-vaccin moins visible en modifiant les algorithmes que les entreprises utilisent pour recommander des publications.

« Nous n'enlevons rien », a souligné Psaki la semaine dernière. « Nous ne bloquons rien. Au contraire, l'administration se contente de "signaler les publications problématiques" et de suggérer des "mesures supplémentaires" que Facebook et d'autres devraient prendre contre "les informations qui conduisent les gens à ne pas se faire vacciner", car "des gens meurent en conséquence".

Les assurances de Psaki sont difficiles à prendre au sérieux, compte tenu de la pression publique exercée par Team Biden, de sa capacité à engager des poursuites et à soutenir une législation qui nuit aux sociétés de médias sociaux, ainsi que sa menace de «mesures légales et réglementaires». Si ces entreprises font ce que le président veut en réprimant les discours qu'il n'aime pas, elles agiront en tant qu'agents du gouvernement.

Cette censure par procuration est particulièrement troublante car la « désinformation » qui offense Biden et Murthy ne se limite pas à de fausses déclarations vérifiables sur les vaccins COVID-19, telles que les allégations selon lesquelles ils provoquent l'infertilité ou modifient l'ADN humain. Il comprend également des messages précis mais « trompeurs », ce qui pourrait signifier qu'ils découragent la vaccination en mettant l'accent sur les petits risques, en notant que les vaccins ne sont pas complètement efficaces ou en soulevant des questions sur la méthodologie des études sur les vaccins.

La « désinformation » visée par l'administration Biden ne se limite pas non plus au discours sur les vaccins. Murthy est également préoccupé par les messages qui pourraient encourager les gens à « rejeter les mesures de santé publique telles que le masquage et la distanciation physique », ce qui engloberait même un scepticisme de bonne foi quant à l'efficacité de ces garanties.

En fait, la « désinformation sur la santé » que Murthy dénonce comprend toute déclaration sur le COVID-19 qu'il considère comme « trompeuse » à la lumière des « meilleures preuves disponibles », qui sont sujettes à interprétation et « peuvent changer avec le temps ». Si l'administration Biden s'attend à ce que les plateformes de médias sociaux appliquent cette norme désespérément subjective, elle exige une réglementation sans précédent du discours en ligne qui ne peut probablement pas être conciliée avec son respect avoué de la liberté d'expression.



-- --



Pour compléter votre exploration de ce sujet, je vous propose cette excellente revue (plus mordante, avec Laura Ingraham) de FOX News intitulée "Biden présente son idée d'un discours « libre » mais surveillé par le gouvernement et ce, sous un tonnerre d'applaudissements".



-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac