Biden fait adopter une loi pour annuler votre droit d’obtenir

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3439
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Biden fait adopter une loi pour annuler votre droit d’obtenir

Message par cgelinas »

15 mars 2021


La Chambre des représentants des États-Unis s’incline devant Biden et adopte une loi pour annuler votre droit d’obtenir une arme à feu

Les représentants de la Chambre des représentants des États-Unis, avec l’insistance et le soutien de Joe Biden, ont adopté jeudi deux projets de loi – H.R. 8 et H.R. 1446 – qui inaugureraient une refonte en profondeur de la façon dont les armes à feu sont achetées et vendues aux États-Unis. Ni l’un ni l’autre n’entraverait les criminels, qui obtiennent massivement leurs armes à feu en dehors des voies normales du commerce légal. Mais ensemble, ils transformeraient le droit protégé par la Constitution d’obtenir des armes à feu en un privilège administré au gré des bureaucrates anti-armes à feu.

Pour comprendre pourquoi ces projets de loi sont si conséquents, il est important de comprendre comment fonctionnent les ventes d’armes à feu au détail en vertu de la loi fédérale actuelle.

À l’heure actuelle, le principal moyen par lequel le gouvernement fédéral réglemente les armes à feu est par l’entremise d’un réseau de concessionnaires titulaires d’un permis (FFL) qui font des ventes commerciales. Toute personne qui s’engage de façon répétitive dans la vente d’armes à feu à des fins de subsistance et de profit est tenue de devenir une FFL. Ne pas le faire est déjà un crime fédéral. Ainsi, lorsque les médias mentionnent les « trafiquants sans permis », ils parlent en fait de criminels, et non de personnes qui tombent dans une « échappatoire » juridique.

Toute personne achetant une arme à feu auprès d’une FFL doit d’abord passer par une vérification informatisée des antécédents au point de vente administrée par le FBI. Ce contrôle, qui est censé être instantané, recherche plusieurs bases de données nationales pour déterminer si un acheteur potentiel fait partie d’une catégorie définie par la loi de « personnes interdites », qui comprennent des choses telles que les criminels, les personnes qui ont été engagés dans un établissement psychiatrique, et les étrangers illégaux.

Si la recherche n’atteint pas un enregistrement disqualifiant, le système informe le vendeur de procéder. Parfois, cependant, les dossiers ne sont pas clairs, et une réponse ne peut pas être fournie immédiatement. Il en résulte un délai de trois jours ouvrables pour permettre au FBI de conduire des recherches supplémentaires.

Si le FBI n’a toujours pas terminé le contrôle à l'intérieur de ce délai de trois jours ouvrables, la FFL a la possibilité (mais pas une exigence) de procéder à la vente, à condition qu’il ou elle n’a aucune raison de croire que l’acheteur est interdit. C’est ce qu’on appelle un transfert par défaut.

Le système est structuré de cette façon non pas en raison d’une échappatoire involontaire, mais comme une protection intentionnelle pour protéger le droit constitutionnel des Américains d’obtenir des armes à feu.

Comme pour tout droit constitutionnel, il incombe au gouvernement de justifier une restriction qui, dans le cas d’une vérification des antécédents, signifie que le FBI doit être en mesure de trouver un dossier disqualifiant avant qu’il ne bloque une vente. La fenêtre de transfert par défaut de trois jours garantit que le gouvernement maintient le fardeau de la preuve, fournit un délai précis pour résoudre les vérifications incomplètes, incite le FBI à administrer le système efficacement et s’assure que les transferts légaux ne sont pas sujets à des retards prolongés.

Sans l’option de transfert automatique par défaut, le FBI pourrait bloquer même les ventes légales d’armes à feu, simplement en refusant de compléter la vérification.

Les particuliers qui ne vendent pas d’armes à feu pour fins de subsistance et de profit peuvent effectuer des transferts occasionnels, des ventes, des prêts ou des dons d’armes à feu sans devenir un FFL. Ils ne peuvent toutefois pas transférer une arme à feu à toute personne qu’ils ont des raisons de croire qu’il leur est légalement interdit d’acheter des armes à feu. Les particuliers ont également la possibilité (mais pas l’obligation) de traiter un transfert privé en utilisant les services d’un FFL, avec la vérification des antécédents et la tenue de dossiers requises par le concessionnaire pour une vente commerciale.

Les projets de loi adoptés par la Chambre la semaine dernière - dans le cas de H.R. 8 - interdiraient présumément tout transfert privé d’une arme à feu, y compris les prêts et les cadeaux, ainsi que - dans le cas de H.R. 1446 - élimineraient la période automatique de transfert par défaut de trois jours pour les ventes de concessionnaires.

Cela signifie que chaque fois qu’une arme à feu changeait de mains, le transfert devrait être traité par un FFL, ce qui impliquerait des frais, des vérifications des antécédents et des documents accessibles au gouvernement documentant la vente. Les amis et les voisins ne pouvaient plus prêter, vendre ou échanger librement des armes à feu entre les personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance.

Même certains membres de la famille ne pouvaient plus partager d’armes à feu entre eux.

Remettre une arme à feu à quelqu’un sans embaucher un FFL pour faciliter l’échange serait un crime fédéral en vertu de H.R. 8, à moins que vous ne pouviez montrer que la situation tombait dans certaines exceptions étroites et confuses. Par exemple, vous pouvez prêter à quelqu’un une arme à feu pour se défendre, mais seulement si la personne était réellement attaquée à ce moment-là. Vous ne pouviez pas prêter à quelqu’un une arme à feu comme mesure de protection contre un danger qui ne s’était pas encore matérialisé.

Pire encore, H.R. 1446 donnerait au FBI le pouvoir de retarder indéfiniment une vente ou un transfert d’armes à feu, simplement en omettant de compléter la vérification « instantanée » qui serait maintenant obligatoire pour tout transfert non exempté. Il n’y aurait pas de fenêtre de transfert automatique par défaut. Au lieu de cela, il incomberait au destinataire prévu de l’arme à feu d’interjeter appel d’une vérification des antécédents retardée et de demander - pour la deuxième fois - une réponse du FBI.

Si le FBI n’a pas répondu à cette deuxième demande de résolution à la vérification des antécédents, le concessionnaire devrait attendre 10 jours ouvrables supplémentaires avant de décider s’il faut transférer l’arme. Ainsi, à tout le moins, H.R. 1446 permettrait au FBI d’imposer arbitrairement un délai prolongé, même dans le cas où une personne est dans ses droits en faisant appel de la non-réponse du FBI à la vérification. Si la personne n’interjetait pas appel, le vendeur n’aurait pas le choix de transférer l’arme, même si le FBI n’avait pas démontré que le transfert était illégal.

Pris dans leur ensemble, ces projets de loi transforment le droit d’obtenir des armes à feu en un privilège administré au gouvernement. Ils ont également mis le feu aux poudres pour un registre universel des propriétaires d’armes à feu et la transformation du paradigme actuel des transferts FFL aux acheteurs admissibles via un système de « peut-émettre » où le FBI peut bloquer les ventes au cas par cas comme ils l’entendent.

Le sénateur Chuck Schumer a déjà promis que le projet de loi fera l’effet d’un vote au Sénat, où la marge de victoire ou de défaite est très mince.

C’est pourquoi chaque Américain épris de liberté doit contacter ses sénateurs MAINTENANT et exiger fermement mais respectueusement qu’ils votent NON sur H.R. 8 et H.R. 1446.

Donner au gouvernement le pouvoir total de documenter et de superviser le mouvement de toutes les armes légales en Amérique est une recette pour une répression contre les propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi, tout en laissant les criminels opérant en dehors des limites de la loi intacte.



Source: Traduit librement depuis le site web de la NRA-ILA, aux États-Unis



-- -- --
Fichiers joints
le-congres-passe-le-controle-des-armes-a-feu-de-joe-biden.JPG
le-congres-passe-le-controle-des-armes-a-feu-de-joe-biden.JPG (121.41 Kio) Vu 83 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac