La finalité de l’idéologie transgenre est de démanteler la famille

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3050
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

La finalité de l’idéologie transgenre est de démanteler la famille

Message par cgelinas »

Tout est en train de se placer dans le but de marginaliser légalement des mères, des pères et des familles par la force de la loi

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi (D-Calif.) et ses collègues amateurs d’inclusion du genre ont pris des mesures audacieuses et très désobligeantes pour effacer un langage qui exprime la réalité des relations familiales.

Au nom de l’inclusivité, des mots tels que « père, mère, fils, fille, frère, sœur, oncle, tante, cousine, neveu, nièce, mari, femme, gendre et belle-fille » pourraient être effacés des délibérations de la Chambre.

Si elle est poursuivie, ce nettoyage des mots sexospécifés des communications publiques, de concert avec d’autres initiatives trans-inclusives, s’avérera sismique dans son effet sur la société.

Pelosi et ses associés font écho à l’idéologie socialiste-féministe énoncée par Shulamith Firestone dans les années 1970 : « Il est devenu nécessaire de libérer l’humanité de la tyrannie de sa biologie » et « d’éliminer la distinction sexuelle elle-même [de sorte que] les différences génitales entre les êtres humains n’auraient plus d’importance culturelle ».

À la base, cela signifie que les manifestations masculines et féminines du corps humain ne devraient plus être légalement reconnues ou valorisées culturellement. Nous marchons sur cette voie depuis des décennies et nous approchons maintenant de la fin : une société sans genre. La diffamation du langage sexospécifique dans les lieux publics est un bond important vers la « libération de l’humanité de la tyrannie de sa biologie » et la perte de l’importance du sexe biologique.

Mères jetées aux oubliettes de l’histoire

Firestone a fait une prédiction étonnante. Elle déclara jubilatoirement que lorsque la biologie serait soumise et que la « transsexualité » deviendrait la norme juridique et culturelle, « le lien de sang de la mère avec l’enfant finirait par être rompu » et que la « disparition triomphale de la maternité » suivrait. Et elle avait raison. Les mouvements juridiques entourant le mouvement transgenre sont à préparer le terrain pour la marginalisation légale des mères, des pères et des familles par la force de la loi.

Bien que la prédiction astucieuse de Firestone ait été largement négligée dans le débat sur le transgenre, il n’en demeure pas moins que lorsque les femmes disparaissent légalement, les mères aussi parce que la « mère » est une désignation spécifique au sexe. Il en va de même pour les pères. S’il n’y a pas deux sexes spécifiques et perceptibles qui peuvent être définitivement reconnus par la loi, alors il devient difficile de définir ou de défendre les mères et les pères — ainsi que leurs droits parentaux — en termes juridiques. Par conséquent, l’appartenance des enfants à leurs parents est de plus en plus mise en cause et la famille se tient debout sur des jambes juridiques tremblantes, ce qui est précisément le but.

Lorsque les liens des parents avec leurs enfants sont assombris ou affaiblis, cela crée un environnement favorable à l’intervention du gouvernement et à la révolution socialiste-communiste. C’est pourquoi le Manifeste communiste de Marx appelait ouvertement à « l’abolition de la famille ». Détrôner la famille crée un vide qui peut et doit être comblé, bien qu’il soit impossible de le combler adéquatement. Si nous voulons éviter la destruction de la famille et la domination de l’État qui suit nécessairement, nous devons résister aux efforts visant à annuler le sexe biologique.

Rejet de l’anatomie

La pression en faveur de l’abolition des sexes semble s’accélérer. L’année dernière, un comité du Sénat de l’État de Californie a tenté d’interdire les mots « lui » et « elle » lors des audiences du comité. L’accord sur le vote arc-en-ciel aux Pays-Bas appelle à ce que « l’enregistrement du genre soit aboli dans la mesure du possible ». Un article récent du New England Journal of Medicine, sans doute la revue médicale la plus prestigieuse au monde, affirmait que les démarcations sexuelles sur les certificats de naissance devraient être reconsidérées parce que « l’attribution de rapports sexuels à la naissance perpétue l’opinion selon qui le sexe, tel que défini par une variable binaire, est naturel, essentiel et immuable ».

Il devient difficile de suivre la myriade d’initiatives mises en œuvre pour supprimer de force les distinctions sexuelles biologiques.

L’adoption juridique et sociale du transgenre résume le rejet du corps humain tel qu’il se manifeste intrinsèquement sous deux formes distinctes et complémentaires. Cette rébellion contre l’anatomie n’est pas seulement tragique pour les individus, qui font la guerre contre leur propre corps, mais elle mine également la double-polarité inhérente entre les hommes et les femmes qui propulse, équilibre et mène le monde.

S’il devient juridiquement inapproprié de reconnaître les deux sexes corporels ou d’expliquer comment l’interaction de ces sexes forge et perpétue les relations fondamentales par lesquelles nous nous définissons fondamentalement (mère, père, fils, fille), alors le noyau de la société civilisée est en péril.

Ce qui a commencé par se faire passer pour une célébration du genre s’avère être un édit pour l’élimination de la distinction sexuelle elle-même, qui, à son tour, érode la famille , le berceau essentiel de l’humanité. Si nous voulons sauver la famille et la civilisation avec elle, nous devons protéger et défendre le « langage sexospécifique » qui est maintenant sur le bloc de hachage.



Kimberly Ells est l’auteur de « The Invincible Family: Why the Global Campaign to Crush Motherhood and Fatherhood Can’t Win » et est conseillère politique pour Family Watch International, où elle travaille à protéger les enfants contre la sexualisation précoce, à défendre les droits parentaux et à promouvoir la famille en tant qu’unité fondamentale de la société. Kimberly est une chercheuse et écrivaine passionnée sur les questions familiales et est l’auteure de mémoires politiques pour la distribution internationale. Elle est diplômée de l’Université Brigham Young avec un diplôme en anglais. Elle est mariée et mère de cinq enfants. Contactez-la à [email protected] et InvincibleFamily.com.




Source: MercatorNet / Epoch Times




-- -- --
Fichiers joints
endgame-of-transgender-ideology-kimberly-ells.JPG
endgame-of-transgender-ideology-kimberly-ells.JPG (140.39 Kio) Vu 35 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac