Russell Blaylock, neurochirurgien américain, dénonce les masques obligatoire pour tous, en tout temps

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 2133
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Russell Blaylock, neurochirurgien américain, dénonce les masques obligatoire pour tous, en tout temps

Message par cgelinas »

Russell Blaylock

Traduction en français du texte en anglais qu'on retrouve, ici, dans Technocracy.

Masque N95 : [...] C'est-à-dire une réduction de l'oxygénation du sang (hypoxie) ou une élévation du C02 sanguin (hypercapnie).


Le Dr Russell Blaylock prévient que non seulement les masques faciaux ne protègent pas les personnes saines contre les maladies, mais qu'ils créent également de graves risques pour la santé de leur porteur. L'essentiel est que si vous n'êtes pas malade, vous ne devez pas porter de masque facial.


Avec l'avènement de la soi-disant pandémie COVID-19, nous avons vu un certain nombre de pratiques médicales qui ont peu ou pas de soutien scientifique en ce qui concerne la réduction de la propagation de cette infection. L'une de ces mesures est le port de masques faciaux, soit un masque de type chirurgical, un bandana ou un masque respiratoire N95. Lorsque cette pandémie a commencé et que nous en savions peu sur le virus lui-même ou son comportement épidémiologique, on a supposé qu'il se comporterait, en termes de propagation entre les communautés, comme les autres virus respiratoires. Peu de choses se sont présentées après une étude intense de ce virus et de son comportement pour changer cette perception.

Il s'agit en quelque sorte d'un virus inhabituel dans la mesure où pour la grande majorité des personnes infectées par le virus, on ne connaît ni maladie (asymptomatique), ni très peu de maladie. Seul un très petit nombre de personnes sont à risque d'une issue potentiellement grave de l'infection - principalement celles qui ont des conditions médicales graves sous-jacentes associées à un âge avancé et à la fragilité, celles qui souffrent de troubles immunitaires et les patients en maison de retraite vers la fin de leur vie. Il est de plus en plus évident que le protocole de traitement délivré aux médecins traitants par le Center for Disease Control and Prevention (CDC), principalement l'intubation et l'utilisation d'un respirateur (respirateur), peut avoir contribué de manière significative au taux de mortalité élevé chez ces personnes sélectionnées.



Il est connu que le masque N95, s'il est porté pendant des heures, peut réduire l'oxygénation du sang jusqu'à 20%, ce qui peut entraîner une perte de conscience, comme cela est arrivé au malheureux conduisant seul dans sa voiture portant un masque N95, provoquant lui de s'évanouir et de planter sa voiture et de se blesser.

Une étude plus récente portant sur 159 travailleurs de la santé âgés de 21 à 35 ans a révélé que 81% avaient développé des maux de tête en portant un masque facial.3 Certains avaient des maux de tête préexistants précipités par les masques. Tous avaient l'impression que les maux de tête affectaient leur rendement au travail.

Malheureusement, personne ne dit aux personnes âgées fragiles et aux personnes atteintes de maladies pulmonaires, telles que la MPOC, l'emphysème ou la fibrose pulmonaire, de ces dangers lorsqu'ils portent un masque facial de quelque sorte que ce soit, ce qui peut entraîner une grave détérioration de la fonction pulmonaire. Cela inclut également les patients atteints de cancer du poumon et les personnes ayant subi une chirurgie pulmonaire, en particulier avec une résection partielle ou même l'ablation d'un poumon entier.

Alors que la plupart conviennent que le masque N95 peut provoquer une hypoxie et une hypercapnie importantes, une autre étude sur les masques chirurgicaux a également révélé des réductions significatives de l'oxygène dans le sang. Dans cette étude, les chercheurs ont examiné les niveaux d'oxygène dans le sang de 53 chirurgiens utilisant un oxymètre. Ils ont mesuré l'oxygénation du sang avant la chirurgie ainsi qu'à la fin des chirurgies.4 Les chercheurs ont constaté que le masque réduisait considérablement les niveaux d'oxygène dans le sang (pa02). Plus la durée du port du masque est longue, plus la baisse du taux d'oxygène dans le sang est importante.

L'importance de ces résultats est qu'une baisse des niveaux d'oxygène (hypoxie) est associée à une altération de l'immunité. Des études ont montré que l'hypoxie peut inhiber le type de principales cellules immunitaires utilisées pour lutter contre les infections virales appelées lymphocytes T CD4 +. Cela se produit parce que l'hypoxie augmente le niveau d'un composé appelé facteur inductible d'hypoxie-1 (HIF-1), qui inhibe les lymphocytes T et stimule une puissante cellule inhibitrice immunitaire appelée Tregs. . Cela prépare le terrain pour contracter toute infection, y compris COVID-19 et rendre les conséquences de cette infection beaucoup plus graves. En substance, votre masque peut très bien vous exposer à un risque accru d'infections et, dans l'affirmative, avoir un résultat bien pire.

Les personnes atteintes de cancer, en particulier si le cancer s'est propagé, seront exposées à un risque supplémentaire d'hypoxie prolongée, car le cancer se développe le mieux dans un microenvironnement pauvre en oxygène. Un faible taux d'oxygène favorise également l'inflammation qui peut favoriser la croissance, l'invasion et la propagation des cancers.8,9 Des épisodes répétés d'hypoxie ont été proposés comme un facteur important de l'athérosclérose et augmentent donc toutes les maladies cardiovasculaires (crises cardiaques) et cérébrovasculaires (accidents vasculaires cérébraux).

Il y a un autre danger à porter ces masques quotidiennement, surtout s'ils sont portés pendant plusieurs heures. Lorsqu'une personne est infectée par un virus respiratoire, elle expulse une partie du virus à chaque respiration. S'ils portent un masque, en particulier un masque N95 ou un autre masque bien ajusté, ils réinsuffleront constamment les virus, augmentant la concentration du virus dans les poumons et les voies nasales. Nous savons que les personnes qui ont les pires réactions au coronavirus ont très tôt les concentrations les plus élevées de virus. Et cela conduit à la tempête mortelle de cytokines dans un nombre sélectionné.

Cela devient encore plus effrayant. De nouvelles preuves suggèrent que dans certains cas, le virus peut pénétrer dans le cerveau.11,12 Dans la plupart des cas, il pénètre dans le cerveau par les nerfs olfactifs (nerfs olfactifs), qui se connectent directement à la zone du cerveau traitant de la mémoire récente et de la mémoire consolidation. En portant un masque, les virus exhalés ne pourront pas s'échapper et se concentreront dans les voies nasales, pénétreront dans les nerfs olfactifs et voyageront dans le cerveau.

Il ressort de cette revue qu'il n'y a pas suffisamment de preuves que le port d'un masque de quelque sorte puisse avoir un impact significatif sur la prévention de la propagation de ce virus. Le fait que ce virus soit une infection relativement bénigne pour la grande majorité de la population et que la plupart des groupes à risque survivent également, d'une maladie infectieuse et d'un point de vue épidémiologique, en laissant le virus se propager à travers la population en meilleure santé, nous atteindrons un niveau d'immunité du troupeau assez rapidement qui mettra fin rapidement à cette pandémie et empêchera un retour l'hiver prochain. Pendant ce temps, nous devons protéger la population à risque en évitant les contacts étroits, en renforçant son immunité avec des composés qui renforcent l'immunité cellulaire et en général, en prenant soin d'elle.

Il ne faut pas attaquer et insulter ceux qui ont choisi de ne pas porter de masque, car ces études suggèrent que c'est le choix judicieux à faire.


Source: Technocracy
Fichiers joints
russell-blaylock-md.png
russell-blaylock-md.png (588.36 Kio) Vu 30775 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 2133
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Re: Russell Blaylock, neurochirurgien américain, dénonce les masques obligatoire pour tous, en tout temps

Message par cgelinas »

En plus des extraits traduits, ci-haut, je vous ajoute les références que le Dr Russell Blaylock a utilisé, pour son article.

References
  1. bin-Reza F et al. The use of mask and respirators to prevent transmission of influenza: A systematic review of the scientific evidence. Resp Viruses 2012;6(4):257-67.
  2. Zhu JH et al. Effects of long-duration wearing of N95 respirator and surgical facemask: a pilot study. J Lung Pulm Resp Res 2014:4:97-100.
  3. Ong JJY et al. Headaches associated with personal protective equipment- A cross-sectional study among frontline healthcare workers during COVID-19. Headache 2020;60(5):864-877.
  4. Bader A et al. Preliminary report on surgical mask induced deoxygenation during major surgery. Neurocirugia 2008;19:12-126.
  5. Shehade H et al. Cutting edge: Hypoxia-Inducible Factor-1 negatively regulates Th1 function. J Immunol 2015;195:1372-1376.
  6. Westendorf AM et al. Hypoxia enhances immunosuppression by inhibiting CD4+ effector T cell function and promoting Treg activity. Cell Physiol Biochem 2017;41:1271-84.
  7. Sceneay J et al. Hypoxia-driven immunosuppression contributes to the pre-metastatic niche. Oncoimmunology 2013;2:1 e22355.
  8. Blaylock RL. Immunoexcitatory mechanisms in glioma proliferation, invasion and occasional metastasis. Surg Neurol Inter 2013;4:15.
  9. Aggarwal BB. Nucler factor-kappaB: The enemy within. Cancer Cell 2004;6:203-208.
  10. Savransky V et al. Chronic intermittent hypoxia induces atherosclerosis. Am J Resp Crit Care Med 2007;175:1290-1297.
  11. Baig AM et al. Evidence of the COVID-19 virus targeting the CNS: Tissue distribution, host-virus interaction, and proposed neurotropic mechanisms. ACS Chem Neurosci 2020;11:7:995-998.
  12. Wu Y et al. Nervous system involvement after infection with COVID-19 and other coronaviruses. Brain Behavior, and Immunity, In press.
  13. Perlman S et al. Spread of a neurotropic murine coronavirus into the CNS via the trigeminal and olfactory nerves. Virology 1989;170:556-560.
Prenez votre temps pour aller lire chacune de ces recherches scientifiques sérieuses.

Faites votre propre idée, utilisez votre meilleur jugement et votre intelligence pour comprendre la réalité.
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 2133
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

YouTube a censuré et supprimé mon "live" sur Russell Blaylock

Message par cgelinas »

YouTube continue sa tyrannie de censure à plein régime contre mon "live" intitulé "Ce que pense le Dr Russell Blaylock du port du masque facial".

Heureusement, je sauvegarde tout et le "live" a été installé dans BitChute:
Fichiers joints
youtube-a-censure-ma-video.png
youtube-a-censure-ma-video.png (538.93 Kio) Vu 6577 fois
les-masques.jpg
les-masques.jpg (125.22 Kio) Vu 6577 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre