Pourquoi le socialisme échoue toujours

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 4126
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Pourquoi le socialisme échoue toujours

Message par cgelinas »

Le 31 mai 1995, Mark J. Perry a publié son article intitulé "Pourquoi le socialisme a échoué" et le 22 mars 2016, il a fait un retour sur cette publication, dans le site web de l'American Enterprise Institute (AEI).

Ci-après, je reproduis l'essentiel de son propos qui vise à dénoncer le socialisme qui a échoué quelques 41 fois, en 100 ans, selon John Mackey, président de Whole Foods au moment d'une entrevue pour un documentaire sur le thème des chants de sirènes du socialisme.

Des échecs misérables qui mènent à des ponts vers le capitalisme ou alors, qui se soldent par des millions de morts.

1. Le socialisme est le grand mensonge du XXe siècle. Alors qu’elle promettait prospérité, égalité et sécurité, elle a apporté la pauvreté, la misère et la tyrannie. L’égalité n’est réalisée que dans le sens où chacun est égal dans sa misère.

De la même manière qu’un schéma de Ponzi ou une chaîne de lettres réussit d’abord mais finit par s’effondrer, le socialisme peut montrer des signes précoces de succès. Mais toutes les réalisations s’estompent rapidement à mesure que les lacunes fondamentales de la planification centrale apparaissent. C’est l’illusion initiale du succès qui donne à l’intervention gouvernementale son attrait pernicieux et séduisant. À long terme, le socialisme s’est toujours avéré être une formule pour la tyrannie et la misère.

Un système pyramidal est en fin de compte insoutenable parce qu’il est basé sur des principes erronés. De même, le collectivisme est insoutenable à long terme parce qu’il s’agit d’une théorie erronée. Le socialisme ne fonctionne pas parce qu’il n’est pas conforme aux principes fondamentaux du comportement humain. L’échec du socialisme dans les pays du monde entier peut être attribué à un défaut critique: c’est un système qui ignore les incitations.

Dans une économie capitaliste, les incitations sont de la plus haute importance. Les prix du marché, le système de comptabilité des profits et pertes et les droits de propriété privée fournissent un système efficace et interdépendant d’incitations pour guider et orienter le comportement économique. Le capitalisme repose sur la théorie de l’importance des incitations !

Dans le socialisme, les incitations jouent un rôle minime ou sont totalement ignorées. Une économie planifiée sans prix du marché ni bénéfices, où la propriété appartient à l’État, est un système sans mécanisme d’incitation efficace à diriger l’activité économique. En omettant de mettre l’accent sur les incitations, le socialisme est une théorie incompatible avec la nature humaine et est donc voué à l’échec. Le socialisme est basé sur la théorie que les incitations n’ont pas d’importance!

2. La force du capitalisme peut être attribuée à une structure d’incitation basée sur les trois P: (1) les prix déterminés par les forces du marché, (2) un système de comptabilité de profits et pertes et (3) les droits de propriété privée. L’échec du socialisme peut être attribué à sa négligence de ces trois composantes incitatives.

3. En ne parant pas à favoriser, promouvoir et entretenir le potentiel de leur peuple par le biais d’institutions incitatives, les économies planifiées privent l’esprit humain du plein développement. Le socialisme échoue parce qu’il tue et détruit l’esprit humain – il suffit de demander aux gens qui quittent Cuba dans des radeaux et des bateaux faits maison [et à ceux qui attendent dans de longues files d’attente aujourd’hui au Venezuela qui luttent, et échouent souvent, à acheter de la nourriture].

4. La tentatrice du socialisme nous attire constamment avec l’offre: « abandonnez un peu de votre liberté et je vous donnerai un peu plus de sécurité. » Comme l’expérience de ce siècle l’a démontré, l’aubaine est tentante, mais elle n’est jamais payante. Nous finissons par perdre à la fois notre liberté et notre sécurité.

Le socialisme restera une tentation constante. Nous devons être vigilants dans notre lutte contre le socialisme, non seulement dans le monde entier, mais aussi ici aux États-Unis.

L’échec du socialisme a inspiré une renaissance mondiale de la liberté et de la liberté. Pour la première fois dans l’histoire du monde, le jour viendra très bientôt où une majorité des gens dans le monde vivront dans des sociétés libres ou des sociétés évoluant rapidement vers la liberté.

Le capitalisme jouera un rôle majeur dans le renouveau mondial de la liberté et de la prospérité parce qu’il nourrit l’esprit humain, inspire la créativité humaine et promeut l’esprit d’entreprise. En fournissant un système puissant d’incitations qui favorisent l’épargne, le travail acharné et l’efficacité, le capitalisme crée de la richesse.

La principale différence entre le capitalisme et le socialisme est la suivante: le capitalisme fonctionne.

J'ajouterais que le capitalisme crapuleux (le "crony capitalism", soit celui des corporato-oligarchistes mondialistes qui font usage des paradis fiscaux et de la manipulation) aussi peut nous mener à notre perte.

Mais un capitalisme sainement balisé permet le développement qui bénéficie le plus aux peuples.



-- -- --
Fichiers joints
le-chant-des-sirenes-du-socialisme.JPG
le-chant-des-sirenes-du-socialisme.JPG (149.32 Kio) Vu 37 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac