Denise Bombardier: Quel bonheur de se faire vacciner contre ce virus!

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3690
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Denise Bombardier: Quel bonheur de se faire vacciner contre ce virus!

Message par cgelinas »

Une autre pièce écrite avec le venin mielleux de Denise Bombardier qui appuie la propagande d'État pro-vaccination.

Denise Bomabrdier se sert de sa tribune écrite, chez Quebecor, pour donner son impression de sa propre prétendue "vaccination" parce qu'aucune photo ne prouve qu'elle l'ait vraiment été ou que le contenu de la seringue était vraiment l'outil génique à ARN messager BNT162b2 de Pfizer-BioNTech, comme elle le prétend.

Peut-être. Peut-être pas. Aucune preuve pour en être certain.

Alors voilà, Denise Bombardier tente, encore une fois, de convaincre les Québécois de se faire injecter un "vaccin" qui n'a pas été correctement testé sur les humains et qui, invariablement, induit une forme de maladie auto-immune qui instrumentalise les cellules saines pour qu'elle produisent un pathogène (dans ce cas-ci, la protéine Spike) afin d'éliciter la création des anticorps.


Elle tente d'imposer sa complaisance aux Québécois qui voient clair et qui REFUSENT cet outil génique qui utilise le "Cheval de Troie" des nanoparticules lipidiques et heureusement, plusieurs voient la tromperie qui a cours.


-- --


Mercredi matin [le 3 mars 2021], je me suis réveillée aux aurores, trop excitée à l’idée de recevoir enfin « LE » vaccin. J’ai donc mis ma patience, qui est courte, à rude épreuve et à 8 h 20 j’ai quitté la maison en compagnie de mon Anglais pour le Palais des congrès où nous avions un rendez-vous fixé à 9 h 15.

L’accueil était plus que sympathique de la part des personnes à l’évidence heureuses pour les visiteurs masqués. Aucune attente et une montée rapide vers la salle immense où en temps d’avant la pandémie il m’était arrivé de prononcer des conférences.

J’étais renversée de découvrir l’atmosphère à la fois professionnelle et quasi enjouée qui y régnait. Je n’en croyais pas mes yeux devant cette organisation qui fonctionnait sans anicroche ayant à l’esprit les interminables queues du Stade olympique.

La jeune infirmière qui m’a vaccinée semblait aussi partager mon bonheur évident. Elle s’est révélée la reine des piqûres puisque je n’ai rien senti lorsque le vaccin Pfizer-BioNTech a pénétré mon bras.

Efficacité

Et c’est alors que plusieurs vaccinés rayonnants m’ont interpellée. Ils s’émerveillaient tous de l’efficacité de cette grand-messe sanitaire et de tous ceux qui y contribuaient, des gardes de sécurité à tous les intervenants présents. Certains étaient même extatiques.

Depuis des mois, nous sommes bombardés par des images déprimantes de malades entubés. Aucune critique plus ou moins acerbe ou plus ou moins justifiée ne nous a été épargnée.

Recevoir le vaccin nous donne le sentiment de quitter les frontières du désespoir pour accéder à la lumière encore tamisée d’un avenir possible ressemblant au temps où nous étions des humains. Au temps où sans masque nous décodions l’interlocuteur, où nous avions des contacts physiques et où nous pouvions être méfiants des autres, mais aussi attirés par eux.

Ce vaccin nous fait physiquement retrouver une liberté perdue à cause du confinement. « On fait tout notre possible pour être attentifs aux personnes et pour les aider », m’a dit Richard Marchand, un responsable, lui-même de toute évidence heureux de participer à cette énorme organisation au Palais des congrès.

En comparant ce que j’ai expérimenté mercredi matin, où j’ai reçu le vaccin avant même l’heure qui m’a été attribuée, ce qui a inclus l’attente avec tous les citoyens qui m’entouraient, pour réserver ensuite le rendez-vous de la deuxième dose, j’ai conclu que les organisateurs du Palais des congrès faisaient preuve d’une compétence remarquable. C’est là la preuve que le gouvernement est toujours à la merci de ceux qui exécutent ses directives à travers le Québec.

Nous sommes tous exténués par les mauvaises nouvelles, par le ressentiment et la hargne des porteurs de désespérance. Ne faut-il pas enfin faire l’éloge de ce véritable et exceptionnel exploit scientifique qui a permis aux spécialistes de la terre entière de défier ce virus terrifiant en créant un vaccin en moins d’un an ?

Le dernier mot revient à madame Sophie, préposée au parking du Palais des congrès. Je lui ai tendu mon billet de sortie gratuite pour les vaccinés. « Je suis contente. Tout le monde est inquiet en arrivant et tout le monde est heureux en sortant d’ici », m’a-t-elle lancé quand je lui ai dit en partant combien j’étais heureuse.




Source: Denise Bombardier, dans le Journal de Montréal




-- -- --
Fichiers joints
denise-bombardier-parle-de-sa-vaccination.jpg
denise-bombardier-parle-de-sa-vaccination.jpg (139.62 Kio) Vu 124 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac