Les tests PCR à 45 cycles d'amplification au CHU Ste-Justine... et ailleurs, au Québec

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3439
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Les tests PCR à 45 cycles d'amplification au CHU Ste-Justine... et ailleurs, au Québec

Message par cgelinas »

Une personne m'a partagé une lettre confidentielle en provenance du CHU Ste-Justine qui donnait suite à une plainte.

Cette plainte a été examinée conformément aux dispositions du Règlement sur la procédure d’examen des plaintes du CHU Ste-Justine, prescrit par la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSSS).

De nombreux renseignements se trouvent exposés dans cette lettre alors je ne la publierai pas afin de maintenir l'anonymat de ma source.

Ceci dit, il y a un renseignement extrêmement important qui se trouve, dans cette lettre, à propos des fameux cycles d'amplification, dans le contexte des tests PCR-COVID-19.

Dans la lettre, il est clairement écrit ce qui suit:

Les analyses PCR COVID sont effectuées au laboratoire de microbiologie du CHU Sainte-Justine en utilisant des appareils commercialisés par la compagnie Roche Diagnostics (Magnapure 96 et LightCycler 480). Cette compagnie détient une Medical Device Establishment Licence (MDEL) délivrée par Santé Canada pour les appareils médicaux qu’elle commercialise au Canada.

On m’a également mentionné que le CHU Sainte-Justine utilise 45 cycles d’amplification comme pour les autres laboratoires du Québec.

Donc, vous avez bien lu, on parle de 45 cycles d'amplification pour le test "polymerase chain reaction" PCR-COVID-19 à Ste-Justine --et-- dans les "autres laboratoires du Québec".

C'est majeur.

--

Pourquoi est-ce si important?

Prenez la nouvelle du Soleil, le 9 octobre 2020, intitulée "Vérification faite: les tests de COVID-19 sont-ils vraiment «trop sensibles»?" où il est question de tests PCR menés à 40 ou même à 10 ou 20 cycles, seulement.

Il s'agissait de voir si "le nombre de cas de COVID-19 serait artificiellement gonflé par un nombre trop élevé de «cycles d’amplification» qui produirait beaucoup de faux positifs" et pour répondre à cette question, le journaliste Jean-François Cliche s'est tourné, entre-autre, vers Maurice Boissinot, un spécialiste de ces tests (qui en met au point, lui-même) au Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval.

Voici ce que l'article disait:

Ce seuil est souvent de 40 cycles, mais, contrairement à ce que prétendent certains conspirationnistes, ce n’est pas une limite absolue ni universelle : cela peut varier selon le fabricant, la sorte de «réactifs» (des produits chimiques utilisés pour les PCR), d’une machine à l’autre, dit M. Boissinot. Et c’est particulièrement vrai dans le cas de la COVID-19, les labos (débordés ces temps-ci) n’ont pas encore eu le temps de standardiser les tests autant que pour d’autres microbes, poursuit-il.

Maintenant, est-ce que cela signifie qu’il y a beaucoup de faux positifs? «Il n’y a pas de test parfait, dit Hugues Charest, biologiste moléculaire au Laboratoire de santé publique du Québec. Des faux positifs, ça arrive dans tous les labos.» Cependant, ajoute-t-il, s’il est difficile de mesurer avec exactitude le taux de faux positifs que produisent les tests de COVID-19, on a d’excellentes raisons de penser qu’ils sont très rares.

D’abord, explique-t-il, il existe des «garde-fous» qui permettent de repérer les résultats fautifs. Par exemple, tous les lots d’échantillons sont testés avec des «contrôles», c’est-à-dire des échantillons dont on est absolument certain qu’ils sont négatifs. Si un contrôle s’avère positif, cela indique qu’il y a eu un problème et qu’on doit recommencer le test.

Et puis, poursuit M. Charest, «on ne se rend pas à 40 cycles pour tous les tests. Dans bien des cas, on peut détecter la COVID-19 après 10 ou 20 cycles seulement».

D’ailleurs, l’ultime démonstration de la fausseté de ces histoires de «pandémie fictive» qui serait créée par des cycles répétés trop de fois, elle est sans doute là : «Il y a environ 80 % des tests positifs à la COVID-19 qui surviennent entre 12 et 25 cycles d’amplification», dit M. Boissinot. Et plus on s’approche de la limite d’environ 40 tests, plus la proportion diminue. Les tests qui deviennent positifs passé 37 cycles ne représentent qu’environ 5 % des cas confirmés au Québec, poursuit-il.

Alors, on se demande pourquoi la lettre officielle et confidentielle en provenance de Ste-Justine ferait était de 45 cycles d'amplification si Maurice Boissinot parle d'un nombre de cycles d'amplification bien inférieurs à ce seuil.

Dans l'article du Soleil, de nombreuses informations peuvent laisser place à l'interprétation, comme "on peut détecter la COVID-19 après 10 ou 20 cycles seulement", il y a une énorme différence entre 10 et 20 cycles et on a aucune ventilation des pourcentages. Pire, on devine qu'il n'y a probablement aucune statistique officielle qui peut nous confirmer, hors de tout doute, le nombre de tests qui ne sont pas conduits à 45 cycles.

Ainsi, on se retrouve avec des "grands médias" qui ont repris diverses variantes des conclusions de cette position conçue pour casser du sucre sur le dos de ce que ce journaliste appelle des "conspirationnistes" et une lettre officielle du CHU Ste-Justine qui donne raison... aux "conspirationnistes" qui dénoncent les 45 cycles d'amplification du test PCR.

--

La vérité est peut-être à quelque part entre ces deux positions. Comment savoir? Il ne semble pas exister de statistiques officielles, fiables et publiques sur les cycles d'amplification PCR alors on se retrouve soit pris pour croire quelqu'un comme Maurice Boissinot sur parole ou croire ce qui a été couché à l'écrit, officiellement, par le CHU Ste-Justine.

--

Il demeure un ÉNORME problème soit celui des effets ÉPOUVANTABLES des résultats des tests PCR (et des tests, eux-mêmes) sur la société québécoise, incluant des pans entiers de l'économie.

Alors les cycles d'amplification des tests PCR sont loin d'être une question banale.

Ces tests PCR n'ont PAS été conçus pour détecter "des virus", encore moins le coronavirus de Wuhan, qu'importe ce qu'en disent le journaliste et Maurice Boissinot.

--

Nous en sommes donc là pour tenter de savoir ce qui se passe vraiment dans les laboratoires d'analyse des tests PCR du Québec.

À chacun de mener ses recherches pour tenter de se faire une idée sur ce test qui continue de plomber la vie sociale, politique, sanitaire et économique du Québec.



-- -- --
Fichiers joints
a-quoi-ressemble-le-resultat-d-un-test-pcr.jpg
a-quoi-ressemble-le-resultat-d-un-test-pcr.jpg (13.94 Kio) Vu 204 fois
lettre-du-chu-ste-justine-de-montreal.jpg
lettre-du-chu-ste-justine-de-montreal.jpg (91.64 Kio) Vu 204 fois
45-cycles-d-amplification.JPG
45-cycles-d-amplification.JPG (95.5 Kio) Vu 204 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac