Page 1 sur 1

CAQ : le bal des privatisations commence

Posté : 15 février 2019, 13:58
par cgelinas
Une privatisation fondée sur des considérations idéologiques

La belle affaire. Par de primaires sophismes et des cachotteries, Éric Caire et Christian Dubé, deux gros ministres canons de la CAQ, viennent de nous annoncer une privatisation de services publics en présentant « leurs » faits de façon malhonnête; en nous servant des gros chiffres favorisant bien évidemment leur décision, mais sans aucune étude sérieuse; en sélectionnant méticuleusement les éléments justifiant leur choix et en omettant volontairement plusieurs facteurs pertinents. Tout ça pour dissimuler la privatisation de nos centres de données, intégrant une tonne d’informations personnelles concernant les Québécois, à des transnationales américaines du Web comme Google, Microsoft, Amazon et IBM qui sont reconnues mondialement pour ne pas payer d’impôts sur le revenu; de loger plusieurs de leurs filiales dans les paradis fiscaux; de couler et de vendre des informations personnelles de leurs utilisateurs à quiconque paie et qui, en respect du Patriot Act américain, du Cloud Act et au nom de la sécurité nationale des États-Unis, sont obligés de fournir tous les renseignements qu’ils détiennent sur tous leurs utilisateurs au gouvernement américain et à leurs agences comme la CIA, le FBI et la NSA (National security agency) : « Nos infos privées dans un “nuage” étranger? Le gouvernement américain pourrait avoir accès à nos données » (Le Journal de Montréal, 5 février 2019). Ça fait peur de céder au privé d’ici et d’ailleurs de telles informations personnelles des Québécois colligées par l’État.

Personne n’est contre le regroupement des centres de données

Je prie messieurs Caire et Dubé de ne pas nous prendre pour des imbéciles. Absolument personne n’est contre leur idée, qui est la même que leurs prédécesseurs, de ramener de 457 centres de traitement de l’information des données personnelles détenues par le Gouvernement du Québec sur ses citoyens à seulement deux afin d’économiser et d’être plus efficace. Premièrement, ils disent que Québec va ainsi réaliser des économies de l’ordre de 100 millions de dollars avec ce regroupement. Où sont leurs calculs? Moi je pense qu’il n’y en a pas de calculs. À moins que ce soit comme dans ce cas : « 500 M$ d’économie avec une déclaration de revenus unique. La CAQ s’appuie sur des (vieux) chiffres puisés dans une (vieille) revue de presse » (Le Journal de Montréal, 26 janvier 2019). Dans leur prise de décision, est-ce qu’ils ont rencontré des groupes de citoyens, des lobbyistes, des représentants du patronat et des experts indépendants, et si oui, qui? Ils mettent la population devant le fait accompli sans qu’il y ait aucun débat public.

Qu’est-ce qui a justifié ce choix de céder au privé ce service public?

Il est vrai que tous les pays prennent le virage de l’infonuagique publique. Rien de nouveau là-dedans. Mais pourquoi ces pays n’ont-ils pas fait comme ces messieurs et n’ont-ils pas voulu privatiser leurs banques d’informations personnelles cruciales de leurs citoyens à des firmes privées et encore plus à des multinationales américaines (Amazon, Google, Microsoft et IBM) à la réputation sulfureuse et définitivement subjuguées aux diktats de leur gouvernement américain? Venir nous dire sans rire qu’ils ont pris toutes les mesures de sécurité pour protéger la confidentialité de nos données personnelles, ça ne fait vraiment pas sérieux et ça fait amateur. Je dirais même que ça reflète le contenu de la cassette du relationniste privé.

Ben oui, on sait tous ça que seule la compagnie chinoise privée Huawei peut communiquer des renseignements qu’elle détient à son gouvernement, mais pas les Amazon, Google, Microsoft et IBM. Après tout, la Chine c’est socialiste et les States, c’est le summum de la protection des libertés individuelles et des droits démocratiques.

Est-ce qu’ils ont fait une analyse comparative?

Administrer et gérer par informatique des centres de données, ce n’est pas ce qui est le plus compliqué. Plusieurs entreprises privées, dont Vidéotron (« La compagnie construit un nouveau centre d’hébergement des données », le Journal de Montréal, 17 septembre 2015), préfèrent le faire elles-mêmes plutôt que de recourir aux services de sous-traitants coûteux. Alors, pourquoi les messieurs Caire et Dubé n’ont pas confié à une société d’État le soin de confier ces informations individuelles afin d’obtenir plus de sécurité au niveau de la conservation des données? Lors de leur conférence de presse, ils ont sorti de gros chiffres favorables à leur décision de privatiser, mais ils n’ont pas dit combien ça va coûter en fonds publics de faire affaire avec ces géants américains? Peuvent-ils nous le dire s.v.p.? Et est-ce qu’ils ont effectué une analyse comparative, comme cela doit être fait, entre l’option de privatiser ce service à des firmes américaines et celle de confier ce mandat à un organisme public? Si oui, peut-on voir les chiffres? En cédant ce service à des firmes américaines, on s’enfonce davantage dans la voie de la colonisation économique. Et ça ils le savent pertinemment. Pourtant, François Legault est un apôtre de la souveraineté économique du Québec. Il s’était opposé à la vente à la firme américaine Lowe’s de notre fleuron québécois Rona alors que monsieur Dubé y était très favorable. Ah oui, le privé sera bien sûr subventionné par Hydro-Québec par le biais de tarifs d’électricité (les centres de données en consomment énormément) bonbons. Combien ça va nous coûter?

L’idéologie du moins d’État et du plus de privé prime

Il n’y a aucun doute dans mon esprit que la décision de céder ce service public à des entreprises américaines ou québécoises toutes dotées de principes de responsabilité sociale élastiques, a uniquement reposé sur des considérations idéologiques appuyées par le travail acharné en coulisse des lobbyistes qui n’ont pas eu beaucoup de difficulté à convaincre les ténors caquistes Éric Caire et Christian Dubé : « Amazon déploie 20 lobbyistes au Québec » (Le Journal de Montréal, 7 février 2019). On ne s’en attendait pas! Uniquement en termes de sécurité, au niveau d’informations personnelles aussi importantes, l’avantage va au recours d’un organisme public comme le font les autres. Et dire qu’ils ont essayé de nous convaincre du bienfait de leur choix de privatiser ce service public en nous servant des renseignements inutiles et superflus; en cachant des données qui seraient venues les contredire et en omettant des informations pertinentes. Une prestation politique de la CAQ décevante. Et dire que la CAQ devait être le gouvernement de la transparence. Il faut que les gens se réveillent pour une fois et stoppent cette privatisation à gogo qui ne fera qu’enrichir des affairistes d’ici ou d’ailleurs. Il faut reconstituer à l’interne notre expertise et notre savoir-faire. Le recours au privé par l’État dans le domaine informatique nous a déjà coûté des centaines de millions de dollars en fonds publics. Concluons : les ministres Caire et Dubé, en bons pantins qu’ils sont, ont fait et répété ce qui était voulu par les lobbyistes du GAFA et ce qui était écrit dans le texte rédigé par la firme de relations publiques.


Source: Journal de Montréal

Re: CAQ : le bal des privatisations commence

Posté : 15 février 2019, 14:06
par cgelinas
Voici mon commentaire (très bref):
"Il faut reconstituer à l’interne notre expertise et notre savoir-faire." -- totalement d'accord avec Léo-Paul Lauzon.

Les données des Québécois doivent être sous le contrôle des Québécois, c'est fondamental.
Ainsi que l'excellent commentaire de Serge Grenier:
On ne peut absolument pas faire confiance à ces compagnies pour ce qui a trait au respect de la confidentialité des données hébergées sur leurs serveurs.

On aura beau signer n'importe quelles ententes en béton, de leur côté, ce ne sont que des bouts de papier sans la moindre valeur. Nos données par contre ont de la valeur. Beaucoup plus de valeur que ce nous allons les payer pour l'hébergement des données. Un marché de dupes.

Au lieu de transférer les 457 petits centres de traitement informatiques dans 2 gros centres, ils feraient mieux de retravailler leurs structures de données pour les rendre compatibles entre elles et ajouter ce qu'il faut pour créer une base de données distribuée avec redondance.

Ça améliorerait la résilience du système et cela ne nous livrerait pas pieds et poings liés à une puissance étrangère (et agressive).

Re: CAQ : le bal des privatisations commence

Posté : 15 février 2019, 14:14
par cgelinas
Ma réponse à Éric Caire, suite à son "explication":
Les données des Québécois doivent demeurer sous le contrôle intégral du gouvernement du Québec.

Votre initiative va livrer nos données à des firmes américaines prédatrices.

Il est entièrement possible de constituer notre propre nuage et développer notre expertise, au passage. Vous manquez une belle occasion de faire rayonner notre expertise québécoise.

De grâce, ne transférez jamais nos données québécoises sur des infrastructures étrangères. Qu'elles soient stockées au Canada ne changera rien au fait qu'elle seront sous la gouverne d'entreprises étrangères.

S'il vous plaît, M. Caire, priorisez le Québec et non des firmes étrangères, pour stocker nos données québécoises. Et oui, le gouvernement est capable de tout faire à l'interne. Vous n'avez qu'à créer le mandat et ce sera fait... et ça nous appartiendra, en plus.