Rona: ce que le Québec perd

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 799
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Rona: ce que le Québec perd

Message par cgelinas » 04 février 2016, 15:53

Excellente analyse de Gérard Fillion, de Radio-Canada

Nicolas Marceau, ministre des Finances de 2012 à 2014, avait formé un comité pour arriver à des solutions visant à mieux protéger les fleurons du Québec. Le PQ avait promis la création d'un fonds à la Caisse de dépôt pour contrer les offres d'achat de groupes étrangers. Le PLQ a même évoqué en 2014 la possibilité de puiser dans le Fonds des générations pour protéger les sièges sociaux. Beaucoup de paroles, peu d'actions.

Aujourd'hui, l'américaine Lowe's achète la québécoise Rona. Veut acheter, doit-on dire, parce que les actionnaires ont le dernier mot. Mais, dans la réalité, les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction. On imagine que la Caisse de dépôt, propriétaire d'environ 15 % des actions de Rona, a été consultée à propos de la transaction qui est annoncée aujourd'hui.

Et, toujours dans la réalité, le Québec perd un autre siège social. Un siège canadien à Boucherville, tel qu'il est proposé dans la transaction, c'est tout de même un sous-siège, celui qui dépend du vrai bureau de décisions aux États-Unis.

L'histoire nous a bien appris que les compensations, annoncées comme de bonnes nouvelles, s'évanouissent avec le temps. Alcan, la Bourse de Montréal, Provigo, et j'en passe, tous ces sièges ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils ont été dans le passé. Vendre à un groupe extérieur, c'est indéniablement la perte d'une expertise, d'un centre de décisions, c'est névralgique et important.

Quand il est question des sièges sociaux, le président de l'Institut sur la gouvernance, Yvan Allaire, est éclairant. Il pose la question très simple, que plusieurs États américains se sont posée au fil du temps : est-ce que le seul intérêt des actionnaires compte dans une telle transaction? Ou faut-il tenir compte d'autres intérêts, essentiellement économiques? Les emplois, le centre de décisions, les fournisseurs, les clients?

Avec la chute du dollar canadien, il devient diablement intéressant pour des entreprises américaines d'acheter des intérêts canadiens. À quand la vente de Bombardier à Boeing? Et la vente de Metro à un géant américain? À quand la vente de Dollarama, CAE, Garda, SNC-Lavalin? Qui reste-t-il à acheter, dites-nous, après Alcan, le Cirque et Rona?

Comprenons-nous bien : la vente de Rona est peut-être une excellente transaction. Mais est-ce dans l'intérêt de tous, pas seulement des actionnaires des deux entreprises?

Qu'en pensez-vous?
Fichiers joints
dominique-anglade-et-la-vente-de-rona-a-loews-fev-2016.png
dominique-anglade-et-la-vente-de-rona-a-loews-fev-2016.png (63.57 Kio) Vu 2247 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 799
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Re: Rona: ce que le Québec perd

Message par cgelinas » 04 février 2016, 15:58

Commentaire de martin bernard

Ce qu'on oublie beaucoup ici tient à quelques éléments :

1 - Un siège social de multinationale, ça ne se crée pas comme ça. Ça prends des années, des décennies

2 - On ne perds pas seulement des emplois, on perd des emplois extrêmement bien rémunérés, ceux qui sont les plus productifs (en terme de PIB généré par heure travaillée, car c'est ainsi que se mesure la productivité.)

3 - On perd tous les profits que Loews va rapatrier aux USA pour augmenter les salaires de ses employés du siège social américain.

4 - On perd toutes les décisions stratégiques d'investissement international.

5 - On a la garantie d'un siège social, mais des sièges sociaux coquilles vides, c'est classique. Comme Air Canada, Alcan, etc.

Je vous invite à regarder les exemples de deux belles entreprises jadis québécoises, Prévost et Nova Bus : maintenant propriétés de Volvo.

Elles se sont diversifiées à l'époque aux USA pour accéder aux marchés protégés par les clauses Buy America/Buy American. Maintenant, si Volvo décide d'investir en Amérique, où va-t-elle aller? Plattsburgh, ou St-Eustache? Plattsburgh, ou Ste-Claire de Dorchester? Avant, la décision se prenait ici. Maintenant, elle se prend en Suède.

Donc, avant de dire que c'est business as usual, prenons le "big picture" en considération.
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité