Legault va-t-il trop loin?

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1919
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Legault va-t-il trop loin?

Message par cgelinas »

Beaucoup d’entreprises ne se relèveront pas des trois semaines de pause du Québec, du shutdown, comme on l’appelle. Déjà, des mesures draconiennes étaient en place, rendant le travail et les affaires très difficiles. Des restrictions et une distanciation sociale très efficace en prévention pour éviter d’en arriver au drame que vit l’Italie.

MÉTHODE TRUDEAU OU LEGAULT?

Certains disent que nous allons créer un dommage encore plus grand au Québec que le virus en soi. François Legault, jusqu’ici, gérait la crise de main de maître, étant perçu comme une personne calme, qui prend des décisions éclairées, draconiennes certes, mais responsables, et ce, pour nous protéger de la pandémie.

Dans l’opinion publique, il laissait loin derrière son homologue au fédéral, le premier ministre Justin Trudeau, qui semblait hésitant et dépassé par les événements. Mais est-ce qu’on s’est trompé? Est-ce que la méthode, plus posée, de Justin Trudeau, est la meilleure manière de procéder? François Legault est-il en train d’en faire trop, d’aller trop vite, de faire paniquer le Québec, de mettre à terre l’économie d’une telle manière que ça nous prendra des décennies pour nous en remettre? Est-on en train d’écraser la mouche avec une masse et, collatéralement, de casser la table aussi?

Malgré tout ce questionnement, je crois toujours en notre chef, notre guide dans cette tourmente, M. Legault, mais il faut qu’il se ravise pour prendre une meilleure décision stratégique pour continuer à gérer la crise efficacement, comme il le fait si bien depuis le début.

DOMMAGE IRRÉPARABLE

Il faut prendre des mesures pour enrayer la pandémie et éviter ce qui se passe actuellement en Europe, c’est certain! Je ne remets aucunement ça en question. Personne ne peut dire le contraire.

Mais est-ce que c’est la bonne méthode, dans un équilibre aussi fragile que l’est une société? Est-ce qu’on n’est pas en train d’aller trop loin?

Le message véhiculé, c’est qu’il faut être solidaire, se serrer les coudes, respecter les directives du gouvernement sur la distanciation sociale pour ne pas y être forcé. On dit nous faire confiance.

J’aime cette approche et je déplore le comportement de ceux et celles qui ne respectent pas les directives qui nous protègent tous. Cependant, il y a lieu de garder les entreprises ouvertes en gardant les mesures d’hygiène sévère et de distanciation sociale en place. Le travail doit continuer, sinon il ne restera pas grand-chose de nous à la sortie de cette crise.

Dans quel état serons-nous? Il faut rester posé et agir en essayant de causer le moins de dommage à la société, et ce, en étant le plus efficace possible. Maintenant, je crois qu’on va trop loin en imposant un shutdown général et sans répartie. Derrière l’entreprise, il y a l’humain et des familles, il ne faut pas l’oublier.

AUTRE FAÇON DE FAIRE

Beaucoup de groupes et d’associations d’affaires réagissent. Une source me parle même d’un géant québécois qui pourrait disparaître avant la fin du shutdown.

Il faut que le gouvernement Legault revoie sa stratégie pour gérer la situation, et ce, cas par cas. Il y a sûrement une méthode pour prévenir, qui n’implique pas nécessairement une fermeture systématique de toutes les entreprises du Québec.

Déjà, le gouvernement s’est ravisé sur les alumineries, après son annonce. Finalement, après négociation, le gouvernement décide de maintenir une activité de base pour le secteur de l’aluminerie.

On s’est finalement rendu compte que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. On ne peut pas seulement fermer l’entreprise sans conséquences graves. On ne peut pas tout arrêter.

N’y aurait-il pas lieu de faire le même genre d’évaluation dans d’autres domaines, et ce, sans procéder à un arrêt complet de l’entreprise? Il y a une autre façon de faire, c’est certain, pour éviter des dommages irréparables! C’est grave, ce qui se passe, mais la panique n’est pas la solution et cette mesure ressemble drôlement à de la panique.

La gestion est la solution. Il n’y a que ça qui nous fera passer au travers de la crise.

Faire du cas par cas, c’est plus long et plus compliqué, mais ça pourrait sauver des gens, pas du virus, mais de détresses autres qui sont très dommageables et qui peuvent aller à l’extrême.

Je n’ose pas dire jusqu’où ça peut aller, mais référez-vous aux grandes crises financières de notre histoire et vous comprendrez.

IMMUNITÉ

Le gouvernement ne peut pas être poursuivi s’il agit de bonne foi pendant l’état d’urgence sanitaire. La loi le prévoit, mais il faut faire attention!

Selon moi, des erreurs grossières et lourdes commises par le gouvernement dans la gestion d’une crise, comme la prise de décisions expéditives qui causeraient des dommages graves à notre société, pourraient engager sa responsabilité.

Appliquer un shutdown au Québec, sans répartie, sans stratégie, sans réfléchir aux dommages irréparables causés aux entreprises et à notre société, pourrait peut-être exposer le gouvernement à des poursuites.


Source: Journal de Montréal
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre