Le Delaware en tant que paradis fiscal

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1089
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Le Delaware en tant que paradis fiscal

Message par cgelinas » 04 mars 2018, 18:09

Véritable paradis fiscal —aux États-Unis— le Delaware a même un montant MAXIMAL d'imposition fiscal: 150K$.

https://www.usa-corporate.com/states/de/

Mais si vous ne faites pas des millions, vous paierez des clopinettes (genre, 50$) et on s'entend, c'est 100% légal.

C'est comme ça qu'on s'appauvrit!

Lorsque nos compagnies québécoises et canadiennes s'incorporent au Delaware pour ensuite utiliser cette nouvelle compagnie pour dériver des "droits" ou des "frais" qui ne sont que des stratégies d'évitement fiscal.

C'est là que l'ARC devrait aller enquêter!
Fichiers joints
how-the-offshore-tax-havens-work.jpg
how-the-offshore-tax-havens-work.jpg (55.43 Kio) Vu 198 fois
delaware-maximum-tax.jpg
delaware-maximum-tax.jpg (28.82 Kio) Vu 200 fois
delaware-inc-requirements.jpg
delaware-inc-requirements.jpg (17.47 Kio) Vu 200 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 1089
Enregistré le : 26 mai 2010, 02:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Re: Le Delaware en tant que paradis fiscal

Message par cgelinas » 04 mars 2018, 18:31

Article à lire pour comprendre le fonctionnement des paradis fiscaux:

http://www.europe1.fr/economie/au-fait- ... al-3485099

Ça explique pourquoi ces juridictions deviennent toxiques pour les pays qui perdent gros en imposition et ça ne fait qu'accentuer la concentration des richesses entre les mains des riches et ultra-riches.

Petit extrait:
Car c’est bien là le problème avec les paradis fiscaux : certaines personnes et entreprises veulent le beurre et l’argent du beurre. Autrement dit, profiter à la fois des avantages économiques, politiques et sociaux de leur pays de résidence, et des régimes fiscaux avantageux de ces centres dits "offshore". C’est notamment le cas de nombreuses grandes fortunes, domiciliées dans des pays où l’impôt est normal pour leurs activités, mais qui transfèrent ensuite leur argent vers des paradis fiscaux.

A la limite de la légalité. C’est ce genre de pratique qu’on appelle "évasion fiscale". Elle peut être légale, comme dans le cas des révélations des "Paradise Papers" et c’est alors de l’optimisation fiscale ; ou illégale, comme l’ont montré les "Panama Papers", et on parle de fraude fiscale. C’est là qu’interviennent les cabinets d’avocats spécialisés (Mossack Fonseca au Panama, Appleby aux Bermudes pour les "Paradise Papers"), qui fournissent des conseils à leurs clients pour réduire leur impôt et inventent des montages parfois très sophistiqués d’optimisation fiscale, en jouant sur les failles réglementaires et en flirtant avec la légalité.
Fichiers joints
le-panama-en-tant-que-paradis-fiscal-florissant.jpg
le-panama-en-tant-que-paradis-fiscal-florissant.jpg (42.26 Kio) Vu 197 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre