Développement durable: Labeaume écorche le projet Laurentia

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3893
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Développement durable: Labeaume écorche le projet Laurentia

Message par cgelinas »

Après avoir appuyé sans réserve le défunt projet Laurentia, le maire de Québec a reproché au Port d’avoir négligé de s’inspirer des principes de développement durable.

Le maire s’est targué de s’aligner sur les objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour les plans d’action de la Ville. La municipalité a d’ailleurs adhéré lundi à la Déclaration de Paris, qui vise la neutralité carbone d’ici 2050. Il a, dans cette lancée, écorché le projet de terminal de conteneurs du Port de Québec, qui a connu une fin abrupte la semaine dernière, rejeté par Ottawa. M. Labeaume a longtemps été un ardent défenseur de ce projet, à l’encontre même de plusieurs conseillers de son équipe qui représentent les citoyens des secteurs les plus touchés.

Il a réitéré que la Ville incitera les promoteurs de grands projets à « analyser leur projet en fonction des objectifs de développement durable de l’ONU ».

« Je vois tout le monde penser au projet du Port de Québec. Le projet n’existe plus. On a chacun notre idée là-dessus, mais peut-être que si le projet du Port de Québec s’était donné comme objectif de passer à travers le filtre des objectifs de développement durable de l’ONU, peut-être que ça aurait pu donner un résultat différent. » L’affirmation a fait sursauter le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin. « C’est surprenant d’entendre ce que le maire vient de dire. Je rappelle qu’il a mis tout son poids politique pour supporter le projet Laurentia. »

« Show médiatique »

Même constat du côté de l’indépendant Raymond Dion. « Il faisait un show médiatique pour le fameux projet Laurentia. Ça a pris le gouvernement fédéral qui décide de ne pas aller de l’avant pour que finalement tout le monde se range derrière le gouvernement fédéral. »

L’opposition a d’ailleurs souligné la conversion verte du maire au cours des derniers jours. Les dernières annonces en développement durable, comme la préservation des terres des Sœurs de la Charité et l’objectif de réduction de 45 % des GES, « viennent un peu tard dans le mandat », selon le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau. Patrick Paquet, de Québec 21, a souligné le « retournement majeur » vers les politiques vertes. « On est rendus vert solide avec des objectifs qu’on sera jamais capables d’atteindre. »




Source: JDQ





-- -- --
Fichiers joints
PHOTO STEVENS LEBLANC -- Le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé que le projet de terminal de conteneurs Laurentia du Port de Québec aurait dû être plus écologique.
PHOTO STEVENS LEBLANC -- Le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé que le projet de terminal de conteneurs Laurentia du Port de Québec aurait dû être plus écologique.
regis-labraume.jpg (246.56 Kio) Vu 28 fois
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 3893
Enregistré le : 25 mai 2010, 22:07
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Le rejet de Laurentia et la colère de Guilbault

Message par cgelinas »

Geneviève Guilbault n’a pas docilement accepté, mercredi, le verdict du gouvernement Trudeau sur le projet Laurentia.

La vice-première ministre a non seulement souligné que le gouvernement était « très très déçu » par la décision, mais a soutenu qu’ainsi, Ottawa « abandonne [...] plein de gens d’affaires de Québec ».

Les colères de Québec contre le gouvernement central sont toujours plus aiguës à la veille des élections fédérales, c’est bien connu. Mais quand même.

Laurentia

Qu’est-ce que Laurentia ? Un projet d’agrandissement du port de Québec visant à profiter du boom des conteneurs : des investissements de 775 millions $ impliquant qu’on rogne 17 hectares sur le fleuve !

L’administration portuaire en a présenté divers avatars depuis 2008. Elle fait valoir que Québec offre des accès en eaux profondes pouvant accueillir d’énormes navires.

En 2013, dans son Cap sur un Québec gagnant (Boréal), François Legault déplorait la sous-utilisation de la Voie maritime du Saint-Laurent et rappelait avoir donné « publiquement » son « appui au projet d’expansion du port de Québec ».

Mais récemment, l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC) a conclu que Laurentia était « susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants » sur le poisson et son habitat, sur « la qualité de l’air et la santé humaine, les conditions socioéconomiques, et l’usage courant des terres et des ressources à des fins traditionnelles par les peuples autochtones ».

Les milieux d’affaires de Québec appuyaient de manière quasi unanime Laurentia. Même l’Université Laval (ce que dénoncèrent des militants environnementaux et étudiants).

Protéger deux comtés

Le gouvernement Trudeau a tout de même décidé de le rejeter. Député libéral fédéral de Québec et ministre clé du gouvernement Trudeau, Jean-Yves Duclos a défendu la décision.

Dans les coulisses, on soutient que les libéraux d’Ottawa n’avaient pas grand-chose à perdre électoralement. Les deux seules circonscriptions qu’ils détiennent à Québec, Louis-Hébert et Québec, sont peuplées d’électeurs opposés à Laurentia.

Voilà pourquoi le gouvernement Trudeau a préféré agir vite. Il aurait pu reporter sa décision. Quoique s’il contredisait l’Agence, il s’exposait à des poursuites. L’AEIC conclut en effet que Laurentia menace une frayère du bar rayé, « espèce en voie de disparition selon la Loi ». Les militants écologistes auraient pris appui sur cet aspect pour traîner Ottawa devant les tribunaux.

La Chine

D’autres considérations ne figurant pas dans le rapport auraient joué. Notamment la « sécurité nationale ». Un des partenaires dans Laurentia était l’entreprise CK Hutchison, de Hong Kong, territoire sur lequel la Chine a récemment resserré son emprise. Ottawa s’en inquiétait, selon ce que notre Bureau d’enquête révélait en octobre.

En mars, la libérale Marwah Rizqy avait d’ailleurs reproché à la VP Guilbault de ne pas s’intéresser à ce talon d’Achille de Laurentia : « La seule personne que j’ai entendue, à Québec, s’en soucier, ça a été Jean-Yves Duclos. »

À la CAQ, tout le monde n’est pas mécontent. Laurentia entrait en concurrence avec le projet du port de Montréal d’établir un nouveau terminal à conteneurs à Contrecœur.

Celui-ci, Ottawa l’a approuvé. La députée caquiste Suzanne Dansereau, ancienne mairesse de Contrecœur qui s’était moquée des rainettes faux-grillons, « petits touristes » égarés qui bloquaient le projet, doit s’en réjouir.

Ça compensera un peu pour la colère de sa collègue Guilbault.




Source: JDQ





-- -- --
Claude Gélinas, Éditeur
chaudiere.ca

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Dons: PayPal | DonorBox Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre
PayPal DonorBox Interac